Édition du 19 septembre 2023

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

La normalisation de la Syrie est la clé de la nouvelle politique étrangère de l’Arabie saoudite

Le retour de la Syrie au sein de la Ligue arabe s’inscrit dans le cadre d’un effort régional visant à consolider l’autoritarisme. Pour l’Arabie saoudite, la réhabilitation de Damas fait partie d’une nouvelle politique étrangère visant la stabilité et la prospérité économique, écrit Joseph Daher.

Tiré de Entre les lignes et les mots
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2023/06/06/bachar-al-assad-au-sommet-de-la-ligue-arabe-anatomie-dun-crime-autre-texte/

Après plus de 12 ans de suspension, la Ligue arabe a voté en faveur du retour du régime syrien le 7 mai sous certaines conditions, notamment le retour des réfugiés syriens sans représailles, un processus politique crédible menant à des élections et des mesures visant à mettre fin à la contrebande de stupéfiants de la Syrie vers les pays voisins.

La normalisation saoudo-syrienne a sans aucun doute joué un rôle important dans l’ouverture de la porte au retour de la Syrie au sein de la Ligue après le tremblement de terre de février et le processus de normalisation irano-saoudien a accéléré le rétablissement officiel des liens diplomatiques entre Damas et Riyad.

En avril 2023, le ministre saoudien des affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, s’est rendu en Syrie plus de dix ans après que le Royaume a mis fin à ses relations diplomatiques avec Damas en 2011. La baisse des hostilités entre le Royaume d’Arabie saoudite (KSA) et la Syrie était pourtant présente depuis plusieurs années.

En mai 2021, le ministre syrien du tourisme, Rami Martini, s’est rendu dans le royaume saoudien pour la première visite officielle d’une délégation syrienne en Arabie saoudite après l’éclatement du soulèvement. Les motivations derrière la décision de Riyad de réhabiliter Damas sont liées à des objectifs nationaux et à des dynamiques régionales.

«  Il existe une volonté de l’Arabie saoudite et d’autres acteurs régionaux de consolider une forme de stabilité autoritaire dans la région. Malgré les rivalités permanentes entre les différents États de la région, ils ont une position commune qui consiste à vouloir revenir à une situation similaire à celle qui prévalait avant les soulèvements de 2011 »

La fin de la contrebande de Captagon, dont la production a explosé au cours de la dernière décennie, est une priorité du Royaume saoudien. Entre 2016 et 2022, les autorités saoudiennes ont déjoué des tentatives de contrebande de plus de 600 millions de pilules d’amphétamine en provenance du Liban.

Une grande partie de la production et de la distribution du Captagon est contrôlée par la Quatrième Division et des hommes d’affaires syriens affiliés, apparus pendant la guerre. Au début du mois de mai, lors d’une réunion organisée par la Jordanie avec des envoyés de l’Arabie saoudite, de l’Irak, de l’Égypte et de la Syrie, Damas a accepté de « prendre les mesures nécessaires pour mettre fin à la contrebande à travers les frontières avec la Jordanie et l’Irak » et de travailler au cours du mois suivant à l’identification des producteurs et des transporteurs de stupéfiants dans ces deux pays.

En outre, le processus de normalisation est la conséquence de l’évolution de la politique étrangère de l’Arabie saoudite. La politique étrangère agressive du prince héritier et Premier ministre du Royaume d’Arabie saoudite, Mohammed Bin Salman, représentée par la guerre lancée contre le Yémen en 2015 et la pression maximale contre l’Iran, a été un échec.

Cette politique est devenue trop coûteuse politiquement et une menace pour ses projets de réforme de l’économie, d’attraction des investisseurs étrangers et d’ouverture du pays aux touristes. Récemment, Riyad a donc cherché à établir des relations plus cordiales avec ses voisins.

Cela a commencé par la fin des relations conflictuelles avec le Qatar et la Turquie, et s’est poursuivi par le rapprochement politique historique entre l’Iran et l’Arabie saoudite grâce à la médiation de la Chine au début du mois d’avril.

Depuis, les deux États ont affirmé leur volonté de travailler ensemble pour « la sécurité, la stabilité et la prospérité  » au Moyen-Orient. Ceci est particulièrement important pour l’Arabie Saoudite afin de stabiliser la situation au Yémen et de prévenir les menaces sécuritaires à sa frontière sud. Ce rapprochement devrait également permettre aux deux pays de rouvrir leurs ambassades d’ici la mi-mai et de mettre en œuvre les accords de coopération économique et sécuritaire signés il y a plus de 20 ans.

