Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Afrique

Sénégal - Il faut que cesse l’impunité internationale du régime de Macky Sall

Un collectif d’une centaine d’artistes, d’universitaires et de divers citoyens sénégalais lance un appel pour que cessent la répression que mène actuellement le régime du président Macky Sall, et l’impunité internationale dont il bénéficie. Face à l’ampleur de la répression, « de simples déclarations ne suffisent plus » !

Tiré de la section blogue de Mediapart.

Depuis le 3 mars, et l’arrestation de la principale figure de l’opposition Ousmane Sonko, le Sénégal est le théâtre de manifestations populaires massives. Le président du parti PASTEF (Patriotes du Sénégal pour le travail, l’éthique et la fraternité), accusé par une employée d’un salon de massage de « viol et menaces de mort », avait vu son immunité parlementaire levée en fin février après le vote d’une commission ad-hoc principalement composée de députés de la majorité. Alors qu’il se rendait au tribunal pour répondre à la convocation du juge d’instruction, Sonko fut arrêté et placé en garde à vue pour « troubles à l’ordre public ». Ce fut la goutte de trop qui embrasa le pays.

Les manifestations vont cependant bien au-delà du cas d’Ousmane Sonko. La décision du juge de le placer sous contrôle judiciaire ne change aucunement l’état d’extrême tension dans lequel se trouve le pays. Dans la rue et sur les réseaux sociaux, l’on entend aussi bien « Libérez Sonko » que « Macky dégage » et « Libérez le Sénégal ». Chômage massif des jeunes, accroissement des inégalités, scandales de corruption, le tout accentué par une gestion répressive de la crise sanitaire : il s’agit bien d’un ras-le-bol généralisé d’une population qui désavoue la gestion du pays par sa classe politique dirigeante.

Un climat de terreur

Depuis plus d’un mois, pas un jour ne passe sans que les forces de l’ordre n’arrêtent des opposants au régime, aussi bien militants du PASTEF, membres du mouvement FRAPP (Front pour une révolution anti-impérialiste populaire et panafricaine) que divers citoyens engagés. La torture, legs de l’administration coloniale maintenu par tous les régimes depuis l’indépendance, est également utilisée comme arme de renseignement. Le 4 mars, la directrice de la maison d’arrêt et de correction du Cap Manuel, Khadidiatou Ndiouck Faye, déclarait ainsi que les prisonniers politiques récalcitrants étaient parqués dans des cellules punitives. « Là-bas, dit-elle, la règle est que le détenu se suicide ».

De nombreuses organisations de défense des droits de l’homme comme Amnesty International ont d’ailleurs appelé les autorités sénégalaises à « cesser les arrestations arbitraires d’opposants et d’activistes, respecter la liberté de réunion pacifique et la liberté d’expression, et faire la lumière sur la présence d’hommes armés de gourdins aux côtés des forces de sécurité ». En plus des restrictions d’accès aux réseaux sociaux, confirmées par l’observatoire numérique NetBlocks, elles ont en effet coupé le signal de plusieurs chaînes de télévisions et radios privées. Et, pour mater les immenses foules regroupées à travers le pays, de nombreux miliciens en civil, munis de gourdins et d’armes à feu, ont été mobilisés pour terroriser les manifestants. De nombreuses vidéos diffusées sur les réseaux sociaux font état de véritables chasses à l’homme. Dans certaines régions, l’État sénégalais a même fait appel à l’armée. Le bilan macabre est déjà d’au moins dix morts et des centaines de blessés graves.

Ce 5 mars, après une troisième journée de mobilisation, à laquelle avait notamment appelé le collectif Y’en a marre plusieurs jours auparavant, la déclaration face à la presse du ministre de l’Intérieur Antoine Felix Diome n’a fait que confirmer la détermination du régime du Président Macky Sall à ne reculer devant rien. M. Diome est allé jusqu’à qualifier les manifestants de « terroristes », manipulés par des « forces occultes ». Idrissa Seck, ancien opposant à Macky Sall arrivé deuxième à l’élection présidentielle de 2019, et qui a rallié le gouvernement en fin 2020, a renchéri en dénonçant des supposés « intérêts encagoulés, nationaux comme internationaux ».

