Édition du 21 juin 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Le projet israélien de colonisation des eaux palestiniennes

La saisie des rivières et des territoires palestiniens est une stratégie de domination violente d’Israël.

Les sociétés colonisatrices dépendent d’une continuité pour accumuler des ressources et aliéner les autochtones de leurs moyens de subsistance, déracinant toute relation productive ou sentimentale avec leur terre. Le « Terracentrisme » agit méthodiquement pour assurer la permanence des sociétés colonisatrices, puisque le contrôle de la terre est allié au contrôle des conditions de survie. Le territoire visé par les colons de peuplement est considéré comme une « terre libre », sans tenir compte des communautés qui y résident déjà.

Tiré de Capiré

Par Rama Sabanekh

photo : Hydrofrontières : entre impérialisme, occupation et invasion

La colonisation de peuplement est le processus systématique de transformation du territoire à travers le contrôle des terres, des ressources et des habitants pour établir une nouvelle entité politique permanente et exclusive avec une société qui remplace, exploite et contraint les espaces de subsistance autochtones.

Dans le cas du sionisme, l’objectif était (et l’est toujours) de créer une colonisation de peuplement ethnoexclusive à travers la « nativisation » de la société des colons-immigrants. Cela s’est produit à travers la conception de continuums historiques entre la terre et les colonisateurs, évoquant des discours bibliques-religieux accompagnés d’un processus de « mémoricide », c’est-à-dire, l’effacement complet des histoires autochtones et la construction de nouvelles histoires pour les colonisateurs. De manière décisive, l’acte d’immigration en Palestine a été qualifié de « retour » à la « terre promise », dans la Bible, « Aliya » : le nom donné aux vagues d’immigration juive en Palestine.

Comme l’a écrit le sociologue Baruch Kimmerling[1], « chaque morceau de terre qui est passé sous le contrôle des Juifs, au moins jusqu’en 1947, était en possession de quelqu’un d’autre avant qu’ils ne l’acquièrent.  » Le prix à payer pour la possession et la colonisation de la terre a été administré et acquis, principalement, par le Fonds national juif (FNJ), une organisation qui a rempli les objectifs d’acquisition de terres discutés lors du premier Congrès sioniste. Grâce à la culture, le sionisme a rempli les deux piliers centraux de la colonisation de peuplement : le contrôle territorial par l’appropriation de la terre natale et l’établissement d’une nouvelle communauté sociale et politique. Cela a joué un rôle idéologique important pour le sionisme, attirant davantage des immigrés-colons juifs, créant une demande de travail, de nourriture, de logement et un sentiment de communauté – des ressources vitales pour la formation d’un collectif national. Il a également établi un lien entre les colonisateurs et la terre, nécessitant la présence, l’entretien et, plus tard, la souveraineté sur la terre.

La culture est le prolongement opérationnel du mythe sioniste consistant à « faire fleurir le désert », réitéré dans la Déclaration d’indépendance et dans les déclarations de plusieurs premiers ministres israéliens. L’immigration de colons vers des terres cultivables, idéalement situées à proximité des ressources en eau, est justifiée par les arguments de modernisation et de civilisation. Cela dépend de l’hypothèse que lorsque les autochtones « existaient » pour de vrai, ils géraient mal la terre (et l’eau) et que le colonisateur blanc moderne pouvait ainsi « développer le véritable potentiel de la Terre » et « plier la nature au service de l’humanité ». Cela découle de la logique coloniale-impériale qui classe les indigènes comme inférieurs et barbares et les colonisateurs comme supérieurs et intelligents.


Période Pré-Nakba/État

La région entourant la Palestine a été gouvernée par l’Empire Ottoman jusqu’à sa chute après la Première Guerre mondiale. Les autorités britanniques, françaises, italiennes et russes se sont engagées dans des négociations secrètes pour diviser la région. Ces pourparlers ont abouti à l’accord Sykes-Picot de 1916, qui a établi des systèmes de mandat et de gouvernance directe dans le « Croissant fertile », des parties du Hedjaz, en Turquie, jusqu’au mont Ararat. La création de frontières impériales au Levant est une conséquence directe de la logique de défaire/faire des espaces coloniaux « productifs » – ce qui a coïncidé avec les aspirations sionistes. Cependant, dans ce scénario, la majeure partie de la Palestine a été attribuée en tant que zone internationale. La frontière nord de la Palestine à cette époque s’étendait d’un point près de Nahariya à un point nord-ouest sur le lac de Tibériade. La déclaration Balfour a contesté cet arrangement en 1917. C’était une promesse écrite du gouvernement britannique à Lord Rothschild d’aider à établir un « foyer national » pour les Juifs en Palestine, ce qui signifiait en fait que les intérêts britanniques étaient alignés sur les intérêts sionistes.

