Édition du 19 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Éducation

Violences sexuelles dans les écoles primaires et secondaires

La voix des jeunes compte, agissons maintenant COMMUNIQUÉ DE PRESSE Montréal, le 18 mars 2021 – Un groupe de jeunes femmes âgées de 15 à 20 ans ainsi que des intervenants, appuyés par le Mouvement Écoles Sans Violence Sexuelles (MESVS) et la Fondation canadienne des femmes (FCF), ont témoigné et présenté aujourd’hui leurs recommandations pour la création future d’une loi-cadre pour prévenir les violences sexuelles dans les écoles primaires et secondaires de la province.

Le tout s’est fait dans le cadre d’un panel suivi d’une conférence de presse, organisés dans le but de sensibiliser les décideurs du milieu de l’éducation et le grand public au phénomène sournois des agressions sexuelles dans les écoles. L’auteure-compositrice-interprète Sarahmée était également présente pour la lecture d’un témoignage, en soutien aux revendications du mouvement.

La diffusion de ces recommandations suit de près l’adoption à l’unanimité, par l’Assemblée nationale, de la motion présentée par la députée de Marie-Victorin Catherine Fournier 1 le 9 mars dernier. La motion ouvre la porte à la création d’une loi-cadre pour prévenir les violences sexuelles dans les écoles primaires et secondaires. « Il est grand temps que l’on reconnaisse que l’enjeu des violences sexuelles en milieu scolaire ne se limite pas qu’aux cégeps et aux universités. Il est essentiel que le Québec se dote, dès que possible, de mécanismes pour non seulement mieux accompagner les jeunes victimes, mais aussi pour mettre en place des façons de faire qui permettront de réduire à la source ces violences », souligne Catherine Fournier, députée de Marie-Victorin.

Tant l’adoption de la motion que le consensus politique derrière celle-ci constituent une victoire de taille pour le MESVS ainsi que pour les jeunes, qui militent depuis 2018 pour remettre l’enjeu des violences sexuelles en milieu scolaire primaire et secondaire à l’agenda politique. Le tout, dans le but que le Québec se dote d’une loi pour offrir aux élèves des écoles primaires et secondaires les mêmes protections que celles accordées aux étudiants des cégeps et des universités, que soit reconnue l’importance des cours d’éducation à la sexualité et que soient fournis davantage de soutien, d’outils et de formation aux équipes-écoles. « 

C’est notre responsabilité de protéger les jeunes contre les violences sexuelles dans les écoles primaires et secondaires. À l’avenir, aucun.e jeune ne devrait avoir à se dévoiler publiquement pour demander à être protégé.e.

Ces jeunes le font avec courage et je suis fière de les soutenir dans leurs démarches. Après plus de 3 ans, le collectif jeunesse, composé de jeunes entre 15 à 20 ans qui luttent contre les violences sexuelles dans les écoles primaires et secondaires, est heureux de constater que les élus prennent position pour mettre en place des mesures concrètes pour contrer les violences sexuelles dans les écoles. Nous resterons mobilisés afin de nous assurer que la loi soit adaptée en fonction des réels besoins des jeunes du Québec et prenne en compte leurs voix ainsi que l’expertise du MESVS et de ses partenaires », souligne Clorianne Augustin, Intervenante Jeunesse.

Une jeune adulte ayant vécu des violences sexuelles en milieu scolaire, souligne quant à elle « qu’une loi permettrait aux élèves de se sentir en sécurité dans leurs écoles et de protéger la prochaine génération d’élèves contre les violences sexuelles ». Elle ajoute : « L’école est ma deuxième maison et j’aimerais me sentir en sécurité. » En ce moment, l’absence de protocoles adaptés tant pour recevoir les plaintes que pour accompagner les victimes ou encore pour documenter les agressions relègue la réalité des violences sexuelles dans les écoles primaires et secondaires au statut de préoccupation marginale.

Le MESVS et la FCF soulignent le besoin d’actions concrètes, implantées directement dans le milieu de vie des jeunes - l’école - pour agir en prévention contre ces violences en milieu scolaire. Un problème pourtant bien réel, responsable en partie des tristes statistiques avancées par le Ministère de la Sécurité publique du Québec, qui rapporte qu’environ 66% des victimes d’agressions sexuelles ont moins de 18 ans (Sécurité publique 2013).

De plus, selon un groupe de discussion mené auprès de jeunes de 12 à 17 ans et publié en 2019 par l’organisme Prévention CDN-NDG, près de trois filles sur cinq disent avoir déjà été touchées ou agrippées de manière sexuelle sans leur consentement, et 83% des participantes considèrent que le harcèlement sexuel est un problème dans leur école. Les jeunes et les intervenants réunis aujourd’hui demandent que la future loi-cadre inclue :
● Des actions d’éducation et sensibilisation et prévention auprès des jeunes. Ces activités devraient être données par des organismes et personnes spécialistes en la matière ;
● Des protocoles et espaces sécuritaires pour faciliter la démarche de dénonciation ;
● Des mesures de suivi à long terme pour accompagner les victimes dans leur cheminement vers le rétablissement ;
● Des actions auprès des agresseurs pour leur faire prendre la pleine mesure des impacts destructeurs de leur geste et prévenir les récidives ;
● De la formation obligatoire auprès du personnel des écoles pour les guider sur les comportements à adopter, les gestes à poser, les facteurs de risques, etc.

Notes
1.1 La motion a été présentée conjointement avec le ministre de l’Éducation, Jean François Roberge ; la députée de Saint-Laurent, Marwah Rizqy ; la députée de Sherbrooke, Christine Labrie ; la députée de Joliette, Véronique Hivon et le député de Chomedey Guy Ouellette.

À PROPOS DU MOUVEMENT (MESVS)

Le Mouvement pour des écoles sans violences sexuelles (MESVS) a vu le jour au printemps 2018 en soutien à un groupe d’adolescentes de la Maison d’Haïti - quartier Saint-Michel - ayant pris la parole publiquement pour demander des changements réels et pérennes afin de contrer les violences sexuelles dans leurs établissements scolaires. Grâce à la Fondation canadienne des femmes, le MESVS a reçu un appui financier important sur 5 ans ce qui lui permettra de soutenir son mandat et ses objectifs.

À PROPOS DE LA FONDATION CANADIENNE DES FEMMES

La Fondation canadienne des femmes est un chef de file national dans le mouvement vers l’égalité des genres au Canada. Par des activités de financement, de recherche, de défense des droits et de partage d’informations, elle s’emploie à opérer un changement systémique englobant toutes les femmes. L’organisme vise l’inclusion des personnes de toutes orientations et de tous genres, et concentre ses efforts sur le soutien des personnes qui rencontrent le plus de difficultés et qui ont le moins accès aux services pertinents. Cela inclut les personnes qui s’identifient comme femmes, filles, transgenres, genderqueer, personnes non binaires et 2SLGBTQI+.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Éducation

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...