Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections fédérales

Partisan sans parti

Les organismes communautaires de défense des droits ainsi que les organisations environnementales ont été sidérées d’apprendre que les gestionnaires d’Élections Canada considéreraient les interventions sur les changements climatiques comme des positions partisanes puisqu’il y a un parti, le Parti populaire du Canada, qui doute de la réalité des changements climatiques.

Devant le tollé suscité, on a voulu calmer le jeu en rappelant qu’il n’est pas interdit de faire de la publicité partisane, mais qu’il fallait tout simplement s’inscrire afin d’enregistrer toute dépense de 500 $ ou plus pour une organisation. Élections Canada prétend ne pas juger du contenu et se limiter à contrôler les dépenses partisanes.

Or, Élections Canada fait fausse route sur toute la ligne. La loi électorale canadienne est pourtant claire et offre la définition suivante de la publicité partisane : « Diffusion, sur un support quelconque et pendant une période préélectorale, d’un message publicitaire qui favorise ou contrecarre un parti enregistré ou un parti admissible ou l’élection d’un candidat potentiel, d’un candidat à l’investiture ou d’un chef de parti enregistré ou de parti admissible autrement que par une prise de position sur une question à laquelle le parti ou la personne en cause est associé. »

J’ai mis en caractères gras la séquence autrement que par une prise de position pour rappeler que la Loi oblige Élections Canada à appliquer le règlement si on parle des candidat·e·s, des partis ou de leurs activités, et que les prises de position sur les sujets sont donc admises. Il est d’ailleurs précisé que, pour qu’une publicité soit considérée comme partisane, il faut nommer, identifer par leur logo ou leur photo, les partis et les candidat·e·s.

Il faudrait que les gestionnaires d’Élections Canada relisent la loi ou démissionnent. Le ridicule absurde dans lequel ils plongent les citoyen·ne·s est loin d’aider à l’image internationale déjà « innocente », au mauvais sens du terme, du « plus meilleur pays du monde ».

Si on appliquait la règle selon l’interprétation farfelue qui a été rendue publique, aucune compagnie pétrolière ne devrait faire de publicité sans s’enregistrer puisque cela va contre les partis écologiques. Et si je décidais d’organiser un colloque sur l’indépendance du Québec et le socialisme, j’en serais empêché parce que cela favoriserait supposément le Bloc Québécois, qui est tout sauf socialiste.

En tout cas, rien que pour rire de ces directives idiotes, je songe à fonder le Nouveau Parti anticapitaliste du Canada (NPAC). Pour ne pas le défavoriser, lui et ses candidat·e·s, toute publicité commerciale, donc capitaliste, devra être considérée et enregistrée comme une publicité partisane.

LAGACÉ, Francis

Francis Lagacé

LAGACÉ Francis
8200, rue Hochelaga App. 5
Montréal H1L 2L1
Répondeur ou télécopieur : (514) 723-0415
francis.lagace@gmail.com.
www.francislagace.org
www.lesecritsfrancs.com

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Élections fédérales

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...