Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Économie

Aide ou profits des créanciers ? La Banque mondiale et la guerre en Ukraine

L’invasion de l’Ukraine par la Russie a provoqué une catastrophe humanitaire et entraîné d’énormes destructions économiques. Le 9 septembre 2022, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme (HCDH) a recensé 14 059 victimes parmi la population civile en Ukraine.

Tiré de Entre les lignes et les mots

En outre, le PIB de l’économie ukrainienne devrait se contracter à environ 45% cette année, avec au moins 349 milliards de dollars de dommages pour les infrastructures et les bâtiments dans un contexte d’une augmentation de la dette et des remboursements. Les économistes ukrainiens prédisent que les coûts économiques de la guerre s’élèveront à 600 milliards de dollars américains.

Compte tenu de ce qui précède, l’Ukraine s’est tournée vers les organisations financières internationales pour obtenir de l’aide. J’examine ici le rôle de la Banque mondiale dans cette assistance et pourquoi ses approches à l’égard de l’Ukraine diffèrent de celles d’autres régions touchées par le conflit.

Une aide globale ?

Compte tenu de la situation économique catastrophique, l’Ukraine a demandé au Fonds monétaire international (FMI) un financement d’urgence, la Commission européenne a promis 1,2 milliard d’euros et la Banque mondiale, de son côté, s’est positionnée séparément comme une institution clé pour surmonter les conséquences économiques et humanitaires de l’invasion russe.

Début mars, la Banque mondiale a approuvé un prêt supplémentaire de 489 millions de dollars pour l’Ukraine et créé un fonds fiduciaire de multidonateurs pour coordonner les ressources bilatérales, qui a depuis mobilisé des pays comme la Norvège, le Japon, la Suisse, les États-Unis et l’Autriche, entre autres. Une semaine plus tard, la Banque a engagé un financement supplémentaire de 200 millions de dollars américains en faveur de l’Ukraine alors qu’elle s’engageait publiquement par ailleurs à aider à la constitution d’un programme de soutien de 3 milliards de dollars américains pour l’Ukraine dans les mois à venir. Le 7 juin, le montant promis est passé à 4 milliards de dollars américains, tandis que près de 2 milliards de dollars américains ont déjà été versés à l’Ukraine.

L’objectif principal de l’aide est de soutenir la continuité de fonctionnement des principales fonctions de l’État en finançant le fonds des salaires des fonctionnaires aux niveaux central et régional, et des travailleurs du secteur scolaire au niveau local. Enfin, début août, la Banque mondiale a annoncé l’allo- cation de 4,5 milliards de dollars supplémentaires à l’Ukraine, principalement venant des États-Unis, pour les dépenses de retraite et d’aide sociale.

Tout ce soutien financier implique cependant des engagements importants qui obligeront l’Ukraine déchirée par la guerre à mettre en œuvre des « mesures politiques » dictées par les institutions financières internationales (IFI). Et nous ne parlons pas ici d’un « déjeuner gratuit » – les prêts devront être remboursés avec intérêts. Cela ne sera évidemment pas facile, car la dette extérieure publique de l’Ukraine est d’environ 57 milliards de dollars et le pays devrait rembourser 14 milliards de dollars en 2022 et 2023.

Environ 22,7 milliards de dollars de la dette extérieure publique de l’Ukraine sont détenus par des obligataires privés, avec un paiement de 1 milliard de dollars dû en septembre. Les 22 autres milliards de dollars de la dette de l’Ukraine appartiennent au FMI et à la Banque mondiale – avec 2 milliards de dollars de remboursements et 178 millions de dollars de « suppléments » dus au seul FMI cette année.

Le montant colossal de la dette est préoccupant. Même au sein du bureau du FMI, avant l’invasion russe, des « sonnettes d’alarme » retentissaient sur la capacité de l’Ukraine à assurer le service de sa dette croissante tout en respectant les conditions des prêts du FMI. En effet, l’une des plus grandes agences de notation de crédit au monde, Moody’s Investors Service, a abaissé la note de crédit de l’Ukraine au troisième niveau, le plus bas, fin mai 2022, constatant l’instabilité de la dette. La raison en est que le marché obligataire international semble également tenir compte d’un défaut de paiement attendu sur les obligations ukrainiennes à moyen terme.

La Banque mondiale est une institution d’une importance cruciale qui peut influer positivement sur la reprise de l’économie ukrainienne. Comme mentionné ci-dessus, la Banque gère actuellement un fonds fiduciaire multidonateurs pour l’Ukraine, et cette institution est le principal créancier du pays. La Banque mondiale est aussi la « gardienne » des prêts préférentiels.