Les aspirations sionistes pour les eaux du nord ont été annoncées par les Britanniques dans les discussions franco-britanniques de 1920, où ils ont demandé d’étendre les limites du territoire pour inclure tout le bassin du Jourdain depuis la colonisation de Mettula [al Mattaleh] au nord et à l’est des sources de Banias et de la ville de Quneitra, en plein territoire occupé par la France. En retour, les Français ont obtenu le droit de gouverner directement toute la Syrie et le Liban, niant le Sykes-Picot et tuant toute aspiration à un État arabe indépendant. Les parties se sont engagées à ce que toutes les colonies juives dans le Nord soient sous mandat britannique en préparation de la prise de contrôle sioniste de la terre, et les Collines du Golan seraient sous mandat français. Cet accord a été signé en 1923 entre le colonel Paulet, français, et le colonel Newcombe, britannique.

À la suite des révoltes paysannes palestiniennes de 1936, la commission Peel a présenté la première proposition de partition du mandat britannique de la Palestine. Il a divisé le territoire entre un État juif, un État arabe et une zone de mandat britannique, proposant un transfert de population. La frontière tracée attribuait les districts nord riches en eau et la moitié de la côte ouest à l’État juif, tandis que l’État arabe conserverait la moitié inférieure de la côte et le désert du sud et la majeure partie de la frontière orientale (position en aval du Jourdain). Jérusalem et Tel Aviv resteraient sous mandat britannique. Cette proposition a été rejetée par les Sionistes et les Palestiniens.

Avec la montée des tensions et des horreurs de la Seconde Guerre mondiale contre la population juive d’Europe, la Société des Nations a proposé la partition de la Palestine en 1947, attribuant plus de la moitié du territoire à un État juif. Cela a également été rejeté et a abouti à la guerre de 1948. Les Palestiniens ont été chassés de leurs maisons dans ce qui est devenu connu sous le nom de Nakba (catastrophe) et les Sionistes ont déclaré un État israélien sur les terres vidées et revendiquées par leurs forces.

Période Post-Nakba/État

Après le mouvement sioniste avoir réussi à faire pression sur les mandats britannique et français pour qu’ils incluent les marais fertiles de Haute Galilée et de Hulla (connus sous le nom de Jorat al Thahab) dans le mandat de Palestine, les dirigeants israéliens ont aspiré à une nouvelle expansion territoriale. L’opération Hiram a été lancée par l’armée israélienne et a occupé 18 villages autour du fleuve Litani. Israël a réussi à en tirer 2 000 dunams (2 km²) des territoires libanais de son côté de la frontière d’armistice formulée en mars 1949. Dès le début, Israël a dépassé les trois accords d’armistice et était désireux d’établir sa position d’hydrohégémonie conquérant des territoires. Israël était intéressé par le contrôle des aquifères du Wadi Araba et des lits de rivières riches en minéraux. Il a établi des colonies agricoles à l’intérieur du territoire jordanien en 1951, s’étendant à l’est de la frontière sur 320 km² et occupant la région de Jisr al Majame’/Al Baqoura dans le triangle de Yarmouk. En outre, Israël a commencé à opérer son projet de construction de l’Aqueduc national [National Carrier] dans la zone démilitarisée au nord de Tibériade, une violation flagrante des termes de la paix avec la Syrie.

Pour tenter d’apaiser les « tensions », les Américains ont proposé le Plan directeur dans le cadre des négociations de Johnston de 1953, auquel Israël a présenté un contre-plan appelé Plan Cotton. Le plan d’Israël prévoyait de détourner l’eau du fleuve Litani vers le fleuve Hasabani pour la pomper vers Tibériade, puis vers le Transporteur national. Les plans ont échoué après avoir été rejetés par la Ligue arabe et l’arrivée au pouvoir de Ben Gourion. Alors qu’Israël achevait son projet de Transporteur agressif, privant les États riverains de grands débits d’eau, le Sommet arabe de 1964 a recommandé un plan de dérivation pour contrer l’hégémonie hydroélectrique israélienne.

