Édition du 24 novembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Environnement

Desjardins : une belle victoire d’étape pour le désinvestissement des énergies fossiles

Le 5 juin, le Mouvement Desjardins a annoncé que ses 17 fonds et portefeuilles SociéTerre se retirent des énergies fossiles (pétrole, gaz, charbon, pipelines). Cela représente 4,6 milliards de dollars de fonds qui sont désormais à l’abri des compagnies fossiles et concerne 25% des membres qui détiennent des fonds Desjardins.

Tiré du site de Greenpeace Canada.

C’est grâce à la mobilisation, en particulier celle des membres du Mouvement Desjardins, que l’on doit cette annonce et il importe de célébrer cette victoire d’étape majeure ! Merci à toutes les personnes qui ont élevé leurs voix, les actions portent fruit. Même si elle n’est pas totale, cette victoire ce doit d’être soulignée.

Le désinvestissement de Desjardins est une bonne nouvelle, mais il faut garder en tête qu’il était totalement ILLOGIQUE que Desjardins conserve des énergies fossiles dans ses fonds « verts » et nous (en concert avec plusieurs autres organisations et citoyen·nes) leur avons signalé cette incohérence à plusieurs reprises au cours des dernières années.

Cette annonce s’inscrit dans le mouvement mondial de désinvestissement des énergies fossiles. À l’international, ce sont plus de 1 200 institutions de toutes sortes qui ont désinvesti des énergies fossiles, pour un total de plus de 14.14 trillions $US. Un vent de changement est en place.

Retour sur cette victoire historique

Prenons maintenant le temps de se remémorer tout ce que nous avons accompli ensemble depuis 2017 pour en arriver à cette victoire d’étape. Car notre mobilisation collective a assurément eu un impact déterminant sur ce positionnement de Desjardins.

Rencontres avec Desjardins

En avril 2017, nous avons commencé à interpeller des représentant·es de Desjardins au sujet des investissements dans les pipelines de sables bitumineux. Une première rencontre a eu lieu en juillet 2017, alors qu’une délégation de Greenpeace a rencontré des représentant.·es du Mouvement Desjardins, pour les informer sur les risques reliés aux investissements dans les pipelines de sables bitumineux et la nécessité de ne pas financer ce type de projets. Quelques jours après, le Mouvement Desjardins a décrété un moratoire (temporaire) sur “tout projet d’investissement ou de financement d’oléoducs”. Ce moratoire a été mis en place après que Desjardins ait préféré ignorer les droits des Premières nations et la lutte climatique et ait octroyé un prêt de 145 millions à Kinder Morgan pour faire son projet de pipeline Trans Mountain. Une autre rencontre a eu lieu en septembre 2017 pour tenter de raisonner Desjardins.

Début des mobilisations populaires et inspirantes

Le 23 octobre 2017, dans le cadre de la journée mondial d’action pour le désinvestissement des énergies fossiles Divest the Globe, un premier rassemblement a été organisé au Complexe Desjardins à Montréal par des groupes citoyen·nes et environnementaux à l’appel des Premières Nations pour demander au Mouvement Desjardins de cesser de financer les pipelines de sables bitumineux et les énergies fossiles.

Nous avons ensuite invité les gens à envoyer une lettre à Desjardins, demandant que le Mouvement cesse de financer les pipelines de sables bitumineux. Environ 20 000 personnes ont interpellé Desjardins, dont plus de 60% qui étaient des membres d’une caisse.

En décembre 2017, le Mouvement Desjardins a annoncé la mise en place de « pratiques

 » pour améliorer le bilan environnemental de ses opérations et de ses investissements, mais a refusé de tourner le dos aux énergies fossiles, alors que ses investissements s’élevaient à 6,5 milliards de dollars. Mais ces nouvelles pratiques étant insuffisantes, nous nous sommes retroussé·es les manches et avons accéléré la cadence de la campagne.

Nous avons alors lancé une Trousse d’Action Desjardins #NonAuxPipelines, afin de proposer sept actions pour augmenter la pression et agir en solidarité avec les défenseur·es de territoires autochtones et de l’environnement qui se mobilisent contre l’exploitation des sables bitumineux et la construction de pipelines financés par Desjardins sur leurs terres.

Momentum des AGA

En mars 2018, nous avons organisé, en collaboration avec d’autres organisations citoyennes, une première manifestation en marge de l’assemblée générale annuelle (AGA) du Mouvement Desjardins pour rappeler aux quelques 1 000 dirigeant·es présent·es qu’il est impératif de cesser de financer les pipelines de sables bitumineux comme Trans Mountain de Kinder Morgan. Notre présence a d’ailleurs été mentionnée lors de l’AGA par des dirigeant·es de Desjardins qui ont demandé au Mouvement d’écouter les demandes de la population et de nombreux membres.

Arrivant à la saison des assemblées générales annuelles des Caisses, nous avons soutenu des membres de Desjardins pour qu’ils·elles proposent une résolution pour que le Mouvement mette fin de façon permanente au financement et aux investissements dans les pipelines de sables bitumineux. L’objectif était d’utiliser le système de coopérative de l’institution financière, afin de faire voter par des membres des demandes précises qui seraient ensuite portées à la haute direction avec un poids démocratique. Et ces efforts ont porté fruit !

