Édition du 16 juin 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Nouveau Parti Démocratique (NPD)

Une défection en faveur des libéraux qui souligne le dilemme du NPD

Bien que les responsables du NPD fassent de grands efforts pour empêcher que des gauchistes deviennent des candidat-e-s du NPD au moment des élections, ils feraient mieux de penser à la manière d’éviter que des personnes de la droite politique rejoignent leurs rangs.

Un exemple. Lise St-Denis, qui a été élu députée du NPD dans la circonscription québécoise de Saint-Maurice-Champlain a rejoint les libéraux fédéraux le 10 Janvier. Elle était l’une des recrues du NPD pour gagner un siège au Québec le 2 mai dernier. Pourquoi cette décision soudaine de quitter alors que St-Denis a passé une dizaine d’années de bénévolat pour le parti ? Cette dame de 72 ans a dit qu’elle ne se sentait pas à l’aise dans un parti qui voulait mettre fin à la mission des Forces canadiennes en Libye, qui a appelé à l’abolition du Sénat, et qui a rejeté toute implication du secteur privé dans la construction d’un nouveau pont à Montréal. Elle a souligné que le NPD avait perdu son âme avec la mort de Jack Layton.

Mais comment madame St-Denis pouvait-elle ignorer les politiques essentielles des néo-démocrates, alors qu’elle représentait le NPD au printemps dernier ? Ou était-ce un cas d’indifférence du parti à la facilité de ses porte-parole à défendre le statu quo - y compris le caractère non-électif Sénat, les interventions impérialistes dans les pays arabes, et les partenariats public-privé qui sapent les droits des travailleurs et des travailleuses et dilapident les fonds publics ?

Le député du NPD Guy Caron, qui préside l’aile québécoise du parti, a eu raison de dire : "le changement d’appartenance politique est un manque flagrant de respect pour la démocratie. Si les libéraux pensent que c’est ce que veulent les électeurs de sa circonscription, nous les invitons à défaire Mme. St-Denis lors d’une élection. " ?

Mais il y a une autre leçon à tirer de cet incident. Et ce n’est pas seulement que le NPD n’était pas préparé politiquement à cette percée qu’a été la « vague orange » - mais il a été une victime de son propre succès. La direction du parti recrute des candidat-e-s à sa propre image. À la base, cette image est de plus en plus associée à l’opportunisme, au manque de principes et à la superficialité.

Les bureaucrates du Parti font de leurs campagnes un rassemblement électoral ouvert au système capitaliste et ses institutions si vantées. Ils favorisent les illusions sur la politique étrangère d’Ottawa et ils couvrent la réalité de l’intervention militaire au service du pouvoir des entreprises et du profit. Depuis longtemps, la subordination de l’élite du parti à des aspirations à régner sur l’Etat bourgeois au mépris des nations dominées fait qu’il n’est pas surprenant que le NPD attire des libéraux fédéralistes , comme madame St-Denis, qui après avoir survécu au choc de son élection comme député, a découvert qu’elle se sentirait plus à l’aise dans le caucus des député-e-s du Parti libéral du Canada.

La seule bonne chose à propos de cet incident, c’est qu’il y aura un défenseur de moins de la fusion avec le Parti libéral à l’intérieur du caucus du NPD fédéral. Jusqu’à son départ, St-Denis était une fervente partisane de la candidature de Thomas Mulcair à la chefferie du NPD. Qu’est-ce que Mulcair pense du passage de cette partisane au PLC ? Qu’en pensent les autres candidat-e-s à la chefferie ? Leur silence est assourdissant.

Ce que nous voyons ici est fondamentalement un problème de perspective de classe. Le NPD lutte-t-il pour un programme de classe ? L’ambiguïté de la position du NPD souligne la nécessité pour le NPD de se former politiquement dans un esprit d’indépendance de la classe ouvrière face au système d’exploitation et à son appareil d’Etat. Ainsi, lorsque le Caucus socialiste du NPD fait valoir que, pour survivre, le NPD doive opérer un tournant rapide vers la gauche, il est clair qu’il n’exagère pas !

Sur le même thème : Nouveau Parti Démocratique (NPD)

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...