De plus, comme je l’écrivais dans mon dernier article, « Rendre la guerre sûre pour le capitalisme », la Banque mondiale s’est récemment positionnée comme œuvrant pour la paix en temps de guerre. Non seulement la Banque a triplé son budget pour les aides aux États touchés par un conflit depuis 2017 à 18,7 milliards de dollars, mais elle a également annoncé son intention de s’impliquer encore plus dans le financement de pays lors de conflits, selon les publications du Chemin pour la paix, programme développé conjointement avec les Nations Unies et le Groupe stratégique de la Banque mondiale sur les conflits et la violence pour 2020-2025 (ci-après la Stratégie pour 2020-2025).

La Banque mondiale définit étroitement son rôle qui est d’assurer la « bonne gouvernance », créer les conditions de la prospérité du « capital humain » et de « l’accumulation » de fonds privés en temps de guerre. Et cela signifie que l’institution a tendance à oublier les vraies personnes qui ont besoin d’aide humanitaire en raison de l’invasion russe.

Le motif caché de la bonne gouvernance

La Banque mondiale soutient que la « bonne gouvernance » est une condition nécessaire pour un État en guerre comme l’Ukraine. En termes simples, cela signifie que le gouvernement doit assurer la poursuite d’une « économie de marché prospère » en protégeant principalement la propriété privée et en stabilisant les variables macroéconomiques. Par exemple, le personnel de la Banque mondiale a souligné que « la gestion des structures macrofinancières et budgétaires de l’Ukraine est une priorité clé de la politique économique pendant la guerre afin de limiter l’impact négatif sur la croissance économique, atténuer l’inflation et ralentir la croissance de l’extrême pauvreté. »

Ainsi, pour le redressement de l’Ukraine après la guerre dévastatrice qu’elle connaît, la première priorité est de « résoudre les problèmes d’inflation et de stabilité macrofinancière », et la deuxième priorité est de « rétablir la capacité des entreprises privées à retrouver un fonctionnement normal ». Notez que la santé, la sécurité ou les besoins matériels du peuple ukrainien ne sont pas d’une importance primordiale. Au contraire, ces déclarations doivent être interprétées comme indiquant que le gouvernement ukrainien devrait rétablir dès que possible une économie de marché sûre pour les entreprises privées et disposer de bases macroéconomiques solides pour garantir la « confiance des investisseurs ». En d’autres termes, le gouvernement doit prouver la capacité de l’Ukraine à rembourser la dette et les intérêts.

La Banque mondiale veut s’assurer de la capacité du gouvernement ukrainien à rembourser ses énormes dettes, dont la Banque, le FMI et d’autres IFI sont directement impliqués dans l’émergence. En fait, le dernier prêt de 4 milliards de dollars de la Banque mondiale à l’Ukraine, comme indiqué ci-dessus, est à des conditions non négociables avec le même taux d’intérêt et la même échéance que tout autre « pays à revenu intermédiaire ». Autrement dit, le fait que l’Ukraine soit en état de guerre n’est pas pris en compte. Le moins que la Banque mondiale puisse faire serait de prêter de l’argent à l’Ukraine à des taux avantageux et préférentiels.

Comme je l’ai soutenu dans d’autres publications, la Banque mondiale n’a pas classé l’Ukraine (jusqu’au 1er juillet 2022) comme un pays « en état de conflit » pour clairement éviter la nécessité d’accorder à l’Ukraine des prêts bonifiés et un allégement de la dette. Le fait est que l’Ukraine a trop de dettes envers les IFI et les créanciers privés. Toute annulation ou remise de dette serait trop douloureuse pour les créanciers qui possèdent la dette ukrainienne. La Banque mondiale préfère garantir que l’Ukraine remboursera ses prêts. Au cours de l’été de cette année, l’Ukraine a finalement été classée comme pays « en état de conflit », mais il n’y a aucune information sur le fait que la Banque mondiale ait offert ou que les autorités ukrainiennes aient formulé une demande pour engager la procédure d’annulation de la dette ou des prêts préférentiels.

En conséquence, la Banque mondiale déclare directement que « les IFI et les créanciers bilatéraux devraient s’efforcer d’obtenir des flux positifs vers l’Ukraine à court terme – couvrant le service de la dette aux taux en vigueur pendant un an », soulignant que leur principale préoccupation est que l’Ukraine puisse continuer à assurer le service de sa dette. En effet, depuis 2014, alors que la guerre faisait déjà rage dans l’est du pays, le gouvernement ukrainien a remboursé environ 2 milliards de dollars de prêts à la Banque mondiale (dont 664 millions de dollars en intérêts). Malgré l’invasion à grande échelle, il semble que la Banque veuille que l’Ukraine continue à payer ses dettes plus les intérêts !

Capital humain ou cheptel humain ?

