Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

Écoutons les femmes

Sous le thème : ÉCOUTONS LES FEMMES , la Coalition régionale de Québec de la Marche mondiale des femmes vous souhaite la plus solidaire bienvenue à cette Journée internationale des droits des femmes.

Sont réunies ici des femmes militantes provenant de différentes milieux, de différents origines qui partagent la conviction que les luttes que nous menons sont d’une importance capitale pour faire avancer les droits des femmes.

Mais ne nous sommes pas toutes présentes ! Il manque des femmes :

- celles qui sont obligées de travailler ;
- celles qui sont seules à la maison avec les enfants et qui n’ont pas de garderies ;
- celles qui ne reviendront jamais, jamais plus, victimes de féminicides.

Il manque Annie Koneak de Kuujjuak, Marlie Édouard de Laval, Nancy Roi de Saint-hyacinthe, Myriam Dallaire et Sylvie Bisson de Sainte Sophie ainsi que 8 autres femmes assassinées par féminicide l’année dernière.
Une pensée aussi pour nos soeurs autochtones assassinées et disparues.

Dans le contexte de la pandémie et de confinement, nous constatons que les conditions de vie et de travail des femmes se détériorent à vue d’œil. Chacune à leur façon, les femmes ont été durement touchées au niveau de leur santé physique et mentale, de leur travail, de leurs revenus et de leur sécurité financière ainsi qu’au plan psychologique.

Il ne faut pas oublier que la crise du COVID-19 n’est qu’une autre des crises générées par le capitalisme, accentuant les difficultés des services de santé publique qui souffraient déjà de sous-financement chronique, pendant que se développaient en parallèle des services privés.

La pandémie a eu un impact, différencié et disproportionné sur les femmes en matière de perte d’emplois et de revenus, mais aussi de précarité, de hausse du chômage et de détérioration des conditions socio-économiques, en particulier au niveau des bas-salariées et des prestataires d’aide sociale.

N’oublions pas que celles qui travaillent, assument majoritairement les responsabilités parentales, et je pense particulièrement à celles qui sont préposées et infirmières, eh bien elles demeurent responsables de la majorité des tâches domestiques, du soin des enfants et des parents vieillissants.

Dans ces conditions, l’exclusion sociale est encore plus difficile à vivre durant cette pandémie. Différents groupes de défense des droits sociaux ont dénoncé cette situation de pauvreté des femmes.

Alors que l’on peut constater une escalade de cas et de la gravité de la violence faite aux femmes, au cours de la dernière semaine deux femmes ont été tuées dans un contexte de violence conjugale. Élevant le triste bilan à cinq femmes tuées en quatre semaines au Québec.

Les femmes ont perdu de précieux outils pour fuir leur agresseur ; par exemple, avec le confinement il n’est plus possible de se réfugier au travail ou chez une amie. De là, l’importance de rappeler que des environnements sécuritaires, comme les maisons d’hébergement, existent, même en temps de pandémie. Des conjoints violents tentent d’utiliser le climat d’incertitude pour accroître leur pouvoir à l’égard de leur conjointe.

Enfin, j’attire votre attention sur la situation particulière des femmes immigrantes, migrantes, racisées, sans statuts. Ces femmes sont doublement sujettes aux différents effets néfastes liés à la COVID-19.

Selon Statistique Canada, pendant le confinement, les personnes issues de l’immigration, et notamment les femmes, étaient particulièrement nombreuses à travailler dans les secteurs désignés comme essentiels et se trouvaient largement surreprésentées dans les postes du secteur de la santé à haut risque d’infection par la COVID, notamment comme préposées aux bénéficiaires dans les CHSLDs.

Écoutons les femmes, oui écoutons les femmes. Ce cri de ralliement vise à proclamer la nécessité d’agir pour une égalité durable, Les femmes veulent des mesures concrètes et structurantes pour combattre la pauvreté et la violence qu’elles subissent.

À quelques semaines du dépôt du budget du Québec, nous réclamons une relance économique qui soit sociale et féministe. Nous voulons un monde où l’élimination de la pauvreté et de la violence ainsi que la justice climatique deviennent des priorités sociales et gouvernementales. Nous voulons un monde où toutes les femmes, migrantes, immigrantes, sans papiers et autochtones, soient enfin traitées d’égale à égale.

Ce monde, on se l’imagine depuis longtemps, mais pour le réaliser, nous savons qu’il faudra que nous soyons plurielles, nombreuses, organisées, mobilisées et solidaires. Il faudra aussi que notre mouvement devienne un mouvement large et unitaire capable de faire bouger le gouvernement caquiste de droite, capable de provoquer des changements structurels touchant tant au patriarcat qu’au capitalisme destructeur de la nature.

Nous luttons depuis longtemps ! Il est temps que les gouvernements nos écoutent. Ensemble et collectivement nous en finirons avec les inégalités sociales. Ensemble et collectivement nous mèneront de l’avant notre propre projet de société pour le bien-être de toutes et tous.

Sous le thème « Résistons pour vivre, marchons pour transformer ! » les femmes partout dans le monde continueront à construire un mouvement permanent, féministe, anti patriarcal, anticapitaliste et antiraciste.

La MMF et notre coalition s’inscrivent fortement dans cette résistance et présente des solutions concrètes, des alternatives pour construire un monde à notre image, un monde imprégné des valeurs portées par la Charte mondiale des femmes pour l’humanité :

ÉGALITÉ- LIBERTÉ— JUSTICE— PAIX— SOLIDARITÉ

Emilia Castro
Cecilia Valdebenito
Comité femmes immigrantes de Québec (CFIQ)

Pour : la Coalition régionale de Québec de la Marche mondiale des femmes.

Québec, 8 mars 2021

Emilia Castro

Membre du Conseil central de la CSN de Québec-Chaudière-Appalaches et représentante du Québec au comité international de la Marche mondile des femmes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...