Édition du 8 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Point de mire du 5 mars 2019

Faire front devant l'irresponsabilité de l'oligarchie !

Dans ces points de mire, Presse-toi à gauche présente synthétiquement des éléments d’analyses d’articles publiés dans l’édition de la semaine et explicite ses partis-pris sur les points d’actualité et les débats en cours. Points de mire, pour bien marquer où nous voulons en venir !

La campagne de la CAQ visant à dépeindre l’immigration comme un problème à contrôler domine l’actualité. Selon Bernard Rioux, cette politique s’inscrit dans la logique de la politique du gouvernement de Stephan Harper. La CAQ vise à instrumentaliser l’immigration pour les besoins des entreprises privées. Cette politique va à l’encontre de plusieurs principes démocratiques à la base de notre société : droit de circuler, droit de fuir les conflits, à la réunification familiale, etc. De plus, le projet de loi 9 identifie l’immigrant.e comme une menace pour la langue française et la culture du Québec, contribuant ainsi à construire l’opposition du « Nous » contre « Eux ». Les difficultés rencontrées par le ministre Simon Jolin-Barette face à l’opposition des avocats spécialisés en immigration donne le temps de bâtir une opposition à la hauteur du défi de société qui se trouve devant nous. Celle-ci doit s’appuyer selon l’auteur sur les une politique d’inclusion et de co-construction du vivre ensemble sur une base égalitaire.
 
Par ailleurs, le PQ et le Bloc tentent de sortir de la crise dans laquelle ils se trouvent en collant à l’identitarisme de la CAQ, poussant le délire nationaliste plus loin encore pour l’un, s’offrant comme porteur de ballon pour l’autre. Les partis de la droite nationaliste participent à « la construction de situation fictive pour escamoter les conséquences réelles de l’interdiction du port de signes religieux », explique André Frappier. Selon l’auteur, Québec solidaire doit éviter de répondre à cette recomposition de la scène politique québécoise en ménageant la chèvre et le chou du compromis Bouchard-Taylor et doit s’affirmer comme le parti rassembleur et proclamer haut et fort que les interdits ne sont pas de son programme.
 
Québec solidaire est à la veille de connaître un débat déchirant alors que le prochain Conseil national portera notamment sur l’enjeu de la laïcité. La Fédération des femmes du Québec a pris partie contre les interdictions des signes religieux. L’organisme explique en quoi cette prise de position vise à s’opposer à la fausse conception de la laïcité véhiculée par la CAQ et à appuyer les femmes dans leurs luttes contre les différentes formes de discrimination. Pour la FFQ, « la laïcité concerne la séparation entre le politique et le religieux (et non la restriction des droits et libertés fondamentaux des individus) et est un principe d’organisation juridique qui, justement, déclare l’Etat incompétent pour juger des pratiques culturelles (et vestimentaires). » L’organisme rappelle que « forcer une femme à se dévêtir n’est pas plus féministe que de forcer une femmes à se couvrir. »
 
Par ailleurs, les activités entourant la Journée internationale des femmes portent sur l’exigence du respect pour les femmes et leurs revendications. Une série de réclamations pour la lutte à la pauvreté, contre la violence, pour un réinvestissement dans les services publics sera mise de l’avant lors de dizaines d’activités et mobilisations. À l’international, le projet de grève lors de la journée du 8 mars gagne du terrain et nous demeurons à l’affut de tout développement de ce mouvement qui lance un appel international.
 
La victoire de Jagmeet Singh lors de l’élection partielle du 25 février ne règle en rien la crise que traverse le parti social-démocrate. Nora Loreto analyse la situation dans laquelle se trouve le NPD et, après avoir souligné l’aspect historique de l’élection d’un premier chef de parti racisé, souligne que le parti connait encore des tensions internes. Selon l’auteure, le seul chemin qui mène au redressement du parti est un virage à gauche mais Loreto considère « peu probable » que le NPD puisse emprunter ce chemin.

