Édition du 13 octobre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Abolition de l'esclavage au Brésil : 13 MAI, cette abolition ne nous représente pas !

Ce 13 mai, cela fait 132 ans que la princesse Isabel a décrété la fin de l’esclavage au Brésil. Cette date sert à cacher l’histoire de la lutte et de la résistance du peuple noir depuis plus de 380 ans au Brésil.

tiré de NPA 29

Elle sert également à effacer le fait que les classes dirigeantes ont aboli l’esclavage sans promouvoir aucune politique de réparation pour le peuple noir. La prétendue « piété » de cette princesse blanche mérite aujourd’hui une demande de béatification à l’archevêché de Rio de Janeiro en 2012.

La lutte pour la liberté et la dignité des Noirs enlevés au continent africain et réduits en esclavage au Brésil a commencé depuis leur capture, leur commercialisation et leur vente dans leurs villages, villes, villages et États d’origine.

Ils ont résisté aux traitements inhumains dans les navires négriers, dans lesquels beaucoup n’ont pas survécu et d’autres ont refusé d’arriver vivants ici pour devenir des esclaves. Et lors du débarquement des survivants, nos ancêtres ont surmonté les rivalités tribales et les barrières linguistiques pour s’organiser contre l’esclavage dans un pays étranger.

Sans aucun doute, les Quilombos étaient les plus grandes formes de résistance à l’esclavage. Le Quilombo de Palmares est notre principale référence. Il a résisté pendant près d’un siècle, atteignant une population d’environ 30 000 habitants. Ses principaux dirigeants étaient Aqualtune, Ganga Zumba, Zumbi, Acotirene et Dandara. Les Quilombos étaient opposés au monde des sucreries et au système esclavagiste. Palmares a résisté à 27 guerres imposées par la domination portugaise et néerlandaise jusqu’à sa décimation en 1695.

LE RACISME N’EST PAS FINI : Abolition sans réparations

Imaginez la situation suivante : travailler pendant 40, 50 et même 60 et 70 ans, au soleil, dans les champs de canne à sucre, dans les profondeurs des mines et dans les grandes maisons. Travailler sous les coups de fouet et toutes sortes de punitions physiques et psychologiques qui aboutissent souvent à la mort. Dans ce travail, vous êtes considéré comme moins qu’un animal. Les femmes ont été victimes de viol et de toutes sortes de violences.

Après quatre siècles d’esclavage, il n’y a eu aucune compensation pour ces travailleurs et leurs descendants pour toutes ces souffrances. C’est ce que la classe dirigeante a fait avec l’abolition de l’esclavage en 1888.

La loi de 3 353, rédigée par la princesse Isabel, ne comportait que deux articles : « Art. 1er : l’esclavage au Brésil est déclaré éteint à compter de la date de cette loi ; Article 2 : les dispositions contraires sont abrogées. » C’était une loi qui ne garantissait absolument rien aux Noirs.

L’abolition de l’esclavage n’a pas mis fin au racisme. Au contraire, elle n’a été accompagnée d’aucune réparation, elle a déterminé que les Noirs continuent de vivre une vie de misère et de racisme même après l’extinction de l’esclavage.

Exclusion

Les Noirs et les autochtones n’avaient pas accès aux moyens de production, encore moins à la terre. En 1850, avec la loi foncière, la classe dirigeante s’assura que la terre restait entre les mains de grands propriétaires terriens, empêchant les Noirs d’avoir leur propre terre pour y vivre et y travailler.

Deux ans plus tard, Rui Barbosa, alors ministre des Finances, a fait brûler tous les documents d’achat et de vente d’esclaves qui se trouvaient aux Archives nationales pour empêcher toute réparation au peuple noir. Contre ce crime du capitalisme, nous nous battons pour des réparations historiques au peuple noir.

Comprendre le passé et le présent

Il est impossible de comprendre le présent de la pauvreté et de la misère que nous vivons sans regarder ce passé. Comme il n’y avait pas de politique de réparation pour garantir la terre et le travail, nos ancêtres ont été contraints de construire des cabanes sur les collines des grandes villes et des pilotis dans les mangroves.

Alors que la classe dirigeante tentait de « blanchir » le pays en amenant des immigrants européens, ils ont laissé nos ancêtres en marge du travail salarié dans les champs et les usines, les forçant à vivre en faisant des « travaux » et du travail domestique avec de faibles revenus.

