Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Arts culture et société

La plus longue durée de la jeunesse

Je n’ai pas réprimé l’impulsion lorsque j’ai vu le couple ci-dessus manifester contre Bolsonaro, sur le trottoir de l’Avenida Conde da Boa Vista, le 24 juillet à Recife. Et je me suis souvenu des amis, des camarades, des compagnons qui résistent chaque jour. J’ai alors demandé avec émotion à ma femme de prendre une photo de ce beau couple.

Urariano Mota*

Hier, aujourd’hui et toujours

Pendant que Frenchca allumait son téléphone portable, je leur ai dit : "Vous êtes la résistance permanente. Vous ne le savez peut-être pas, mais vous êtes sur les pages de mon roman "La plus longue durée de la jeunesse". Ils ont ensuite gardé un silence émouvant, ne parlant que par gestes. Et comme si c’était un souvenir de ces temps de répression féroce, je ne voulais même pas leur demander leurs noms.

Plus tard, en voyant la photo sur ma page Face, le docteur Paulo Dantas a précisé qui était le couple :

"Excellente votre initiative d’honorer et de documenter par une photo le couple Paulo Figueredo et Natália. Compagnons de la lutte de résistance contre la dictature de 64, éducateurs, participants actifs des mouvements sociaux pour le développement et la justice sociale et mes chers amis".

Je ne connaissais pas leurs noms, mais je savais que nous avions une identité commune. Ainsi, à Natalia et Paulo Figueiredo, et à tous les Paulos et Natalias, je dédie, avec un baiser fraternel, un extrait du roman "La plus longue durée de la jeunesse". C’est une page dans laquelle le narrateur reçoit une surprise, alors qu’il pensait que toute sa vie était perdue :

"Et je tourne mon regard vers les manifestants, qui sont nombreux et bruyants. Il me semble entendre "à bas la dictature" dans d’autres voix, dans de nouveaux drapeaux. Je regarde à nouveau et je n’en reviens pas : ceux que je cherchais sont tous là. Et je pensais qu’ils étaient morts, vieux, malades, brisés. Comme je suis myope. Puis j’ouvre mes yeux, mes oreilles, ma perception. Mon Dieu, nous sommes ces jeunes gens. Puis je commence à sourire, à rire de ceux qui se sont moqués de moi. Et je vois le plus intime de l’autre nom du bonheur".

* Écrivain et journaliste, auteur de “La plus longue durée de la jeunesse”, toujours non traduit en français

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Arts culture et société

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...