Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Opinion

La tentation radicale

Avec le congrès récent de l’ADQ est venu un phénomène que le Québec n’avait jamais vu dans son histoire. Pour la première fois, un parti politique se positionne à l’extrême droite de l’échiquier politique et espère attirer un bon nombre de québécois déçus par le statu quo social-démocrate qui domine la politique nationale depuis la révolution tranquille.

Nous connaissions les positions économiques néolibérales de Mario Dumont depuis sa création, mais il avait toujours évité de proposer des politiques sociales de droite afin de ne pas choquer l’opinion publique.
Néanmoins, les dernières déclarations du chef de l’ADQ marquent un changement de l’orientation du parti. En mettant un bémol aux revendications des minorités, en suggérant des classes non mixtes dans l’éducation, par exemple, l’ADQ se radicalise à droite en espérant renverser la diminution marquée de ses appuis et susciter une remontée des intentions de vote en sa faveur.

Il s’agit peut être d’un signe des temps. Une nation québécoise qui connaît une baisse démographique de sa population peut engendrer une riposte politique réactionnaire. L’Histoire du monde a déjà connu ce genre de revirement d’une société se sentant menacée dans sa survie et qui, pour contrer un possible déclin, se tourne vers la xénophobie, le protectionnisme culturel ainsi qu’économique, et accepte une recul social vers des valeurs plus conservatrices afin de renforcer son sentiment d’identité national.

Il s’agit de la voie de la facilité, engendrée par la peur de tout un peuple de disparaître, mais les québécois ne doivent pas s’engager dans cette direction. Il est important de s’intégrer au reste du monde, d’accepter les différences et de trouver d’autres solutions à nos problématiques nationales. En séparant hommes et femmes dans l’éducation, un concept archaïque à contre courant des valeurs occidentales contemporaines, et en reniant les droits des minorités, on attirera moins d’immigrants, ce qui aggravera le déficit démographique du Québec, même avec l’instauration des meilleures politiques de natalité. Il est préférable de propager l’image d’une nation ouverte sur l’égalité de tous et chacun, capable d’accueillir les ethnies sans préjudices, pour permettre un apport accru d’immigration qui bénéficiera économiquement et socialement à tout le peuple québécois dans l’avenir.

Mots-clés : Opinion Québec

Sur le même thème : Opinion

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...