Édition du 26 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Le Chiapas au bord de la guerre civile

Face à l’inaction des autorités étatiques et fédérales devant la criminalité actuelle et antérieure, nous prendrons les mesures appropriées pour que justice soit appliquée aux criminels de l’Orcao et aux fonctionnaires qui les parrainent. C’est tout. Il n’y aura plus de communiqué. Autrement dit, il n’y aura plus de mots, mais des actes.

Des montagnes du sud-est mexicain. Au nom du CCRI-CG de l’EZLN, le Commandant adjoint des insurgés Galeano. Mexique, le 19 septembre 2021.

22 septembre 2021 | tiré de viento sur

Comité clandestin révolutionnaire indigène-commandement général de l’armée zapatiste de libération nationale :
Au peuple mexicain :
Aux peuples du monde :
À la sixième nationale et internationale :
À l’Europe en bas et à gauche :

Premièrement, tout d’abord, le 11 septembre 2021, dans la matinée et à la tête de la délégation zapatiste aérienne à Mexico, des membres de l’Orcao, organisation paramilitaire au service du gouvernement de l’État du Chiapas, ont enlevé les collègues Sebastián Núñez Pérez et José Antonio Sánchez Juarez, autorités autonomes du conseil de bonne gouvernance de Patria Nueva au Chiapas.

L’Orcao est une organisation politico-militaire, a des uniformes, du matériel, des armes et un quartier obtenus avec l’argent qu’ils reçoivent des programmes sociaux. Elle en garde une partie et donne l’autre partie aux fonctionnaires pour qu’ils publient que les raisons de l’aide reçue sont respectées. Avec ces armes, ils tirent tous les soirs sur la communauté zapatiste de Moïse et Gandhi.
L’EZLN a attendu patiemment jusqu’à épuiser les canaux possibles pour parvenir à une solution. Alors que le gouvernement de l’État du Chiapas sabotait et éternisait la libération, ce sont les organisations de défense des droits de l’homme et de l’Église catholique progressiste qui ont justement apprécié ce qui pourrait arriver.

Deuxièmement, les camarades ont été privés de liberté pendant 8 jours et ont été libérés aujourd’hui, le 19 septembre 2021, grâce à l’intervention des curés de Saint-Kitts des Maisons et d’Oxchuc, appartenant au diocèse de Saint-Christophe. Les pairs ont été dépouillés d’un moyen de communication et de six mille pesos en espèces appartenant au Conseil de la bonne gouvernance.

Troisièmement, le délit d’enlèvement est puni par les lois du mauvais gouvernement et par les lois zapatistes. Alors que le gouvernement de l’État du Chiapas chevauche et encourage ces crimes, et ne fait rien, l’Armée zapatiste de libération nationale a pris les mesures nécessaires pour libérer les personnes enlevées et arrêtées et sanctionner les responsables du crime.

Quatrièmement, le conflit n’a pas atteint le caractère d’une tragédie grâce à l’intervention des curés susmentionnés, des organisations de défense des droits de l’homme et des mobilisations et dénonciations qui ont eu lieu au Mexique et surtout en Europe.

Cinquièmement, l’Escandón fait de son mieux pour déstabiliser l’État du Chiapas, dans le sud-est du Mexique :

• réprime avec luxe de violence les simples ruraux.
• sabote les accords conclus entre le magistère démocratique et le gouvernement fédéral, en empêchant les enseignants de se mobiliser radicalement pour que ces accords soient respectés.
• leurs alliances avec le trafic de la drogue font que les communautés d’origine sont obligées de former des groupes d’autodéfense, parce que le gouvernement ne fait rien pour préserver la vie, la liberté et les biens des habitants. Le gouvernement du Chiapas non seulement ne contrôle pas les gangs de la drogue, mais il encourage, promeut et finance également des groupes paramilitaires comme ceux qui ciblent continuellement les communautés d’Aldama et de Santa Martha.
• Il mène une politique d’immunité volontairement lente et désordonnée qui provoque des désordres parmi la population rurale ce qui ne tardera pas à exploser. Pendant ce temps, le nombre de décès dûs au covid augmente dans les communautés sans être pris en compte.
• leurs fonctionnaires volent tout ce qu’ils peuvent du budget de l’État. On peut sans doute se préparer à un effondrement du gouvernement fédéral ou parier sur un changement du parti au pouvoir.
• Il a maintenant tenté de saboter le départ de la délégation zapatiste qui participe à la traversée de la vie, chapitre Europe, en ordonnant à ses paramilitaires de l’Orcao l’enlèvement de nos compagnons, en laissant impuni le crime, et en essayant de provoquer une réaction de l’EZLN afin de déstabiliser un État dont la gouvernance est en jeu.

Sixièmement, si l’objectif du Parti vert écologiste du Mexique (PVEM) est de provoquer un problème qui aura des répercussions internationales, ainsi que de déstabiliser le régime au pouvoir, il vaut mieux recourir à la consultation de révocation de mandat.

Le PVEM est l’un des noms que le vieux priisme utilise sur ces terres. Parfois, c’est le PAN, parfois c’est le PRD, maintenant c’est le PVEM mal déguisé en parti mouvement de régénération nationale. Ce sont les mêmes délinquants d’avant qui font maintenant partie du mouvement d’opposition mal nommé, comme cinquième colonne.

Les responsables sont : Rutilio Rscandón et Victoria Cecilia Flores Pérez.
Si ce qu’ils veulent, c’est renverser le gouvernement fédéral actuel, ou lui causer des difficultés en représailles aux enquêtes criminelles qu’ils mènent contre eux, ou s’ils jouent dans l’une des factions qui se disputent la succession de 2024, utiliser les voies légales auxquelles ils ont accès et arrêter de jouer avec la vie, liberté et biens des Chiapanecos. Votez et appelez à voter pour la révocation du mandat et arrêtez de jouer avec le feu parce que vous allez vous brûler.

Nous appelons l’Europe en bas et à gauche et les nationaux et internationaux à manifester devant les ambassades et consulats du Mexique, et dans les maisons du gouvernement de l’État du Chiapas, pour leur demander d’arrêter les provocations et d’abandonner le culte de la mort qu’ils professent. La date proposée est le vendredi 24 septembre 2021.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...