Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

Odieux discours de diversion

Dans les milieux sionistes et pro-israéliens en général, on aboie beaucoup ces temps-ci. Entre autres personnalités publiques, le leader travailliste britannique en pleine campagne électorale, un pro-palestinien notoire, en fait les frais. On l’accuse « d’antisémitisme », une assertion aussi commode qu’infamante. Dans le cas de Corbyn, qui n’a jamais caché ses sympathies palestiniennes et a joint le geste à la parole, les accusations d’antisémitisme viennent de milieux juifs conservateurs et d’adversaires politiques qui ont tout intérêt à discréditer leur chef par opportunisme et aussi pour des motifs personnels.

Même le New York Times se met de la partie. Il prétend que le Labour britannique est gangrené par « un antisémitisme profond ». Compte tenu de l’orientation généralement pro-israélienne de la plupart des médias américains, même les mieux cotés, cette assertion n’est guère surprenante.

En fait, ce qu’on reproche à M. Corbyn est sa prise de position pro-palestinienne et ses critiques parfois acérées de la politique israélienne. Ces attaques enragent d’autant plus les sionistes qu’elles se révèlent souvent pertinentes et qu’elles font mouche. M.Corbyn est un des rares leaders politiques occidentaux à ne pas se contenter d’appuyer en paroles la création pacifique après négociations de deux États, l’un juif et l’autre palestinien, mais à démontrer ouvertement sa sympathie envers les Palestiniens et Palestiniennes et à dénoncer sans détour les abus israéliens commis contre eux.

Dans certains milieux conservateurs (au sens large), on a l’accusation d’antisémitisme facile et rapide ; on dégaine vite et on tire à vue sur toute opposition critique à l’endroit d’Israël qu’on taxe de « racisme ». On y confond pêle-mêle « l’extrême droite, certaines franges de l’extrême gauche, l’islamisme radical européen et diverses factions des deux grands partis américains. » (New York Times, 4 avril 2019).

Beaucoup d’intérêts économiques, financiers et politiques se côtoient dans ces milieux pro-israéliens. Leur présence explique en partie les dérives inquiétantes qui agitent ces groupes influents. Le soutien à Israël y prend figure de dogme et d’article de foi, le dénigrement de ses adversaires de croisade. À leurs yeux, les politiciens pro-palestiniens, surtout ceux et celles de l’envergure de M. Corbyn représentent de dangereux gêneurs. Un scandale !

On a tendance à y assimiler l’antisionisme (qui critique le présumé droit des Juifs et Juives à occuper la Palestine), ou même toute critique incisive de la politique israélienne à du « racisme ».

Europe1 rapporte dans son édition du 16 août 2018 qu’on s’est indigné de la présence de Jeremy Corbyn à Tunis le 17 octobre 2014 (avant qu’il ne prenne la direction du Labour) lors d’une cérémonie à la mémoire des 47 victimes d’un raid aérien israélien contre le quartier général de l’OLP à Tunis en 1985 ; il a été aussi présent par la même occasion à la tombe de membres de Septembre noir, l’organisation responsable de l’exécution d’athlètes israéliens à Munich en 1972. On a en plus publié une photo de lui (alors qu’il était simple député) prise le même jour à l’occasion de cette commémoration aux côtés de Maher-al-Taher, membre du Front populaire de libération de libération de la Palestine un mois avant l’assassinat revendiqué par le groupe de quatre rabbins dans une synagogue de Jérusalem (le 18 novembre). Les deux cérémonies (celle concernant le raid de Tunis et celle de Septembre noir) se déroulaient dans le même cimetière. Le leader travailliste assure n’avoir participé qu’à la première et n’avoir été impliqué « qu’indirectement » à la seconde.

M.Corbyn a répliqué dans le premier cas par des arguments convaincants lorsque l’affaire est sortie au printemps 2018.

« Ce qui mérite une condamnation sans équivoque, a-t-il dit, c’est le massacre par les forces israéliennes de 160 manifestants palestiniens, dont des dizaines d’enfants à Gaza depuis le mois de mars. »

Quant à la présence de M.Taher, M.Corbyn ne s’en est pas expliqué (du moins l’article qui la rapporte n’en fait pas mention), mais on peut soutenir que le leader travailliste ne pouvait prévoir l’action de Jérusalem dont M.Taher s’est sûrement gardé de l’informer. On répondra que Jeremy Corbyn devrait mieux surveiller ses fréquentations ; mais en quoi le côtoiement du chef d’un parti travailliste d’une part et d’un leader révolutionnaire palestinien d’autre part serait-il plus choquant que celui de bien des responsables occidentaux avec des membres de la classe politique israélienne dont plusieurs ont beaucoup de sang palestinien sur les mains ?

Quoi qu’il en soit, si la plupart des responsables politiques occidentaux insistent à l’envi sur la mémoire des victimes de l’Holocauste et que certains d’entre eux vont se recueillir près de monuments publics destinés à en perpétuer le souvenir, aucun jusqu’à maintenant n’en a fait autant pour les victimes palestiniennes d’Israël. On n’a en effet jamais observé un responsable américain aller visiter les camps de Sabra et Chatila par exemple, où se sont produits des massacres commis par des Phalangistes chrétiens libanais contre des réfugiés sans défense, tout cela avec la complicité de l’armée israélienne.

Paradoxalement et ironiquement, lancer des accusations d’antisémitisme à tort et à travers constitue une insulte pour les victimes de l’Holocauste ; cette attitude s’apparente d’une certaine façon à celle des nazis, qui eux aussi voulaient rayer de la carte un groupe jugé ignoble et inférieur et le dénigraient sans arrêt. Bien sûr, on ne peut comparer le génocide commis par les nazis contre les Juifs et Juives d’Europe aux abus et exactions dont les Palestiniens et Palestiniennes font l’objet. Mais dans les deux cas, un peuple est jugé de trop, nuisible.

Pour terminer, posons-nous la question suivante : en quoi la souffrance d’une Palestinienne enceinte dont le ventre fut crevé par le poignard ou la baïonnette d’un Phalangiste chrétien fut-elle moindre que celle d’une Juive morte en 1944 dans un camp de concentration ?

Jean-François Delisle

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...