Impunité internationale

Depuis son indépendance, le Sénégal a toujours trouvé des alliés à l’international, à commencer par la France. L’image d’un « modèle de démocratie », îlot de stabilité dans le tumulte sahélien, par son premier président Léopold Sédar Senghor, lui-même à la tête d’un régime au parti unique réprimant l’opposition, a la vie dure. Le pays s’est ouvert au multipartisme dans les années 1980 et a organisé deux alternances de parti au pouvoir, en 2000 et en 2012, mais, jadis opposants, les nouveaux hommes forts, Abdoulaye Wade (2000-2012) et Macky Sall (depuis 2012), s’inscrivirent tous deux dans la continuité de leurs prédécesseurs.

En cause, un système hyper-présidentialiste hérité d’une part de la 5ème République française de 1958, et d’autre part de la Constitution sénégalaise de 1963 qui supprima le poste de Premier ministre après l’éviction du chef de gouvernement d’alors, Mamadou Dia, concentrant ainsi les pouvoirs dans les mains de l’exécutif. Une pratique confirmée par Macky Sall lui-même, dans une intervention en wolof à la télévision nationale le 31 décembre 2020 : « Si jamais le Président sait que l’arrestation d’[une] personne [impliquée dans une affaire de corruption] entraînera la mort de personnes, est-ce qu’il va tout de même l’arrêter ? Peut-être y a-t-il un autre chemin à emprunter [pour régler le problème] ».

Face aux caméras du monde entier, la « vitrine démocratique » du Sénégal a aujourd’hui volé en éclats. Et il faut que cesse l’impunité internationale du régime de Macky Sall. En 2018, la cour de justice de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest) avait condamné l’État du Sénégal pour la violation des droits de Khalifa Sall, ancien maire de Dakar et prétendant à l’élection présidentielle de 2019, dans son procès pour détournement de fonds. Face à la crise politique que traverse le pays actuellement, les Nations Unies ont quant à elles appelé « tous les acteurs à la retenue et au calme ». Mais de simples déclarations ne suffisent plus face à l’ampleur de la répression. Comme l’exhorte Seydi Gassama, directeur exécutif d’Amnesty International Sénégal : « L’usage excessif de la force, et un usage contraire aux normes internationales des armes létales et le recours aux milices privées seraient inacceptables. […] Toute personne mise en cause, civile ou militaire, fera face à la justice. Au Sénégal ou devant des juridictions internationales ».

Signataires

Boubacar Boris Diop, écrivain et journaliste ;

Moussa Sene Absa, cinéaste ;

Rachel Ndeye Khan, actrice et juriste ;

Maky Madiba Sylla, artiste musicien et cinéaste ;

Florian Bobin, chercheur en histoire ;

Khadim Ndiaye, historien ;

Dip Doundou Guiss, artiste ;

Jaly Badiane, activiste ;

Fou Malade, artiste ;

Wasis Diop, musicien ;

Hady Ba, philosophe (Université Cheikh Anta Diop de Dakar, UCAD) ;

Thiat Kër Gui, artiste ;

Demba Moussa Dembélé, économiste ;

Ndeye Fatou Fall, juriste ;

Kilifa Kër Gui, artiste ;

Abdarahmane Ngaïde, historien ;

Marie Parsine-Diop, commerçante ;

Oumar Dia, enseignant-chercheur en philosophie (UCAD)

Xuman, artiste ;

Gënji hip-hop, association de femmes artistes activistes et féministes évoluant dans le hip hop et les cultures urbaines ;

Khalil Diallo, écrivain sénégalais ;

Beatrix Daumas-Diatta, agente sociale ;

Ramatoulaye Ndiaye, infirmière ;

Saratou Moussa Sam, juriste

Mad Zoo, artiste (RBS Crew) ;

El Hadj Samba Ndiaye, professeur assimilé agrégé des facultés de droit (UCAD) ;

Demba Gueye, spécialiste en communication digital et initiateur du hashtag #kebetu ;

Simon, artiste ;

Aissatou Ba, travailleuse sociale ;

Amadou Bator Dieng, journaliste, fondateur de Kirinapost ;

Banouna Sam, consultante et militante panafricaniste ;

Hamidou Dia, chercheur (IRD) ;

Rokhaya Loum, artiste ;

