Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Idle no more

Entrevue avec le Grand Chef Stewart Phillip, président de l’Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique

"Les peuples autochtones représentent la mince ligne rouge entre la dévastation environnementale et la protection de l'intégrité environnementale de nos terres et de nos droits."

Le grand chef Stewart Phillip avec sa compagne de lutte Joan Phillip (était) au rassemblement Idle No More, à l’Arche de la paix, Vancouver, le 12 janvier 2013. Le Grand Chef Stewart Phillip, président de l’Union des chefs indiens de la Colombie-Britannique, a participé à une entrevue à l’émission Discussion, le 9 janvier. Phillip, qui est natif d’Okanagan, vit à Penticton.

Entrevue et conversation
(tiré du journal, Le Marxiste léniniste, LML, 25 janvier 2013)

Au sujet de la loi C-45, il a dit : « Comme plusieurs le savent, le projet de loi C-45 est en grande partie une continuation de la loi C-38, une loi de quelque 420 pages, qu’on nomme souvent le projet de loi omnibus. Plus de cent pages sont consacrées à l’objectif de détruire la Loi canadienne sur l’évaluation environnementale et de mettre fin à la protection des habitats prévue dans la Loi sur les pêches. La loi C-45 poursuit dans le même sens.

« La loi C-45 a servi à soustraire le gouvernement fédéral de ses responsabilités envers approximativement 34 000 lacs, rivières et cours d’eau partout au pays où le gouvernement fédéral était responsable d’assurer l’intégrité de l’environnement. Il n’est plus responsable que pour moins d’une centaine de cours d’eau. Sans l’ombre d’un doute, les lois C-38 et C-45 servent à permettre aux grandes multinationales pétrolières d’avancer leurs importants projets de développement énergétique et de ressources sans craindre aucune opposition.

« Je crois que les Canadiens doivent comprendre que l’approche législative omnibus du gouvernement Harper est lourde de conséquences, qu’il s’agit d’une façon draconienne de faire adopter des lois. C’est une façon de faire qui n’accorde aucune place à la tenue de débats crédibles autour des projets de loi. Les partis de l’opposition ont tenté de faire en sorte que les deux projets de loi, C-38 et C-45, puissent être scindés afin de permettre au parlement d’avoir un débat ouvert sur leur contenu. Le gouvernement Harper a refusé de façon catégorique de s’engager dans un débat sain et ouvert et, fort de sa majorité, a plutôt passé ces projets de force au parlement.

« L’impact des ces projets de loi sera de toute évidence de permettre aux grands projets de développement des ressources de procéder sans opposition, menaçant par le fait même l’intégrité environnementale de tout le pays, les écosystèmes et plus particulièrement les écosystèmes marins. Les peuples des Premières Nations seront les premiers à subir les conséquences de cette dévastation catastrophique de l’environnement sur notre capacité de pratiquer nos droits et nos activités ancestraux. Les droits démocratiques de tous les Canadiens ont été complètement bafoués par l’approche omnibus et par les tactiques de fiers-à-bras du gouvernement Harper. »

Au sujet de mouvement Idle No More, voici ce que Phillip a eu à dire : « En commençant par la chef Theresa Spence qui, comme plusieurs le savent, poursuit une grève de la faim qui en est maintenant presque à son trentième jour [en date du 9 janvier]. Elle a perdu beaucoup de poids et a mis sa santé ainsi que sa vie en péril, ça c’est certain. Deux autres chefs se sont joints à elle pour la grève de la faim. On se souviendra que la chef Theresa Spence est la dirigeante de la Première Nation d’Attawapiskat. Il y a un an, la Première Nation Attawapiskat a lancé un appel à la Croix rouge internationale, ce qui avait créé un incident international et avait soulevé l’ire de tous au pays et sur le plan international contre le Canada en ce qui a trait aux conditions effroyables de pauvreté à Attawapiskat.

« Suite à cela, le premier ministre avait accepté une rencontre Couronne/Premières Nations le 24 janvier 2012 et s’était engagé à renouveler la relation entre la Couronne et les peuples autochtones de ce pays. Harper s’était engagé publiquement, promesses à l’appui, d’être ouvert et transparent et de ne pas agir dans le sens de démanteler les droits et les intérêts des peuples autochtones de ce pays et de travailler de près avec les Premières Nations.

« En fait, la rencontre Couronne/Premières Nations [le 24 juin de l’an dernier] n’a été qu’une séance de relations publiques. Le premier ministre s’est aussitôt rendu en Suisse pour assister à une réunion internationale où il a prétendu entretenir une très solide relation avec les peuples autochtones. Lorsqu’on retourne un an en arrière, on constate que le gouvernement du Canada, par le biais du gouvernement Harper, bien sûr, a trahi sur toute la ligne tous les engagements publics qu’il avait pris lors de la rencontre Couronne/Premières Nations de 2012. Ceci a donné naissance à un soulèvement de la part des peuples autochtones à la base et des autres Canadiens qui sont conscients que le gouvernement Harper n’a que mépris pour le processus parlementaire et n’a sans doute aucun respect pour les droits démocratiques des Canadiens en général alors qu’il trahit les droits démocratiques et environnementaux de tous les Canadiens au profit des intérêts corporatifs multinationaux.

« Les gens de la base ont donc décidé de se manifester et de s’approprier ces questions en déclarant de façon très publique leur opposition à l’agenda politique du gouvernement Harper et la menace qu’il représente pour la Terre Mère. Je suis vraiment ravi de voir qu’un très grand nombre de Canadiens ordinaires sont venus de l’avant pour ouvertement épauler le mouvement Idle No More. Il y a eu des centaines d’évènements Idle No More partout au Canada, aux États-Unis, en Amérique centrale et en Amérique du Sud, et dans divers pays à travers le monde. Dans d’autres pays, les gens ont manifesté devant les ambassades canadiennes. Le mouvement continue de grandir, propulsé d’abord par les femmes et les jeunes, guidés par les dirigeants spirituels et les aînés. »

Enfin, à la question à savoir s’il y avait un lien entre les projets de loi omnibus et les projets d’oléoducs d’Enbridge et de Kinder Morgan, le Grand Chef Stewart Phillip a dit : « C’est évident que oui. Les projets de loi successifs C-38 et C-45 sont partie intégrante de l’obsession de Harper à vouloir devenir une superpuissance énergétique mondiale. Des projets d’une valeur de 650 milliards $ attendent en coulisse, si vous me permettez l’expression. Ces projets de loi existent pour faciliter la mise en oeuvre sans opposition de ces projets. Les peuples autochtones représentent la mince ligne rouge entre la dévastation environnementale et la protection de l’intégrité environnementale de nos terres et de nos droits. Les Canadiens commencent à se rendre compte que nous avons des droits et ils s’avancent pour nous appuyer et pour protéger la Terre Mère. »

(Traduction : LML)

Sur le même thème : Idle no more

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...