Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

La violence en Israël s’aggrave mais les puissances mondiales n’agissent pas

Ali Adam explique que la violence exercée par Israël contre les Palestiniens, observée à un rythme beaucoup plus élevé cette année, a gravement augmenté au fil du temps. Elle risque de s’aggraver si les acteurs mondiaux et l’ONU ne fournissent pas une protection urgente.

Tiré de France-Palestine Solidarité.

Depuis le début de cette année, plus de 105 Palestiniens ont été tués et 8000 blessés par les forces de l’armée israélienne en Cisjordanie, ce qui en fait la période la plus meurtrière de ces 16 dernières années pour les Palestiniens de la région.

L’armée israélienne lance des raids quotidiens sur les villes palestiniennes, tuant, blessant et arrêtant des personnes.

Israël a également tué au moins 28 enfants en Cisjordanie depuis le début de l’année 2022. Parmi eux, Rayan Suleiman, 7 ans, qui a fait une crise cardiaque par peur alors qu’il était poursuivi par les forces de l’armée israélienne.

Une autre victime d’Israël est la journaliste chevronnée d’Al-Jazeera, Shireen Abu Akleh, dont le meurtre a provoqué une onde de choc dans le monde entier.

  • ’’La violence excessive, ainsi que les violations rampantes par l’armée israélienne sont susceptibles de conduire à une énorme contre-action des Palestiniens sous la forme d’un soulèvement global ou d’une intifada. Dans ce cas, les Palestiniens, en grande partie désarmés, seraient dépassés par l’une des plus grandes armées du monde, ce qui entraînerait des carnages horribles.’’

La violence des colons contre les Palestiniens a également continué à augmenter. Depuis janvier, 527 cas de violence contre des Palestiniens ont été enregistrés, contre 496 en 2021 et 358 en 2020. Cependant, depuis le 10 octobre, il y a eu une vague supplémentaire désordonnée de violence des colons contre les Palestiniens, en particulier à Naplouse. Dans un cas, un groupe de colons extrémistes, protégés par l’armée israélienne, a attaqué des Palestiniens dans leurs maisons et leurs magasins à Huwara.

Dans d’autres cas, un colon a ouvert le feu sur des maisons palestiniennes, et d’autres colons se sont déchaînés dans le nord de la vallée du Jourdain, bombardant de pierres chaque voiture palestinienne qui passait.

Dans le village de Qusrah, près de Naplouse, des colons ont brûlé trois poulaillers appartenant à des Palestiniens et contenant quelque 30 000 poulets vivants, et ont tiré à balles réelles sur des Palestiniens, blessant deux d’entre eux. Ils ont également battu un autre Palestinien.

La violence des colons a été endémique ces derniers jours en Cisjordanie. De nombreux rapports font état de voitures prises pour cible et de Palestiniens blessés dans les régions de Naplouse, Salfit, Ramallah, la vallée du Jourdain et d’autres endroits. Cela se passe souvent sous la protection totale des forces d’occupation israéliennes, qui attaquent les Palestiniens s’ils se défendent contre les colons qui les agressent.

En fait, le nombre d’affrontements entre Palestiniens et forces d’occupation israéliennes à la suite de raids de colons a augmenté de 167 %. L’impunité dont jouissent les colons de la part des autorités judiciaires, politiques et militaires israéliennes a permis d’ancrer et d’encourager la violence. En effet, celle-ci est souvent utilisée comme un outil pour chasser les Palestiniens de leurs terres.

Les colons et les forces de l’armée israélienne travaillent donc à l’unisson idéologiquement dans ce but précis.

Dans le cadre de sa répression croissante des Palestiniens, Israël a arrêté plus de 2 000 Palestiniens depuis le début de l’année. Près de 800 Palestiniens sont en détention administrative, et sont détenus indéfiniment sans procès ni inculpation. Ce chiffre est le plus élevé depuis 2008, selon le groupe israélien HaMoked, qui recueille régulièrement des chiffres auprès des autorités pénitentiaires israéliennes.

Bien entendu, il ne faut pas oublier les autres violations flagrantes commises par Israël à l’encontre des Palestiniens, telles que les activités de colonisation, qui constituent des crimes au regard du droit international, les démolitions de maisons et le siège permanent de Gaza, qui implique également des bombardements militaires de la bande tous les deux ans.

La réalité est simple : Israël continue d’imposer aux Palestiniens un régime militaire d’apartheid vieux de plusieurs décennies et, au cours des deux dernières décennies, sa carte politique s’est déplacée vers l’extrême droite, ses pratiques brutales s’intensifiant année après année.

Ce qui aggrave encore la situation, c’est que le courant dominant en Israël soutient largement la poursuite de la brutalisation et de l’oppression des Palestiniens, sans que les actions draconiennes de l’armée ne soient réellement remises en question.

La violence excessive, ainsi que les violations flagrantes commises par l’armée israélienne, sont susceptibles d’entraîner une réaction massive des Palestiniens sous la forme d’un soulèvement général ou d’une intifada. Dans ce cas, les Palestiniens, en grande partie désarmés, seraient dépassés par l’une des plus grandes armées du monde, ce qui entraînerait de terribles carnages.

Les Palestiniens ne doivent pas être laissés seuls à endurer les pratiques de plus en plus oppressives et en constante escalade de l’occupation israélienne, qui comprennent des raids violents quotidiens, des détentions arbitraires, des exécutions extrajudiciaires, la construction de colonies illégales, des démolitions de maisons à grande échelle et des déplacements.

Des mesures doivent être prises pour assurer la protection du peuple palestinien et la Palestine occupée doit être placée sous un système de protection internationale administré par l’ONU. Ceci est, après tout, conforme aux objectifs de la création des Nations Unies, et conforme à la responsabilité de la communauté internationale en vertu du droit international, du droit humanitaire international, y compris la Quatrième Convention de Genève, et de nombreux traités relatifs aux droits de l’homme, ainsi que des résolutions du Conseil de sécurité des Nations Unies.

C’est également une demande que les dirigeants palestiniens ont formulée des dizaines de fois à la communauté internationale, mais en vain.

Jusqu’à présent, le soutien aux Palestiniens n’a pris que la forme d’une rhétorique, tandis qu’Israël bénéficie d’une impunité totale pour ses actions. Cela a enhardi l’armée israélienne - et par extension les colons - dans leurs violations contre les Palestiniens. Si cette trajectoire se poursuit, les choses ne feront qu’empirer.

En effet, la question palestinienne a représenté au fil des ans un baromètre de l’engagement international en faveur des droits de l’homme. Ainsi, le respect des droits des Palestiniens contribuera largement à garantir le respect des libertés fondamentales et du droit international dans le monde entier.

Traduction et mise en page : AFPS / DD

Ali Adam

Journaliste pour The New Arab.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...