Édition du 27 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

La prostitution au cœur du capitalisme néolibéral

Réglementer la prostitution, c’est réglementer cette industrie, mais c’est aussi accepter que notre corps soit une marchandise. C’est pourquoi la prostitution a des effets désastreux sur toutes les femmes.

Tiré de Entre les lignes et les mots

Ces dernières années, un débat, souvent acrimonieux, a eu lieu sur la manière de traiter la prostitution. Cela est principalement dû à la transformation de cette réalité sociale. De petite entreprise sans impact économique sur les comptes nationaux, elle est devenue une industrie mondiale. Sa croissance a été gigantesque, sa visibilité et sa normalisation ont aussi considérablement augmenté. À la fin des années 1970, avec l’apparition des premières politiques économiques néolibérales, l’ancien système de prostitution que nous connaissions à travers la littérature et le cinéma a commencé à décliner. Des maisons closes, des jeunes femmes marquées par la pauvreté et des événements biographiques qui les plaçaient en marge de la société, et des groupes d’hommes moins nombreux que ceux qui s’y rendent aujourd’hui formaient le vieux canon de la prostitution. Beaucoup d’entre eux ont été initiés à la sexualité dans ces lieux. Cependant, le nouveau canon de la prostitution n’a pas grand-chose à voir avec cela. Il y a quelque chose qui fait coïncider ces deux mondes de la prostitution : c’est dans le récit des femmes prostituées comme des putes heureuses qui étaient et sont là parce qu’elles en ont envie.

« L’exploitation sexuelle est devenue une stratégie de développement pour des pays comme la Roumanie, la Thaïlande, le Nigeria, le Brésil, la Colombie ou la République dominicaine. »

La transformation de la prostitution en une gigantesque industrie de l’exploitation sexuelle trouve son origine, comme je l’ai souligné précédemment, dans le nouveau capitalisme. Lorsque ces politiques économiques sont imposées, nous nous retrouvons avec des pays incapables de s’engager dans l’économie mondiale parce que leurs appareils productifs ne sont pas compétitifs et détruisent des emplois. C’est alors qu’apparaissent les économies illicites – que Castells appelle les économies criminelles – qui deviennent une opportunité pour les pays à fort taux de pauvreté qui assistent, paniqués, à la ruine d’une partie de leur tissu économique. L’exportation illégale d’armes, le trafic de drogue, l’exportation de femmes à des fins d’exploitation sexuelle, le trafic d’organes et la gestation pour autrui – l’un des pays où cette industrie était la plus répandue et la plus criminelle était l’Ukraine jusqu’au début de la guerre – sont les économies criminelles qui rapportent le plus. Ces industries illégales seront pour certains pays la possibilité de reconstruire leur économie nationale.

Toutefois, il n’est pas facile de faire de l’économie illicite la principale source de profit d’un pays. Pour ce faire, explique Saskia Sassen, il faut créer des circuits semi-institutionnels par lesquels transitent une ou plusieurs économies illégales. Grâce à ces circuits, les femmes sont exportées à des fins d’exploitation sexuelle des pays du Sud, où le taux de pauvreté est élevé, vers les pays du Nord. Ces circuits relient les mafias des pays d’origine à celles des pays de destination. Les femmes qui se prostitueront sont recrutées dans leur propre pays par la violence, la tromperie ou la promesse d’argent et d’une vie bien meilleure que celle qu’elles ont dans leur propre pays. Lorsqu’elles arrivent ici, on leur a déjà attribué un appartement, un bordel ou un endroit dans une zone industrielle ou au centre d’une ville, tout comme les hommes qui les contrôlent. Commence alors pour eux un parcours de souffrance et de douleur inimaginable pour ceux d’entre nous qui ne connaissent pas ces vies.

Sassen les appelle des circuits semi-institutionnalisés car, pour relier le pays d’origine au pays de destination et exporter quotidiennement des milliers de femmes par ce circuit, en contournant les contrôles migratoires, il faut la complicité des mafias avec des secteurs de la police, de l’armée, du système judiciaire et, bien sûr, des élites économiques et politiques du pays. L’élément fondamental est que les femmes qui sont exportées envoient des fonds dans leur pays d’origine, et avec cet argent, l’économie nationale est réactivée.

C’est pourquoi l’industrie de l’exploitation sexuelle est devenue une stratégie de développement pour des pays comme la Roumanie, la Thaïlande, le Cambodge, le Nigeria, le Brésil, la Colombie et la République dominicaine, parmi beaucoup d’autres. Un ministre thaïlandais a affirmé dans une interview qu’il était nécessaire de sacrifier une génération de femmes pour accélérer la croissance économique du pays. Le Fonds monétaire international, lorsqu’il accorde des prêts d’aide structurelle à des pays présentant un taux de pauvreté élevé, les incite à créer une industrie des loisirs et du divertissement pour assurer le remboursement de la dette. Le projet Eurovegas à Madrid répond à ce modèle de loisirs, qui prend la forme de la prostitution et du jeu. La prostitution crée de l’argent et les jeux d’argent le blanchissent.

« J’ai dû faire du travail de terrain lorsque j’ai fait des recherches sur la prostitution et je n’ai jamais rencontré de femme qui voulait être là où elle était. »

Le blanchiment d’argent est précisément le point de connexion de l’économie légale avec l’économie illégale. L’apparition de micro-banques dans les pays qui exportent des femmes à des fins de prostitution a pour fonction de blanchir l’argent obtenu illégalement à partir du corps des femmes transformé en une marchandise dont la principale caractéristique est son faible coût et ses profits très élevés. Il n’est pas surprenant que la prostitution oscille entre la deuxième et la troisième place en termes de bénéfices à l’échelle mondiale. L’économie criminelle joue un rôle nécessaire dans la mondialisation du capitalisme néolibéral. Eh bien, dans ce contexte, un marché mondial a été articulé qui extrait des profits du corps des femmes dans lequel l’existence de la prostitution, de la pornographie ou de la maternité de substitution les a transformées en marchandises dans ce marché criminel.