Les pratiques religieuses et culturelles de notre peuple ont été criminalisées et les écoles et les collèges publics ont été fermés aux Noirs.

C’est pourquoi aujourd’hui, après 132 ans, les Noirs sont dans les pires conditions sociales et économiques par rapport aux Blancs. C’est pourquoi le Brésil est un bon endroit pour que la pandémie de Covid-19 fasse plus de dégâts que dans d’autres pays.

Le manque de travail décent et de salaires empêche de nombreux travailleurs noirs d’être en quarantaine. Le logement précaire, sans assainissement de base, empêche les Noirs et les pauvres d’adopter des mesures d’hygiène capables de prévenir la contamination par le coronavirus.

Ce n’est pas par hasard que les premières victimes de Covid-19, à Bahia et à Rio de Janeiro, étaient deux employées de maison qui ont contracté le virus de leurs patrons qui sont revenus d’Europe.

Les femmes de ménage sont décédées et les employeurs et se portent bien. Il existe d’innombrables rapports sur le confinement de travailleurs domestiques dans les maisons de familles bourgeoises montrant à quel point le racisme et le machisme sont enracinés dans le capitalisme du 21e siècle.

LE CAPITALISME EST UN RACISME La lutte pour les réparations et le socialisme

Le capitalisme était le système qui se nourrissait de l’esclavage de millions d’hommes et de femmes noirs dans le monde. Comme l’a dit Marx, sans coton planté et récolté par des mains noires, il n’y aurait pas d’industrie textile en Europe et le système n’aurait pas avancé pour contrôler l’économie mondiale.

Même après la fin de l’esclavage noir, la bourgeoisie et tous ses gouvernements ont essayé d’alimenter le racisme pour diviser les travailleurs et payer des salaires inférieurs aux Noir-e-s

Les mesures

La bourgeoisie n’offrira pas de réparation aux Noirs pour ce crime historique dont nous ressentons encore aujourd’hui les effets.

Les réparations historiques signifient, entre autres :

mettre un terme à la concentration des terres entre les mains d’une poignée de propriétaires fonciers et d’agro-entrepreneurs, des terres qui ont été données par l’État et / ou prises directement aux populations autochtones ;

assurer un travail décent avec un salaire égal pour les Noirs et les Blancs, mettre fin au racisme sur le marché du travail ;

garantir une éducation publique et gratuite à tous les Noirs ;

suspendre le paiement de la dette publique aux banquiers, parasites qui profitaient autrefois de la traite négrière et profitent désormais de l’exploitation des travailleurs.

C’est pourquoi nous exigeons une réforme agraire, un salaire égal pour un travail égal, la santé publique, un logement décent, une éducation publique gratuite et des politiques affirmatives.

Cela ne viendra pas de la bourgeoisie

La bourgeoisie brésilienne ne répondra jamais à nos besoins. Elle ne donnera pas la terre, car c’est de l’accaparement des terres et de la propriété foncière que vient sa richesse. Elle ne mettra pas fin au racisme car ce sont ses sources de profit. Elle ne garantira pas une éducation publique et de qualité pour tous les Noirs et les travailleurs, car il profite de notre maintien dans la pauvreté et l’ignorance et profite de l’enseignement privé.

La réparation intégrale aux Noirs n’est pas venue avec l’abolition. Elle devra être gagnée dans la lutte pour une révolution socialiste. Une révolution qui prend la terre aux mains des propriétaires terriens et les usines aux mains de la bourgeoisie.

Frères de combat

Au PSTU, nous sommes de ceux qui considèrent le « 13 mai » comme une date pour dénoncer une abolition qui n’a rien aboli. Ni racisme, ni inégalités sociales, économiques et politiques. Pour nous, c’est un autre jour de lutte.leurs différences ethniques et leurs barrières linguistiques et ont commencé à adopter un terme originaire de la culture kikongo (originaire d’Afrique du Sud, qui signifiait à l’origine « sur le bateau », « sur le navire ») pour s’identifier comme « compagnons de route ».

Les gens unis par le même désir de liberté, d’égalité et de justice qu’ici, dans la lutte, est devenu quilombola. Une lutte qui ne s’est pas terminée le « 13 mai » et ne prendra pas fin tant que nous n’aurons pas obtenu des réparations historiques pour le peuple noir.
Secrétariat noir-e-s du PSTU 05/05/2020

https://www.pstu.org.br/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...