Édition du 15 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Rentrée scolaire 2019-2020 | Sondage Léger sur la pénurie dans le domaine de l’éducation - Faits saillants

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a mandaté la firme Léger afin de mesurer l’opinion des Québécoises et Québécois concernant la pénurie de personnel qui sévit dans le domaine de l’éducation au Québec. Les répondantes et répondants étaient également conviés à se prononcer à propos de diverses mesures pouvant permettre de freiner, voire à inverser la tendance. Voici les faits saillants de ce sondage.

Quelque 71 % des répondants ont entendu parler de la pénurie qui touche le domaine de l’éducation. Ceux-ci croient que les compressions budgétaires dans les écoles ont contribué à la pénurie (75 %). Les deux tiers des répondants s’accordent également pour dire que les tâches lourdes et complexes, les départs à la retraite plus nombreux ainsi que le manque de reconnaissance envers le personnel en éducation ont joué un rôle. Quelque 84 % des répondants croient que cette pénurie a un impact sur l’épuisement du personnel, sur l’encadrement des élèves (78 %) sur les services offerts aux élèves (76 %), sur le départ de jeunes enseignantes et enseignants, professionnelles et professionnels ou personnel de soutien scolaire et sur le recrutement de nouveau personnel enseignant ou professionnel (69 %).

Les mesures suivantes sont accueillies favorablement par les répondants, qui estiment qu’elles auraient un impact positif susceptible d’atténuer la pénurie :

- Augmenter le nombre de postes à temps complet (88 %) ;

- Assurer un plus grand soutien au nouveau personnel enseignant (88 %) ;

- Diminuer le nombre d’élèves par classe (84 %) ;

- Établir un ratio élèves/enseignants/professionnels et personnel de soutien (83 %) ;

- Valoriser les professions en milieu scolaire (80 %) ;

- Alléger la tâche du personnel en éducation (80 %) ;

- Établir un plancher de services professionnels aux élèves (73 %) ;

- Bonifier la rémunération du personnel en éducation (72 %).

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ), la Fédération des syndicats de l’enseignement (FSE-CSQ), la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) et la Fédération des professionnelles et professionnels de l’éducation du Québec (FPPE-CSQ), ont dressé ce matin l’état des lieux concernant la pénurie qui sévit dans le domaine de l’éducation et dévoilé les résultats d’un sondage montrant l’appui massif de la population à l’égard de mesures devant être mises en place rapidement pour contrer cette pénurie.

Au moment où l’on prévoit une augmentation de 65 000 élèves d’ici cinq ans et que quelque 206 617 élèves avec un diagnostic HDDA nécessitent des suivis professionnels et un encadrement particulier, les effectifs manquent à l’appel pour répondre à la demande. La relève fait défaut avec près de 3 000 étudiantes et étudiants en moins dans les facultés d’éducation. Le nombre de diplômés stagne autour de 1 400 par année. Plus de 20 % des jeunes enseignantes et enseignants décrochent au cours des cinq premières années. Les arrêts de travail pour des raisons de santé physique ou mentale augmentent chez tous les professionnels, comme le nombre de départs à la retraite. Tel est le portrait de la situation.

« Les voyants sont au rouge et les conditions sont réunies pour que le réseau de l’éducation vive une crise importante au cours des prochaines années », a d’abord indiqué la présidente de la CSQ, Sonia Ethier.

« Les causes de cette pénurie qui frappe le domaine de l’éducation sont connues par la population et les mesures qui peuvent l’endiguer sont largement appuyées comme le démontrent clairement les résultats d’un sondage effectué par la firme Léger. L’heure n’est pas aux chambardements de structures, aux programmes lancés dans l’improvisation comme les maternelles 4 ans ou aux solutions à la pièce. Il faut une approche globale pour s’attaquer à la précarité d’emploi qui touche tous les secteurs. Il faut augmenter le nombre de postes à temps complet, assurer un plus grand soutien aux nouveaux enseignants, diminuer le nombre d’élèves par classe, établir un ratio élèves/enseignants/professionnels et personnel de soutien, valoriser les professions, alléger la tâche du personnel en éducation, établir un plancher de services professionnels aux élèves et bonifier la rémunération du personnel en éducation. Il faut agir sur tous ces fronts », a insisté Sonia Ethier.

Méthodologie

Un sondage Web a été réalisé par la firme Léger du 12 au 16 juillet 2019 auprès de 1 007 personnes âgées de 18 ans ou plus et pouvant s’exprimer en français ou en anglais. La marge d’erreur maximale pour un échantillon de 1 007 répondants est de ±3,09 %, et ce, 19 fois sur 20.

Citation de Josée Scalabrini, présidente de la FSE-CSQ

« La pénurie que l’on vit actuellement est la conséquence du manque de valorisation et de la dégradation des conditions de travail du personnel enseignant, amplifiée par des compressions sur plusieurs années. Malheureusement, ce manque de ressources a eu un impact ressenti par tous, y compris les élèves. Pour attirer la relève et conserver nos collègues dans les écoles, il faudra clairement donner un coup de barre pour améliorer non seulement le salaire, mais l’ensemble des conditions d’exercice des enseignantes et enseignants. Ils doivent pouvoir souffler. De plus, une meilleure valorisation de notre expertise requiert que notre autonomie soit respectée et que nous soyons réellement consultés pour contribuer aux politiques publiques qui nous concernent au premier chef. »

Citation de Éric Pronovost, président de la FPSS-CSQ

« Actuellement, des gens choisissent d’aller travailler au salaire minimum plutôt qu’en milieu scolaire, parce qu’ils obtiennent plus d’heures. Il faut bonifier les heures de travail si on veut rendre certains postes attrayants. Dix heures par semaine, c’est insuffisant ! Il faut une amélioration globale des conditions de travail, y compris du nombre d’heures travaillées ! Si l’on ne finance pas correctement l’éducation, il va toujours y avoir une pénurie. Le personnel de soutien scolaire peut aider à différents niveaux pour améliorer les services aux élèves, nous faisons partie de la solution. »

Citation de Jacques Landry, président de la FPPE-CSQ

« À l’heure actuelle, sur le terrain, nos professionnels sont trop peu nombreux et ont à peine le temps d’évaluer les élèves et rarement, voir jamais, d’offrir un suivi ou des interventions appropriées. Les élèves en difficulté se retrouvent sur des listes d’attente qui s’allongent. Dépister ou diagnostiquer sans intervenir, ça ne sert à rien, ça n’apporte strictement rien à l’élève. La FPPE-CSQ évalue qu’il faudrait ajouter environ 2 000 psychologues, psychoéducatrices, orthophoniste, conseillers d’orientation, ergothérapeutes ou travailleurs sociaux afin d’assurer un seuil minimum de services pour intervenir tôt auprès de l’élève et effectuer un suivi adéquat tout au long de son parcours scolaire. Nous sommes loin du compte, les défis sont énormes. »

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...