Grâce à cette mobilisation, 37 caisses Desjardins ont adopté la résolution, ce qui représente plus de 700 000 membres. Cette action impactante, a permis de faire la UNE du journal Le Devoir et a généré un inconfort palpable de la part du président du Mouvement Desjardins, M. Guy Cormier !

Constatant que Desjardins ne voulait pas bouger, nous avons continué à les interpeller sur leur incohérence face à la crise climatique et cette fois dans différents endroits publics. Par exemple, lors de l’allocution du Président de Desjardins, M. Guy Cormier, au CORIM, nous l’avons interpellé au micro en plus de déployer une bannière devant plus de 350 personnes, presque toutes dirigeant·es d’entreprises ou travaillant pour Desjardins.

Ou encore, lors d’une présentation de M. Cormier aux étudiants du MBA des HEC, des membres du groupe local de Montréal ce sont manifesté.e.s pour lui rappeler que son incohérence était inacceptable.

Alors que la pression continuait de grimper et que des institutions majeures à l’international retiraient leur financement des énergies fossiles, nous n’avons pas lâché la pression sur Desjardins, comme en témoigne cette vidéo réalisée par un de nos groupes locaux.

Pour leur assemblée générale annuelle en mars 2019, plus de 300 jeunes du secondaire ont fait la grève pour le climat et ont manifesté dans les rues de Montréal pour terminer devant le Palais des Congrès, où se tenait la première journée de l’AGA de Desjardins à qui ils-elles ont demandé de désinvestir.

Pendant ce temps, des membres de Desjardins et des activistes de Greenpeace se sont inflitré·es dans l’AGA pour distribuer des centaines de faux dépliants à l’effigie de Desjardins, expliquant l’urgence climatique aux dirigeant·es des Caisses, ainsi que la nécessité de désinvestir des pipelines, des sables bitumineux et de cesser de financer la crise climatique.

Nos efforts continus ont porté fruit !

Enfin puis le 5 juin 2020, c’est à nous de recevoir une bonne nouvelle. Le Mouvement Desjardins annonce que ces 17 Fonds et Portefeuilles SociéTerre de Desjardins sont désormais 100 % sans investissements dans les pétrolières et pipelines. Ainsi, l’exposition de ces produits d’investissement à des producteurs·trices et transporteur·es spécialisé·es en énergies fossiles est donc passée de 5 à 0 %.

C’est une victoire d’étape importante afin d’avoir une première banque canadienne n’ayant aucun investissement dans les énergies fossiles.

C’est victoire n’aurait pas été possible sans votre participation à notre campagne ainsi que sans les efforts de nos allié·es membres ou travaillant pour Desjardins, qui poussent depuis des années pour un désinvestissement des énergies fossiles.

Aujourd’hui, célébrons cette victoire en partageant la nouvelle sur les médias sociaux.

Partagez l’une de ces publications (ou encore mieux les 2 !) et “taguez” votre caisse en invitant le mouvement Desjardins à désinvestir l’ensemble de ses fonds des énergies fossiles.

- Partagez sur Facebook

- Partagez sur Twitter

Les liens que le secteur bancaire entretient avec l’industrie des énergies fossiles, en particulier les sables bitumineux, nous mènent dans la mauvaise direction. Or, nous sommes à un point tournant en ce qui concerne l’action climatique et nous savons que les financements d’aujourd’hui façonnent le modèle énergétique de demain. Les institutions financières ont un rôle clé à jouer pour mettre en place une relance juste & verte.

Au lieu de continuer à entretenir des liens d’affaires avec les compagnies de pipelines et de sables bitumineux, comme TransCanada et Enbridge

— qui portent les projets de construction des pipelines Keystone XL, Ligne 3 et le gazoduc Coastal Gaslink — Desjardins pourrait se démarquer en devenant la première grande institution bancaire canadienne à désinvestir complètement des projets destructeurs pour le climat et à respecter l’Accord de Paris.

Plusieurs institutions financières, telles ING, BNP Paribas, HSBC, Natixis et le Crédit Agricole ont déjà adopté des politiques limitant ou excluant le financement aux projets de sables bitumineux.

Plus récemment, en mai 2020, le fonds souverain de la Norvège, le plus important du monde avec près de 1500 milliards de dollars d’actifs, a placé sur sa liste noire 12 nouveaux groupes, dont quatre géants pétroliers des sables bitumineux canadiens.

La Banque européenne d’investissement annonce qu’elle ne financera plus les énergies fossiles à partir de 2022 et s’engage à mettre en place une stratégie d’investissement climatique la plus ambitieuse de toutes les institutions financières publiques.

Ne nous arrêtons pas là !

L’annonce pour les Fonds SociéTerre est une belle étape, mais Desjardins peut et doit aller encore plus loin ! Nous vous invitons à écrire un courriel à la direction de votre caisse Desjardins. Félicitez-les pour cette annonce et invitez-les à désinvestir totalement des énergies fossiles. Si vous avez besoin de notre soutien, veuillez écrire à actions@greenpeace.ca

.

Merci pour tout ce que vous faites.

Patrick Bonin

Blogueur pour Greenpeace Canada. Il est aussi responsable de la campagne énergie-climat pour l’organisme.

http://www.greenpeace.org/canada/fr/

Isabelle L’Héritier

Étudiante en journalisme à l’UQAM. Collaboratrice à Montréal Campus et au site d’Alternatives.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Environnement

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...