Édition du 21 décembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le Monde

Inégalités mondiales

Le monde est devenu plus inégal en termes de revenus et de richesse au cours des 40 dernières années. C’est selon le World Inequality Report 2022, disponible ici . Produit par le World Inequality Lab , dirigé par Thomas Piketty et un groupe de plus de 100 analystes du monde entier, le rapport contient les données les plus récentes et les plus complètes sur les différentes facettes des inégalités dans le monde : richesse mondiale, revenu, genre, et les inégalités écologiques.

Tiré du site du CADTM.

Le rapport montre comment en 2021, « après trois décennies de mondialisation commerciale et financière, les inégalités mondiales restent extrêmement prononcées… Bien que le rapport sur les inégalités dans le monde ait révélé que les inégalités entre les nations avaient diminué depuis la fin de la guerre froide (principalement en raison de l’élévation du niveau de vie en Chine), il a indiqué que les inégalités avaient augmenté dans la plupart des pays et étaient devenues plus prononcées en raison de la crise mondiale. pandémie au cours des deux dernières années.

La concentration mondiale de la richesse personnelle est extrême. Selon le WIR, les 10 % d’adultes les plus riches du monde possèdent environ 60 à 80 % de la richesse, tandis que la moitié la plus pauvre en possède moins de 5 %.

Il s’agit d’un résultat similaire à l’autre enquête importante sur l’inégalité mondiale des richesses produite chaque année par le Crédit Suisse. Ce rapport révèle que seulement 1% des adultes dans le monde possèdent 45% de toute la richesse personnelle tandis que près de 3 milliards de personnes ne possèdent rien. L’inégalité de richesse est beaucoup plus élevée que l’inégalité de revenu – quelque chose dont j’ai déjà parlé.

Mais l’inégalité des revenus est encore très élevée. Le WIR constate que les 10 % les plus riches de la population mondiale reçoivent actuellement 52 % du revenu mondial, contre seulement 8 % pour la moitié la plus pauvre. En moyenne, un individu appartenant aux 10 % les plus riches de la distribution mondiale des revenus gagnait 122 100 $ (92 150 £) par an en 2021, alors qu’un individu de la moitié la plus pauvre de la distribution mondiale des revenus ne gagne que 3 920 $ par an, soit 30 fois moins !

En effet, la part des revenus actuellement captée par la moitié la plus pauvre de la population mondiale est environ la moitié de ce qu’elle était en 1820, avant la grande divergence entre les pays occidentaux et leurs colonies. En d’autres termes, la montée de l’impérialisme en tant que « dernière étape » du capitalisme a entraîné une augmentation des inégalités de revenus à l’échelle mondiale. La part des revenus personnels des 50 % d’adultes les plus pauvres dans le monde, soit environ 3 milliards de personnes, est la moitié de ce qu’elle était en 1820 ! Voilà pour un développement égal et combiné après 200 ans de capitalisme.

De retour à la richesse, le WIR note que si « les nations se sont enrichies, les gouvernements se sont appauvris ». La richesse, à la fois tangible et financière, n’est pas du tout détenue couramment. « Au cours des 40 dernières années, les pays sont devenus considérablement plus riches, mais leurs gouvernements se sont considérablement appauvris. La part des richesses détenue par les acteurs publics est proche de zéro ou négative dans les pays riches, ce qui signifie que la totalité des richesses est entre des mains privées. Comme l’auteur principal du rapport, Lucas Chancel de la Paris School of Economics, l’a déclaré : « Ce dont nous avons besoin pour accroître l’égalité, lutter contre l’urgence climatique et créer les conditions d’une vie bonne pour tous, c’est la suffisance privée et le luxe public, mais le l’inverse s’est produit.

Au 21 e siècle, l’inégalité des richesses s’est considérablement accrue. En effet, la richesse des 50 personnes les plus riches de la planète a augmenté de 9 % par an entre 1995 et 2001, la richesse des 500 personnes les plus riches augmentant de 7 % par an. La richesse moyenne a augmenté de moins de la moitié de ce taux, à 3,2 % au cours de la même période. Depuis 1995, les 1 % les plus riches ont pris 38 % de toute la richesse mondiale supplémentaire au cours des 25 dernières années, tandis que les 50 % les plus pauvres n’en ont capturé que 2 %. L’augmentation du groupe de revenus de la classe moyenne dans le graphique ci-dessous est principalement due à la réduction des niveaux de pauvreté en Chine.

Les 0,01 % d’adultes les plus riches ont augmenté leur part de la richesse personnelle de 7,5 % en 1995 à 11 % aujourd’hui. Et la population milliardaire a augmenté sa part de 1% à 3,5%.

Les deux dernières années de la pandémie n’ont fait qu’accélérer les inégalités. Lors des premières vagues de la pandémie de Covid-19, la richesse des milliardaires mondiaux a augmenté de 3 700 milliards de dollars. Selon Chancel, ce montant est « presque équivalent aux dépenses annuelles totales de santé publique de tous les gouvernements du monde avant la pandémie – environ 4 000 milliards de dollars ». (Les dépenses totales de santé de toutes sources s’élevaient à 7,8 billions de dollars en 2017 selon l’OMS). Mais au cours de la même période, 100 millions de personnes supplémentaires dans le monde ont été plongées dans l’extrême pauvreté à cause de Covid.

Et ce sont les riches qui produisent le plus d’émissions de carbone (par les transports et les déplacements) et profitent au maximum des avantages des vaccins pour éviter la maladie ou la mort.

La pandémie de COVID et le changement climatique augmentent la part revenant aux déjà riches. Lucas Chancel : « Les inégalités économiques mondiales alimentent la crise écologique et rendent beaucoup plus difficile d’y faire face. Il est difficile de voir comment nous pouvons accélérer les efforts pour lutter contre le changement climatique sans plus de redistribution des revenus et des richesses ». Toutes les agences internationales traitant du changement climatique et de la pandémie sont d’accord avec Chancel. Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS, a déclaré lors d’une session extraordinaire de l’Assemblée mondiale de la santé : . » Et la semaine dernière, un groupe de près de 40 rapporteurs spéciaux de l’ONU a publié une déclaration disant que « répondre équitablement à la crise sanitaire doit avoir la priorité sur la maximisation des bénéfices par les entreprises et la thésaurisation des vaccins par les pays à revenu élevé ».

Mais rien ne sera fait pour remédier à ces inégalités de richesse, de revenu et de santé.

Michael Roberts

Michael Roberts a travaillé comme économiste à la Cité de Londres (La City) pendant plus de 30 ans. Il est l’auteur de plusieurs livres sur l’économie mondiale dont The Great Recession, The Long Depression and World in Crisis. Il tient également un blog : thenextrecession.wordpress.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le Monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...