Babacar Faye, professeur d’anglais ;

Ndèye Fatou Kane, chercheuse en études sur le genre (EHESS) ;

Aïda Dramé, politologue spécialisée en études de conflits et éditorialiste ;

Sun Sooley, artiste ;

Abdoul Aziz Diouf, professeur assimilé agrégé des facultés de droit (UCAD) ;

Ndeye Fatou Wosso Tounkara, formatrice en activisme artistique et manager en projet culturel ;

Bathie Samba Diagne, historien ;

Dieynaba Madina Diallo, enseignante ;

Ndiouga Benga, maitre de conférence titulaire d’histoire moderne et contemporaine (UCAD) ;

Seika (Awa Mbengue), artiste ;

Fatou Fall, analyste en défense, sécurité et paix ;

Nitt Doff, artiste rappeur ;

Sidy Alpha Ndiaye, professeur assimilé agrégé des facultés de droit (UCAD) ;

Fatou Niang Sow, responsable en télécommunication ;

Idrissa Ba, professeur assimilé d’histoire médiévale (UCAD) ;

Djimby Ka, cadre en communication ;

Mike Sylla, styliste ;

Sokhna Aïcha Mbodji, chef cuisinière ;

Adam Sene, artiste ;

Tamsir Ousmane Diagne, expert financier ;

Socrate (Mamadou Diop), cinéaste et écrivain ;

Diane Regisford, universitaire ;

Ngoné Sylla Diop, conseillère municipale ;

Alpha Oumarou Ba, maitre de conférence titulaire de littérature orale (Université Assane Seck de Ziguinchor) ;

Fatou Bintou Sall, journaliste web ;

Dread Wone, artiste ;

Bigué Marcelle, chef de projet (Legs Africa) ;

Papa Dieye, ingénieur des travaux d’aménagement du territoire et environnementaliste ;

Big D, artiste ;

Jeanne Dior Corréa, technicienne en administration ;

Khady Tamba, maitre de conférences titulaire en linguistique anglaise (UCAD) ;

Ass Malick, artiste ;

Adja Coumba Gueye, responsable réseaux sociaux

El Hadj Abdoulaye Sall, maitre de conférences assimilé en lettres modernes (UCAD) ;

Ndeye Yama Diouf, artiste danseuse ;

Malick Diagne, professeur assimilé de philosophie (UCAD) ;

Obee (Fatima Ndiaye), artiste engagée et entrepreneuse ;

Alune Wade, musicien ;

Fabienne-Joseph Mérélix, artiste ;

Pape Ibrahima Ndiaye, danseur ;

Arame Fall, auditrice ;

Alioune Gueye, inspecteur vérificateur, secrétaire national à la vie politique et administrative du parti Regards différents pour un développement durable ;

Aminata Diouf, entrepreneur ;

Ombrezion, artiste ;

Ndeye Awa Fall, styliste ;

Tchiko, artiste ;

Kouro Wane, professeure de lycée ;

Mamadou Coulibaly, enseignant-vacataire en physique (UCAD) ;

Sokhna Diariatou Ba, technicienne supérieure en architecture ;

Ludgero Amilcar Lima Silva, informaticien, écrivain et entrepreneur social ;

Moh Dediouf, artiste ;

Marie Mendy, secrétaire d’administration ;

Djibril Keïta, sociologue ;

Boc’s Amandla, artiste ;

Fatoumata Binetou Diallo, coordonnatrice de programme (La Maison Hébergement des femmes victimes de violences et d’abus de Toronto) ;

Dread Maxim, artiste ;

El Hadji Malick Sy Camara, maitre de conférences titulaire de sociologie (UCAD) ;

Bamba Diop, cinéaste ;

Ndickou Diaga Niang, régisseuse avances et recettes de centre enfants et familles ;

Souleymane Ndiaye Sall, chef de département en logistique ;

Fatima Diop, coach de dirigeants et fondatrice d’Ubuntu Executive Coaching ;

Binou Ndoye, analyste financière ;

Stefane Kabou, artiste ;

Max Barry, artiste ;

Alioune Ndiaye, ex-inspecteur d’académie, secrétaire général du parti Regards différents pour un développement durable ;

Abel Proença, artiste ;

Amilcar Barsely, écrivain.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Afrique

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...