Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Lettre à une militante des groupes populaires sur l'austérité

À toi chère militante qui avait une question cette semaine,

Tu t’es présentée avec ton macaron "Halte à l’austérité !" en me disant ces mots biens simples : c’est quoi ça l’austérité ? Une question qui peut sembler facile, mais qui, en quelques mots, n’est pas toujours simple à expliquer. Spontanément, j’ai tenté de trouver des synonymes, sur les sphères internet, pour tenter de t’expliquer le concept. Dureté, raideur, froideur, restrictions, privations sont les mots que j’ai choisis pour tenter de te parler de tout ça. Je prends maintenant le temps de tenter de t’en brosser un portrait un peu plus clair parc cette lettre, à partir du dernier budget du ministre des Finances, Carlos Leitao.

L’austérité, dans la santé, c’est quand on nous annonce des coupures de 600 millions et un gel d’embauche des effectifs. Ça, ça veut dire encore moins de personnel dans les soins de santé dont tu as besoin puisqu’on devra couper quelque part avec les coupures annoncées. Et, entre toi et moi, on sait très bien que les coupures n’auront pas lieu dans les salaires des hauts dirigeants. Ça veut dire aussi qu’on n’engagera personne pour subvenir à la demande de la population qui a besoin de médecins, qu’aucun-e infirmière ne recevra de l’aide pour améliorer ses conditions de travail : travail sous pression, horaires indécents, etc. Mais on nous rassure : ne pas engager personne et couper dans le budget n’aura aucun impact pour la population (ça ce n’est pas de l’austérité ... c’est plutôt de la bullshit libérale pour nous faire avaler l’austérité).

L’austérité dans l’éducation, c’est quand on veut nous faire croire que "si tu vas à l’école, il faut que tu payes". L’éducation n’est donc plus un droit donné à tout le monde, mais un privilège que les plus riches pourront se payer, tandis que les plus pauvres devront s’en passer. Le dernier budget Leitao ne parlait pas vraiment de l’éducation, mais tu te rappelleras sûrement toute la lutte étudiante en 2012 avec les carrés rouges un peu partout. Ces étudiants et étudiantes luttaient contre la hausse des frais de scolarité. Augmenter les frais de scolarité, ça veut dire rendre de moins en moins accessible l’Université pour les jeunes les plus pauvres. Ça aussi, ça fait partie de l’austérité. Et gageons que la hausse des frais de scolarité reviendra en force dans un prochain budget, en plus de celle qui a été faite par le PQ lors de son dernier mandat.

Parlons maintenant d’aide sociale .... ça c’est une réalité que tu connais bien. Tu ne seras pas étonnée d’apprendre que ta situation financière ne s’améliorera pas dans la prochaine année. L’austérité pour le ministère de l’Emploi et de la solidarité sociale passera par des compressions dans les mesures d’insertion à l’emploi et dans les services administratifs. Des compressions, c’est quand on dit à un ministère ou à un service de faire tout ce qu’il doit faire, mais avec moins d’argent. En gros, ça revient à dire que l’on va couper. Donc, on nous apprend qu’il y a de fortes chances qu’il y ait moins de mesures d’insertion à l’emploi dans la prochaine année. Rappelons-nous que le Parti québécois avait tenter de nous faire avaler les coupures à l’aide sociale de 2013 en nous disant que pleins de mesures seront disponibles pour pallier au montant coupé sur les prestations (ça, c’est plutôt de la bullshit péquiste). On nous apprend aussi que l’on coupera dans les services administratifs, donc on va couper des postes. Mais on nous rassure : couper des postes à l’aide sociale n’aura aucun impact négatif pour les personnes assistées sociales (rappelle-toi ... bullshit).

Et là je te lance un autre paquet d’exemples qui démontrent bien ce qu’est l’austérité. Quand on nous dit que tout le monde doit faire sa part et que les tarifs des garderies à 7$ doivent être indexés, c’est de l’austérité. Quand on nous dit qu’on n’a pas d’argent pour augmenter les subventions aux organismes communautaires, mais qu’on en a pour développer un Plan Nord, c’est un mélange d’austérité et de bullshit. Quand on nous dit que 3000 logements sociaux c’est tout ce que l’on peut faire ... je te laisse deviner ce que c’est.

Je crois maintenant que tu dois avoir une bonne idée de ce qu’est l’austérité.

Maintenant, j’espère aussi que tu auras compris que cette façon de gérer nos finances au Québec n’aura pas d’impact positif sur tes conditions de vie. Ce sera même le contraire. À partir de maintenant, quand on te dira :

Que les finances du Québec vont mal ;

Que tout le monde doit faire sa part (sauf les entreprises et les plus riches) ;

Que mettre en place des mesures pour redistribuer la richesse ou pour permettre plus de justice sociale ce n’est pas possible ;

Ben .... rappelle-toi.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...