Ceci est également lié à la perception saoudienne que Washington ne peut plus fournir la sécurité nécessaire au Royaume, en particulier après l’éclatement des soulèvements en 2011. En outre, l’échec de l’invasion américaine de l’Irak et la crise financière mondiale de 2007-2008 ont tous deux porté un coup économique sévère au prestige du modèle néolibéral américain.

Il en a résulté un affaiblissement relatif de la puissance américaine à l’échelle mondiale, qui a non seulement laissé plus de place à l’action d’autres forces impérialistes mondiales telles que la Chine et la Russie, mais qui a également profité à des puissances régionales agissant de manière de plus en plus indépendante.

En raison de l’affaiblissement relatif de la puissance américaine, des États régionaux tels que l’Iran, la Turquie, l’Arabie saoudite et le Qatar ont accru leur influence et leur pouvoir dans la région. Les décisions continues des dirigeants saoudiens de maintenir les prix du pétrole à un niveau élevé et de réduire la production ont symbolisé cette évolution des relations entre Riyad et Washington.

Plus généralement, l’Arabie saoudite et d’autres acteurs régionaux ont la volonté de consolider une forme de stabilité autoritaire dans la région. Malgré les rivalités permanentes entre les différents Etats de la région, ils ont une position commune qui consiste à vouloir revenir à une situation similaire à celle qui prévalait avant les soulèvements de 2011.

Dans ce cadre, le processus de normalisation et de rétablissement des liens avec le régime syrien fait partie de ce plan. Il va de pair avec d’autres processus tels que la fin des protestations démocratiques et les tentatives d’endiguement des groupes djihadistes.

Ces changements dans la politique étrangère saoudienne sont principalement liés à la nécessité pour le Royaume de se concentrer sur les réformes économiques et les objectifs de Saudi Vision 2030, qui prévoit de mettre fin à la dépendance aux combustibles fossiles et d’atteindre 100 milliards de dollars d’IDE annuels d’ici 2030.

« Si les Émirats arabes unis ont pris l’initiative de normaliser les relations avec Damas, le processus de normalisation de l’Arabie saoudite avec le régime syrien a changé la donne. »

Alors que les flux d’IDE vers le royaume saoudien ont progressivement ralenti, passant d’une augmentation de 200 % entre 2018 et 2019 à 20% entre 2019 et 2020 en raison de facteurs politiques et de la baisse des prix du pétrole, les événements récents, notamment la normalisation entre l’Arabie saoudite et l’Iran, pourraient inverser cette tendance.

Le royaume saoudien a fait part de son intention de conclure des partenariats public-privé (PPP) pour de nombreux services publics, y compris des secteurs plus traditionnellement sociaux tels que l’éducation, le logement et la santé. Le Financial Times a qualifié ces projets de « thatchérisme saoudien ».

En avril 2023, MBS a lancé quatre nouvelles « zones économiques spéciales » (ZES) afin de favoriser l’implantation d’industries non traditionnelles, notamment dans les secteurs du tourisme, des technologies de l’information, des énergies renouvelables et de la logistique. La nouvelle stratégie économique place les capitaux privés au centre de la future économie saoudienne.

Parallèlement, le développement du secteur touristique est l’un des axes majeurs de cette diversification : Riyad vise à atteindre 100 millions de visiteurs par an en 2030.

Si les Émirats arabes unis ont pris l’initiative de normaliser les relations avec Damas, le processus de normalisation de l’Arabie saoudite avec le régime syrien a changé la donne. Le processus de normalisation en cours du régime syrien avec l’Arabie saoudite, et plus généralement dans la région, doit être compris dans le cadre de cette dynamique régionale.

Ces événements récents ne signifient toutefois pas que la Syrie connaîtra à court terme une quelconque amélioration pour sa population ou pour son potentiel futur de redressement économique et de soutien international.

Au contraire, la réintégration de Damas servira principalement les intérêts des dirigeants autoritaires de la région qui sont déterminés à effacer les progrès réalisés par les soulèvements de 2011.

Joseph Daher
Joseph Daher enseigne à l’université de Lausanne, en Suisse, et est professeur affilié à l’Institut universitaire européen de Florence, en Italie, où il participe au projet « Wartime and Post-Conflict in Syria Project ». Il est l’auteur de « Syria after the Uprisings, The Political Economy of State Resilience ».
Suivez-le sur Twitter : @JosephDaher19
https://www.newarab.com/opinion/syria-normalisation-key-saudis-new-foreign-policy
Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

La normalización de Siria, clave en la nueva política exterior saudí
https://vientosur.info/la-normalizacion-de-siria-clave-en-la-nueva-politica-exterior-saudi/

Joseph Daher

Militant révolutionnaire syrien résidant actuellement en Suisse

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...