La question est de savoir ce qu’il faut faire de cette industrie et de ses victimes, celles que l’industrie marchandise, exploite, objective et presse sans plus de limites que les heures dont elle dispose chaque jour. Réglementer la prostitution, c’est réglementer cette industrie, mais c’est aussi accepter que notre corps soit une marchandise. La prostitution a donc des effets désastreux sur toutes les femmes. Est-il possible, depuis le féminisme et la gauche, de proposer la réglementation du travail pour une fellation ou une pénétration anale ou vaginale ? Est-il possible d’utiliser le principe de la liberté individuelle pour le faire ? En d’autres termes, pouvons-nous continuer à répéter l’argument « Je fais de mon corps ce que je veux » ? Si ce principe est utilisé pour légitimer l’accès sexuel au corps des femmes, nous pouvons également l’utiliser pour légitimer la vente d’organes ou pour légitimer n’importe quel esclavage tant qu’il est consenti par le sujet qui le subit. Il est dévastateur de voir comment la culture de la marchandisation néolibérale a imprégné des secteurs de la gauche ! Pouvons-nous légitimement exiger que la santé, l’éducation ou les pensions ne fassent pas partie du marché et proposer en même temps que le corps des femmes soit disponible comme marchandise ? La réglementation de la prostitution consiste à ouvrir au marché le dernier barrage que nous possédons, à savoir notre propre corps. C’est pourquoi la prostitution est un test pour savoir jusqu’où peut aller la voracité du capitalisme néolibéral. Il transforme le corps de certaines femmes, les plus vulnérables et celles qui ont le moins de ressources, en un lieu de travail. C’est un pari pour survivre plutôt que pour vivre. Les femmes qui se prostituent méritent d’avoir une vie comme les autres. Et la question « et si elles veulent le faire » ne peut être posée que par ceux qui parlent par ignorance ou mauvaise foi. Personne ne mérite la violence et les abus.

« Les politiques abolitionnistes ne mettront pas fin à la prostitution du jour au lendemain, mais elles dissuaderont les proxénètes. Et il punira aussi les prostitueurs. »

J’ai dû faire du travail de terrain lorsque j’ai fait des recherches sur la prostitution et je n’ai jamais rencontré de femme qui voulait être là où elle était. J’ai trouvé des grossesses chez des femmes migrantes, parfois très jeunes, qui ne savaient pas quoi faire dans cette circonstance. Et j’ai également trouvé des enfants, des mères et des pères ou des frères et sœurs dans le pays d’origine qui avaient besoin ou pouvaient utiliser de l’argent pour survivre ou pour mieux vivre. J’ai trouvé des abus de la part de parents qui poussaient certaines femmes à se prostituer pour recevoir leur argent mensuel… J’ai trouvé de la douleur, beaucoup de douleur, et des déclarations que je n’oublierai jamais : « Je veux avoir une vie normale, emmener mes enfants à l’école, avoir un travail et une maison ». J’ai aussi trouvé de l’alcool et de la cocaïne pour faire face aux abus des prostituées. Et beaucoup de douleur physique et psychologique. Après avoir été dans la zone industrielle de Marconi, dans des clubs ou dans des appartements où la prostitution avait lieu, je ne pourrai jamais proposer autre chose que de mettre fin à une réalité qui est une source inépuisable de douleur pour tant de femmes. Je ne pourrai jamais avoir d’autre opinion que celle qui veut mettre fin à cette industrie criminelle.

Les politiques abolitionnistes ne mettront pas fin à la prostitution du jour au lendemain, mais elles dissuaderont les proxénètes qui chercheront de nouveaux marchés d’exploitation sexuelle jusqu’à ce que le monde devienne inhabitable pour ces criminels. Et elle punira également les prostitueurs sur lesquels repose le système de prostitution. Nos jeunes ne méritent pas d’être socialisés et de penser qu’il est acceptable d’accéder au corps de femmes pauvres, migrantes, sans papiers et toujours vulnérables pour des prix ridicules. Les abus et l’exploitation ne doivent pas et ne peuvent pas faire partie de la socialisation de notre société, ni alimenter notre imaginaire sexuel. Nous rencontrerons de nombreux obstacles sur le long chemin de l’abolition de la prostitution. Les intérêts patriarcaux et économiques sont au premier plan. L’abolition supprime les privilèges masculins, mais nous avons l’obligation de les éliminer si nous aspirons à un monde plus égalitaire. Faire des politiques abolitionnistes, c’est se placer du bon côté de l’histoire, car c’est une étape éthique fondamentale pour civiliser notre société et notre démocratie. Les femmes qui se prostituent ont le droit d’avoir une vie digne d’être vécue, et dans l’industrie du sexe, il n’y a pas de vie, seulement de l’exploitation et de la violence.

Rosa Cobo
Rosa Cobo est maîtresse de conférences en sociologie à l’université de La Corogne et écrivaine.
https://ctxt.es/es/20220601/Firmas/39947/Rosa-Cobo-prostitucion-regularizacion-abolicion-capitalismo-cuerpo-mercancia.htm
Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...