Par ailleurs, Philippe Giroul analyse la situation de SNC-Lavallinqui est à la base de la crise que vivent les libéraux fédéraux actuellement. Il scrute notamment la place de l’entreprise dans les projets de gestion des déchets nucléaires et ses complicités avec l’Etat fédéral. Il conclut que « le gouvernement fédéral devrait plutôt s’occuper rapidement d’élaborer une politique cadre en définissant et légiférant avec précision les règles de gestion des déchets radioactifs canadiens autres que le combustible irradié. »
 
L’un des plus long conflit ouvrier, le lockout chez ABI risque de connaitre son dénouement lors de l’assemblée syndicale prévue lundi le 11 mars prochain. Julien D. analyse les tenants et aboutissants de ce conflit qui a vu les Libéraux, puis la CAQ faire preuve de complaisance envers la compagnie qui gagne à faire trainer le conflit au prix de pertes financières pour Hydro-Québec.
 
Enfin, dans le but de construire un vaste mouvement visant à contraindre le gouvernement de la CAQ à poser des gestes significatifs dans la lutte contre les changements climatiques, des dizaines de signataires d’un appel exigent que le prochain budget du gouvernement du Québec en soit un d’urgence climatique. Ils ajoutent leurs voix à celle d’Emilie Roy (https://www.pressegauche.org/Desjardins-desinvestissez-du-petrole-sale) qui demande au Mouvement Desjardins de sortir des investissement dans les énergies fossiles.

Sur la scène internationale

Évidemment, en cette semaine du 8 mars, Journée internationale des femmes, nous commençons notre lecture par un texte féministe. Aux femmes qui se battent dans le monde entier.Ce sont les femmes zapatistes qui envoient une déclaration aux féministes qui devaient assister à une rencontre internationale en pays Chiapas. Elles sont très peinées mais elles doivent annuler la rencontre.

Pourquoi ?

« il s’avère que les nouveaux mauvais gouvernements ont déjà clairement indiqué qu’ils allaient mettre en ouvre leurs mégaprojets des grands capitalistes. De leur Train Maya (1), de leur plan pour l’isthme de Tehuantepec (2), de la plantation d’arbres pour la marchandisation (vente) du bois et des fruits. AMLO a également dit que les sociétés minières et les grandes sociétés d’agro-business viendraient nous visiter. En plus, il dispose d’un plan agraire qui pousse à l’extrême l’idée de nous détruire en tant que peuples indigènes (natifs, autochtones) de manière à convertir nos terres en marchandises »

Cette déclaration n’est donc pas une simple lettre d’annulation, c’est surtout une lettre politique. On y dénonce les mégaprojets que veut mettre en branle le gouvernement mexicain : « Ils veulent que nos terres ne soient plus pour nous (femmes et hommes), mais pour les touristes qui viennent s’y promener ». Ces militantes zappatistes font le lien entre ces projets et leur sécurité et leur mode de vie : « Soudain, ces nouveaux mauvais gouvernements [AMLO, ses ministères et les équipes dirigeants des Etats] pensent ou croient que, comme nous sommes des femmes, nous allons rapidement baisser la tête, obéissant à ces patrons et à leurs nouveaux contremaîtres, parce que ce que nous cherchons, c’est un bon patron et un bon salaire. » Elles invitent donc les femmes du monde entier à rester vigilantes, à se mobiliser et promettent de rester en lutte pour leur terre : « Mais non, ce que nous voulons, c’est la liberté que personne ne nous a donnée, mais que nous avons conquise en combattant même avec notre propre sang. »

En complément à cet article, un autre texte célébrant les 25 ans du mouvement zappatiste. 25 ans d’insurrection zapatiste : « C’est une forme de démocratie réelle, radicale » L’article est très intéressant parce qu’il explique que, sur un territoire aussi grand que celui de la Bretagne, les Autochtones et zappatistes se sont organisé-e-s politiquement et socialement : « Il y a donc coexistence sur le même territoire de deux systèmes politiques. Les communes autonomes zapatistes et les régions zapatistes avec leurs conseils de bon gouvernement sont totalement dissociées des structures administratives et politiques de l’État mexicain. Les communes n’en reçoivent aucun financement et n’ont aucun contact avec elles. Mais ces deux systèmes politiques coexistent, le plus souvent sans trop de tensions au niveau des villages et des communes. » L’auteur développe de façon détaillée les formes d’organisations territoriales et le fonctionnement démocratique de ces structures. Il conclut de façon claire : « Les zapatistes ont montré qu’une autre voie de transformation radicale était possible. C’est celle qu’ils dénomment autonomie et qui associe autogouvernement populaire et formes de vie autodéterminées » À lire pour garder espoir dans l’auto-organisation.

