Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

LA MÉMOIRE POLITIQUE DANS LA POÉSIE DE GUANAÍRA

Le souvenir le plus clair et le meilleur que j’ai de Guanaíra vient de la chanson de Paulinho da Viola.

Peinture : Uccello

Dans la maison où elle vivait avec sa mère, il y a eu une fois une fête où l’on ne buvait que du shake de citron, fort, acide et chaud. Je me souviens que je me suis procuré une petite radiole et que j’ai découvert des disques entiers de Paulinho da Viola, le compositeur qui m’a le plus parlé de mes désaccords. Je me souviens que j’ai écouté plusieurs fois, presque ivre, presque en rêve, "Num samba curta" (Dans une samba courte), assis par terre, comme si je voulais m’y cacher :

"Tout ce que je peux faire, c’est suivre
Vers l’avenir
Certain de mon cœur
Plus pur".

https://www.youtube.com/watch?v=Szs_srbVpj4

Et maintenant, nous abordons d’autres points du sentiment de mémoire. Ceux qui ne connaissent pas Guanaíra savent qu’elle était maigre dans les années 70, et en ce qui concerne cette particularité, elle n’a pas changé. Courte, maigre, elle est une énergie qui semble être née en 7 mois, et continue ainsi à ce jour de naître au monde. Imaginez qu’elle est frêle de corps, mais c’est trompeur. Elle est forte et grande, grandie par la vie de guerre politique au Brésil et les études. Vaine de son apparence, elle réagit lorsque je veux connaître son âge : "Quelle question ! Mais elle est sincère, même pour montrer qu’elle ne se soucie pas de ces bêtises, et dit qu’elle a 72 ans. Elle a raison, car personne ne lui donne le 73 suivant, et on n’en parle pas, on ne le remarque pas. Le plus important : Guanaíra est psychiatre, a traité des soldats pendant la guerre du Vietnam, en Australie, et a torturé des gens au Brésil.

Lorsque je l’ai rencontrée, elle était la belle-sœur de Jarbas Pereira Marques, l’une des personnes tuées sous la torture lors du massacre de Granja São Bento. Mais comment le dire ? Guanaíra traverse le traumatisme avec la dextérité de quelqu’un qui regarde un film d’horreur. Qu’il a vécu, et pour cette raison a travaillé comme psychiatre contre la violence infâme et lâche, toujours.

Si nous ne connaissions pas ces marques de sa vie, peut-être ne comprendrions-nous pas sous quel mystère est faite une si bonne poésie des droits de l’homme. La poésie de Guanaíra Amaral est militante sans obéir à la dernière mode. C’est une poésie militante parce qu’elle est historique, une mémoire de la dictature, des traumatismes qui nous ont traversés et ne nous quittent pas. Sinon, ressentez, regardez et réfléchissez :

"Aux jeunes de 68

Il y avait un endroit
dans la rue déserte
ouvrir
Dans un monde sans temps.
Il n’y a pas eu d’exclamation
ni d’interrogatoire
même pas une virgule
il y avait.
Et je ne savais même pas
si c’était le bon point
ni si le moment était venu.
Il n’y avait pas de temps
à cette époque
de points d’arrêt
dans la rue déserte.
C’était juste un point.
Il y avait la peur
mais un sourire a figé le temps
et le point a disparu
portant une lumière
et une liste

à l’intérieur du magazine.
A cette époque
il n’y avait pas de temps
pour échapper à la question.
Et c’était juste un point
ouvert à l’infini".

Quelle belle réussite ! Ceux qui gardent la mémoire de la dictature savent que dans les vers ci-dessus, la poésie et la vérité se rencontrent. Si je n’exagère pas, je pense qu’un tel poème pourrait bien remplir une vie.

Mais Guanaíra, comme s’il ne savait rien, continue d’écrire :

"Je n’écris pas de poèmes,
uniquement
Je ne libère mes peurs que de ces
liens sociaux
et décontracté.
Et comme des papillons de nuit agités
attendent..."

Ah oui, et cette belle sur le père Henry, assassiné de manière ignoble à Recife, je souligne ces versets :

Ce sont des étoiles scintillantes qui peuplent la place d’Henrique.
Henrique, le prêtre.
Tous ensemble comme dans une nébuleuse, ils envahissent la place,
Comme des cris, des ombres, dans une danse enchaînée,
Comme la justice des hommes, lente, partiellement ordonnée.
La place d’Henry,
Henry, le prêtre.
Explose dans un cri, envahit les rues désertes,
pénètre la rivière et marche vers la mer.
Dans le dernier désir, fait de douleur, de liberté et de justice.
Henrique, le prêtre,
Comme tu me manques".

Vers la fin, j’ai lu :

"Des poèmes, des morceaux d’espoir,
Enchaîné,
Comme cet amour fait de lendemains
Jamais atteint.

Poèmes faits de fenêtres ouvertes
Et des portes fermées,
Qui me font marcher pieds nus
Et sans direction,
Ce chemin sinueux.
Les poèmes, ma nourriture quotidienne.

Je n’écris pas de poèmes
uniquement
J’envoie à l’infini un appel...".

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...