Édition du 27 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Prix des médicaments - Convaincre le Dr Barette ?

Récemment, la Presse révélait que le ministre Gaétan Barette songeait à « ajuster sa politique d’utilisation des médicaments génériques à celle des autres provinces canadiennes. Ce changement lui permettra de réaliser des économies annuelles d’au moins 40 millions $ à l’assurance médicaments publique. » (1)

Les éluEs de Québec solidaire y ont vu une ouverture pour présenter de nouveau le projet Pharma-Québec. En effet, si l’on suppose que le but des Libéraux est de prendre les mesures pour présenter un budget sans déficit, ont-ils pensé qu’ils pouvaient entretenir un certain espoir en présentant des mesures qui vont dans ce sens. Or, il semble que tel n’est pas nécessairement le cas. Le lobby des pharmaceutiques ne laissera pas passer une telle initiative sans réagir. Et l’aspect « achat groupé » du projet Pharma-Québec n’en est qu’un aspect de la politique de Québec solidaire en la matière. Pharma-Québec sans les aspects production et recherche perd beaucoup de son mordant à l’incursion nécessaire du secteur public dans le monopole du privé dans la production de médicaments. De plus, ce serait faire abstraction du positionnement du Dr Barette sur la scène politique : il est sans conteste du côté des néolibéraux. Alors pourquoi serait-il sensible aux arguments de QS ?

Bien sûr, les pressions provenant de la société civile, des mouvements sociaux en colère contre les mesures d’austérité du gouvernement Couillard peuvent expliquer que le ministre de la santé doive montrer patte blanche et qu’il est prêt à mettre à contribution l’industrie pharmaceutique. L’absence de telles paroles apparaîtrait encore plus odieuse à la population. Le ministre Barette croit même que les conservateurs fédéraux promettront un régime universel d’assurance médicaments lors de la prochaine campagne électorale. (2) Qu’est-ce qui explique que ces formations qui de toute évidence ne sont pas de gauche adopteraient soudainement des politiques qu’elles taxeraient en d’autres circonstances de « socialistes » ? (3) Un projet comme Pharma Québec qui a été qualifié d’« extrémiste » par l’ex-ministre péquiste de la santé Réjean Hébert ? C’est le monde à l’envers...

S’il semble prêt à jeter du lest dans le dossier de l’achat groupé de médicaments, le ministre Barette ferme à double tour l’aspect recherche-développement et production du projet Pharma-Québec. En effet, achat groupé ou non, on maintient l’industrie dans une position de force tant et aussi longtemps que l’on ne se dote pas d’une contre-partie qui peut rivaliser avec cette industrie. Si les documents de QS affirment qu’un Pharma-Québec qui produirait des médicaments permettrait l’économie de dizaine de millions $, ils mentionnent avec raison le fait qu’une telle incursion dans l’industrie pharmaceutique arrive au moment même où de nombreux brevets arrivent à échéance. (4)

Or, les négociations pour un accord de libre-échange avec l’Union européenne tirent à leur fin et le gouvernement canadien semble prêt à céder aux demandes européennes concernant les brevets pharmaceutiques, une concession qui pourrait coûter 900 millions $ aux CanadienNEs chaque année. Un projet appuyé par les libéraux, les caquistes et les péquistes. Des sources au gouvernement et dans l’industrie indiquent que M. Fast (ministre fédéral du Commerce international) est prêt à accorder à l’Union européenne une plus longue période de protection pour les médicaments d’origine, en dépit des pressions exercées par le secteur canadien du médicament générique et par les provinces qui rejettent toute augmentation du coût des médicaments. (5) Bref, l’industrie pharmaceutique ne rendra pas les armes sans combattre.

Malgré le « dorlotage » que l’Etat québécois concède à l’industrie, près de 250 millions$ en crédits d’impôts, entre 25 et 50 millions$ en subventions directes de toutes sortes et une méthode de fixation des prix qui ne soumet pas les pharmaceutiques à une véritable concurrence ou à une négociation serrée, l’emploi dans le secteur a diminué de moitié entre 2003 et 2013. Les investissements ont plafonné dès le milieu des années 1990 alors que l’industrie s’était engagé en retour de la protection des brevets sur une période de 15 années à investir l’équivalent de 10% de leurs ventes au pays. Le multinationales Merck, Pfizer, AstraZeneca et Boehringer Ingelheim, ont fermé leurs centres de recherche entre juillet 2010 et septembre 2012 qu’elles sous-traitent dorénavant à des entreprises de petites taille. Huit cents postes de chercheurEs ont été abolis dans la foulée de ces mesures. (6)

Bref, alors que nous sommes confrontés à une situation où les accords internationaux tendent à renforcer le pouvoir des pharmaceutiques qui se regroupent pour affronter la baisse des taux de profits. Alors que les éluEs cherchent à adopter des politiques de plus en plus complaisantes envers les multinationales et que l’entreprise privée recherche activement de nouveaux secteurs où des perspectives de meilleurs profits se profilent, devrions-nous nous accrocher aux minces espoirs que certainEs de ces éluEs prêtent une oreille attentive aux suggestions d’une gauche qu’en d’autres circonstances ils horripilent ? Ça semble un peu mince comme arguments pour consacrer des énergies à « sensibiliser » un ministre qui investit beaucoup d’énergies à concentrer les pouvoirs autour de son poste afin de réduire au maximum l’influence populaire.

Notes

1- http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201502/12/01-4843706-medicaments-generiques-barrette-espere-economiser-40-millions-par-an.php

2- http://www.lapresse.ca/le-soleil/actualites/sante/201501/26/01-4838708-assurance-medicaments-ottawa-elabore-un-regime-universel-croit-barrette.php

3- http://www.info07.com/Elections-provinciales/2014-03-24/article-3661282/Pharma-Quebec%3A-la-%26laquo%3Bbonne-affaire%26raquo%3B-de-Quebec-solidaire/1

4- http://t.co/bzjB2USVUx pp. 7-8

5- Les Affaires 13/11/2012 (http://www.lesaffaires.com/secteurs-d-activite/sante-pharmaceutique-et-biotechnologies/libre-echange-le-canada-cederait-sur-les-brevets-pharmaceutiques-avec-l-ue/551175)

6- http://affaires.lapresse.ca/economie/sante/201411/24/01-4821797-industrie-pharmaceutique-au-quebec-apres-la-tempete.php

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...