Édition du 20 septembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Féminisme

« 24 heures d’actions féministes » : Le 24 avril, cessons l’exploitation

La Marche mondiale des femmes tient à se souvenir du 24 avril comme date du désastre et de la mort de plus de 1000 femmes travailleuses dans une industrie de vêtements en 2013 au Bangla Desh.

photos tirées du facebook du RGF

La commémoration de cette date permet de lancer une journée d’actions féministes partout dans le monde. Partout entre midi et une heure, les femmes sont appelées à organiser des actions de dénonciation de l’exploitation des femmes au travail.

À Québec, cette année, les femmes ont été invitées à 10 heures à visionner des petites videos qui rendaient compte des violences et de l’exploitation des femmes dans les pays du Sud et aussi dans les pays du Nord.

Le constat était facile : partout le capitalisme patriarcal exploite les femmes pour faire encore plus de profits.

Mais, autre constat intéressant : partout les femmes ripostent, brisent le silence, s’organisent en syndicat, en groupes de femmes. Partout la solidarité et l’unité des luttes sont mises de l’avant actualisant les slogans "Tant que toutes les femmes ne seront pas libres, nous marcherons." "Solidarité avec les femmes du monde entier"

À midi les femmes se sont rendues à l’édifice de La Fabrique, coin Charest et de la Couronne. Cet édifice municipal était à l’origine une ancienne usine de vêtements féminins où la majorité de la main d’œuvre était féminine. S’y est déroulée l’action suivante, telle qu’expliquée par le communiqué de presse du Regroupement des groupes de femmes de la Capitale nationale, groupe organisateur de toute cette mobilisation.

Québec, 24 avril 2022 – Aujourd’hui, des femmes se sont mobilisées dans le cadre du 24 heures d’actions de solidarité féministe pour dénoncer les politiques et pratiques colonialistes du gouvernement et des multinationales canadiennes qui exploitent le travail des femmes, leur corps et les territoires. Elles étaient rassemblées, à l’appel du Regroupement des groupes de femmes de la Capitale-Nationale, devant l’immeuble de La Fabrique, anciennement la Dominion Corset, l’une des plus grandes fabriques de corsets en Amérique, autrefois composée d’une main-d’œuvre exclusivement féminine.

Le 24 avril, mobilisées contre l’exploitation des femmes

La Marche Mondiale des femmes réalise, chaque année, partout sur la planète entre 12h et 13h, les 24 heures d’actions de solidarité féministe pour dénoncer la catastrophe de Rana Plaza survenue au Bangladesh le 24 avril 2013 qui a fait des milliers de victimes, de l’exploitation des multinationales qui exposent les travailleuses à des conditions de travail inhumaines.

Les militantes ont accroché devant l’ancienne Dominion Corset des sous-vêtements accompagnés de messages de solidarité envers les femmes du monde entier touchées par différentes formes d’exploitation, notamment en ukrainien, en bengali et en arabe. Des messages dénonçant l’exploitation liée au travail comme la déqualification des femmes immigrantes, l’exploitation du corps des femmes et du viol comme arme de guerre, l’exploitation des territoires et l’extractivisme pratiqué par les compagnies canadiennes ont également été affichés. « Présentement, plusieurs pays sont en conflits armés et les femmes sont les premières à être victimes de toutes formes d’exploitation liées aux conditions de travail, touchant aussi leurs corps et leurs territoires » rappelle Émilia Castro, porte-parole de l’événement.

Geste symbolique

L’œuvre symbolique a été remise au Ministère du Travail pour rappeler à nos gouvernements qu’ils ont le pouvoir de faire cesser toutes formes d’exploitation. « Les formes d’exploitations sont diverses et c’est notre responsabilité collective de mettre la pression sur le gouvernement pour redonner aux femmes la pleine liberté », dénonce Mélanie Leblanc, porte-parole du Regroupement des groupes de femmes de la Capitale-Nationale.

Le RGF-CN regroupe des groupes de femmes de la région de la Capitale-Nationale et travaille à la défense des droits et des intérêts de toutes les femmes, l’égalité des femmes entre elles, l’amélioration des conditions de vie.

Ce fut une belle action de mobilisation des femmes...à renouveler...

ginette lewis

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Féminisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...