Édition du 20 avril 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie

En Chine, le régime ferme les marches

Un dispositif de sécurité hors norme a été déployé hier à Pékin et Shanghai pour dissuader et empêcher un second « rassemblement du jasmin » auxquels les Chinois sont conviés tous les dimanches à 14 heures dans 27 grandes villes. Plusieurs personnes ont été arrêtées.

Qui appelle à manifester ?}

Il y a dix jours, un appel anonyme a été posté sur le site dissident chinois Boxun, basé aux Etats-Unis, encourageant à imiter la révolution tunisienne dans 13 villes chinoises. Samedi, le mouvement concernait 27 villes. « Nous invitons tous les participants à se promener, à jouer les badauds. Le simple fait que vous soyez présents fera trembler de peur le gouvernement autoritaire », écrivent les auteurs de ce tract en ligne. Ils ne demandent pas ouvertement un renversement du Parti communiste, mais souhaitent une démocratisation du pouvoir et l’« indépendance de la justice ».

Pourquoi les manifestations n’ont pas eu lieu ?

L’important dispositif policier déployé le 20 février a été renforcé. Hier à Pékin, la manifestation devait se tenir, comme la semaine précédente, devant le restaurant McDonald’s de la célèbre avenue Wangfujing. Mais au moins un millier de membres des forces de sécurité avaient été mobilisés : policiers anti-émeute équipées de fusils automatiques, agents en civil, chiens policiers, compagnies de militaires défilant au pas…

Des camions de nettoyage ont passé le bitume au Kärcher en effectuant constamment des allers-retours devant le lieu de rendez-vous. Les policiers obligeaient les passants à marcher sans s’arrêter sur la chaussée, qui a fini par être entièrement bouclée. Il y a également eu une répression en amont pour empêcher une large diffusion des appels à manifester. Une centaine de dissidents, écrivains, blogueurs ont été arrêtés, placés en résidence surveillée ou inculpés pour « subversion ».

La Chine est-elle « mûre » pour une révolution du jasmin ?

La contestation est censurée en Chine. Elle est néanmoins considérable. En 2008, 227 000 « incidents de masse » (manifestations de plus de 100 personnes) ont été répertoriés, soit 621 par jour ! Si le niveau de vie de beaucoup de ses habitants a augmenté ces dernières années, la Chine est désormais devenue l’un des pays où les écarts de revenus sont les plus importants. La récente multiplication des cas de corruption de hauts responsables, des dénis de justice et la hausse constante des prix des aliments sont aussi des facteurs potentiellement mobilisateurs. L’appareil répressif va désormais devoir montrer les dents tous les dimanches.

Philippe Grangereau

Libération

Sur le même thème : Asie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...