Les échecs des projets arabes combinés à la guerre de 1967 signifiaient que les dirigeants israéliens n’avaient plus à cacher leurs plans d’expansion territoriale. Israël a envahi les Collines du Golan, les fermes de Cheba et la Cisjordanie cette année-là. Ce faisant, Israël a étendu son contrôle à tous les affluents du bassin supérieur du Jourdain. La carte officielle de l’État d’Israël, publiée par le ministère des Affaires étrangères, ne reconnaît pas la Cisjordanie et les Collines du Golan comme territoire occupé et étend ses frontières internationales jusqu’à ses bords orientaux. Les collines sont une zone hydrostratégique et fournissent un tiers de la consommation d’eau douce d’Israël. Contrôler les collines signifiait contrôler le mont Cheikh/Hermon, un objectif central des premières hydropolitiques sionistes. En outre, l’occupation a privé la Syrie de sa part d’eau dans le bassin du Jourdain.

Depuis lors, Israël exerce un contrôle total des eaux et prive les agriculteurs syriens de puits ou d’accès à une partie de ce qui est utilisé par les colons israéliens.

L’invasion du sud du Liban en 1978, l’opération Litani (en l’honneur du fleuve !), suivie de l’occupation de 1982 et de l’invasion de 2006 étaient justifiées par des préoccupations sécuritaires. Cependant, il est assez suspect que les ambitions de Litani et de Wazzani fassent en fait partie intégrante des agressions.

Le traité de paix avec la Jordanie en 1994 a donné lieu à des formes de pratiques hydrohégémoniques dans les négociations. Tout d’abord, les terres de Wadi Araba, où des colonies israéliennes ont été construites, ont été délimitées en territoire israélien. En retour, Israël a offert des terres rocheuses, impropres à l’agriculture, pour passer sous la souveraineté jordanienne. En visualisant la carte satellite de la région, on peut voir comment tous les lits et sources des rivières, auparavant sur le territoire jordanien, ont été attribués à la souveraineté israélienne (je nomme les sources WiBa/Yahev, les lits des rivières Paran, Arava, Shilhav et Shivya).

Deuxièmement, l’article quatre de l’annexe deux du traité mentionne explicitement le droit d’Israël de continuer à utiliser l’eau des puits forés du côté jordanien de Wadi Araba, et de demander plus d’approvisionnements en eau sous le voile du Comité des eaux partagées. Deux régions occupées, al Baqoura/Nahariyam et Al Ghamr/Tzofar sont restées sous le contrôle total d’Israël (sous « régime spécial ») pendant 25 ans, au cours desquels les Israéliens avaient un accès illimité aux débits d’eau de la Jordanie. La Jordanie pouvait exercer sa souveraineté sur ces lieux depuis novembre 2019.

Déséquilibre de pouvoir

En conclusion, j’ai essayé de situer les agressions spatiales israéliennes actuelles dans l’histoire plus large de la pensée sioniste. Ce que cette étude a montré, c’est la centralité de l’eau à la frontière sioniste et israélienne, un processus qui prospère en étendant le contrôle de l’État au maximum des ressources en eau. Israël est un État de colonisation de peuplement basé sur l’hydroterritorialisation, soit par lobby, par négociation ou par usage explicite de la force.

J’ai reconnu le déséquilibre des pouvoirs et j’ai donc rejeté l’hypothèse selon laquelle Israël est un acteur égal dans les conflits de l’eau, estimant au contraire qu’il s’agit d’une force hégémonique qui s’approprie historiquement et systématiquement la terre et de l’eau en Palestine et dans la région. Les ambitions sionistes d’étendre les frontières de l’État « futur » à l’ensemble du Golan et au sud du Liban se sont matérialisées peu de temps après le début de l’État, au mépris total des lois internationales. Cela a été suivi par la pratique de l’hydrohégémonie pour le bassin du Jourdain et le refus de participation des États riverains.

[1] Baruch Kimmerling, 1983. Zionism and territory : The socio-territorial dimensions of Zionist politics. Université de Californie.


Rama Sabaneh est journaliste et chercheuse. Elle écrit sur l’économie politique, la géographie et la violence au Moyen-Orient. Cet article est une version abrégée de l’article « CUnderstanding Israeli Boundaries As Hydro-territorial : A Study In Zionist History And Practice », présenté pour une discipline du King’s College London.

Édition par Bianca Pessoa et Helena Zelic
Traduit du portugais par Andréia Manfrin Alves

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...