Dans l’actualité internationale, nous ne pouvons passer à côté des mobilisations monstres en Algérie.

Algérie : « Pouvoir dégage ! » Presse toi à gauche offre plusieurs articles sur le sujet. Nous avons retenu l’appel à la mobilisation de plusieurs personnalités progressistes.

La déclaration pose, dès le départ, la situation de crise et l’état de la dictature. : « L’Algérie est à la croisée des chemins. Le pouvoir en place ne va pas pouvoir prolonger Bouteflika, pour un 5ème mandat, sans heurts. Depuis 20 ans, Bouteflika est l’homme de paille de généraux qui ont pris le pouvoir à la suite d’un véritable putsch militaire ». Le contexte des inégalités sociales y est aussi présenté et la dilapidation de la rente pétrolière y est dénoncée. Y est aussi mentionnées la corruption et la répression : « Depuis 20 ans, ce pouvoir a vidé l’espace politique de toute opposition crédible, à coup de pots de vin et de pressions. Depuis 20 ans, les démocrates du pays sont harcelés par tous les moyens possibles. » Finalement l’Appel émet les revendications suivantes : « Il ne s’agit plus simplement d’écarter Bouteflika aujourd’hui, il s’agit de changer le système Que la lutte du peuple algérien soit victorieuse ! Démocratie pour l’Algérie ! » Cet appel est une bonne introduction pour lire les autres textes sur le sujet.

Comme dernier sujet retenu, nous portons notre attention sur les États-Unis et la prochaine campagne électorale.

Bernie Sanders annonce sa candidature : peut-être le pays est-il prêt à élire un Démocrate socialiste. L’article, très favorable à Bernie Sanders, montre bien quand même ce que Bernie Sanders a fait en 2016 et ce que cela a changé. Il commence par préciser le programme de 2016 : « « Il y a 3 ans, durant notre campagne de 2016, quand nous avons mis de l’avant notre programme progressiste, on nous a dit que c’était trop « radical », trop « extrême ». On nous a dit que Medicare pour tous et toutes, que le salaire minimum à 15$ de l’heure, que la gratuité de la scolarité dans les collèges publics et les universités, que combattre vigoureusement les changements climatiques, que de demander que les riches commencent à payer leur juste part des taxes et impôts, que toutes ces idées ne seraient jamais acceptées par la population américaine.

Depuis la campagne de Bernie Sanders, les idées progressistes sont acceptées dans le parti Démocrate et plusieurs personnes candidates se réclament de ces idées : « En ce moment, presque tous et toutes les membres démocrates veulent s’identifier comme de sérieux.ses progressistes. On nous souligne que B. Sanders n’est qu’un dans une foule de candidats.es du même genre à avoir une chance de battre D. Trump. Alors, est-ce que B. Sanders serait victime de son propre succès ? Il aurait poussé si loin le débat à l’intérieur du Parti démocrate que personnellement il n’aurait plus d’espace ? »

Enfin un petit rappel.

Si vous n’avez pas vu le vidéo des femmes tanzaniennes qui se marient entre elles, ils faut vous dépêcher pour le visionner. Notre parution est hebdomadaire.

Tanzanie
https://www.pressegauche.org/En-Tanzanie-70-de-la-population-est

De même, il faut lire, en prévision des prochaines mobilisations mondiales et québécoises, les articles sur les jeunes et le climat.

Climat
https://www.pressegauche.org/Avec-leurs-brassards-verts-les-jeunes-se-mobilisent-pour-le-climat-a-Paris

https://www.pressegauche.org/Le-mouvement-des-jeunes-pour-le-climat-s-etend-en-Belgique

https://www.pressegauche.org/La-greve-des-jeunes-pour-le-climat-gagne-Paris

https://www.pressegauche.org/Les-jeunes-plus-chauds-que-le-climat

Bonne lecture.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...