La Banque mondiale a fait de « l’investissement dans le capital humain » l’une des questions prioritaires en temps de conflit, et la Stratégie pour 2020-2025 a clairement formulé cette considération. Cette expression signifie que la Banque cherche à faire des personnes touchées par un conflit des « principaux acteurs du marché » qui investissent pour eux-mêmes et poursuivent leurs intérêts individuels. Ainsi, les actions collectives sont délégitimées et la charge du soutien social incombe aux personnes elles-mêmes, et non à l’État ou à d’autres institutions collectives.

Par exemple, dans le document de la Banque mondiale, qui décrit ce que l’Ukraine devrait faire à court et moyen terme, elle appelle le gouvernement ukrainien à réduire au minimum les dépenses d’aide sociale. Le document indique que « des décisions politiques majeures devront être prises concernant l’admissibilité et les avantages des anciens combattants pour faire face au fardeau fiscal potentiellement dévastateur ». Cette phrase peut indiquer que tous les anciens combattants n’auront pas accès à une indemnisation. En outre, la Banque appelle également à « poursuivre l’indexation annuelle des paiements de pensions » et du salaire minimum vital uniquement sur l’inflation, en maintenant l’assistance sociale à un niveau minimum et en ne les augmentant pas de manière significative, malgré les besoins humanitaires.

Alors que l’État devrait soutenir les anciens combattants, les retraités ou les pauvres, la Banque estime que la guerre peut « offrir une opportunité de penser différemment les services sociaux… La reconstruction des institutions qui fournissent des services sociaux doit viser un nouveau modèle de soins qui n’est plus principalement institutionnel (par exemple, orphelinats, maisons de retraite, établissements pour personnes handicapées), mais axé sur les soins à domicile et communautaires ». Autrement dit, il s’agit de transférer la responsabilité du soutien social aux personnes elles-mêmes et à leurs familles.

Le capital privé est le sauveur

Le « secteur privé » est mis à l’honneur à un niveau presque biblique tant dans les Pathways to Peaceque dans la Stratégie 2020-2025 et est, évidemment, l’« acteur » social le plus important en Ukraine du point de vue de la Banque mondiale. Tout au long de la guerre dans le Donbass, au lieu de se préoccuper de la détérioration de la situation de millions d’Ukrainiens touchés par le conflit, la Banque mondiale s’est concentrée sur l’amélioration de la note de l’Ukraine dans l’indice de facilité à faire des affaires (Ease of Doing Business Index) qui est passé de la 137e place avant la guerre [2014] à la 64e place en 2020.

Cette approche se poursuivra à l’avenir. Ainsi, la Banque mondiale affirme que le domaine le plus important sur lequel l’Ukraine devait immédiatement se concentrer avant la menace d’une invasion russe était « le soutien au secteur privé de l’Ukraine, en particulier en augmentant les investissements dans l’agro-industrie et la sécurité alimentaire ». Le pays est sommé de « se réinventer » avec un « secteur privé compétitif et une orientation européenne ». Ensuite, à moyen terme, les impôts sur les entreprises doivent être réduits avec davantage de privatisations pour « renforcer la confiance des entreprises ». En d’autres termes, la Banque mondiale estime que l’entreprise privée est la principale unité sociale en Ukraine et que la promotion des intérêts commerciaux est la stratégie la plus importante lors d’une crise humanitaire aiguë.

La Banque souligne que ses conseils sont « les mieux adaptés » et que ses actions ne sont pas insensibles aux situations des personnes touchées par un conflit. Mais les exigences envers l’Ukraine ressemblent au livre de cuisine néolibéral standard qui a été imposé aux pays en développement qui ont souffert de la crise des années 1970. La Banque mondiale a été active en Ukraine tout au long de la guerre du Donbass, se concentrant sur la création de marchés, la libéralisation de l’économie ukrainienne et la protection des capitaux, tout en ignorant les inégalités, la pauvreté et les souffrances humanitaires.

La Banque mondiale pourrait, à tout le moins, correctement classer l’Ukraine comme un pays « en état de conflit » et accorder des prêts préférentiels, des annulations et des remises de dette, ce que les militants de gauche ukrainiens et étrangers préconisent activement. En outre, elle pourrait s’entretenir avec les créanciers étrangers et les détenteurs d’obligations ukrainiennes et les convaincre d’abandonner définitivement leurs exigences et de fournir une assistance immédiate ou au moins d’autoriser une prolongation du délai de paiement. La Banque mondiale devrait s’engager dans une véritable aide financière, au lieu de demander aux pays en guerre de payer des dettes et des intérêts supplémentaires.

Elliot Dolan-Evans
Elliot Dolan-Evans est doctorant en économie politique à l’université de Monash (Australie).
Publié par COMMONS, 13 septembre 2022
Traduction Léonie Davidovitch
Publié dans : Les Cahiers de l’antidote : Soutien à l’Ukraine résistante (Volume 12)
https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2022/10/15/les-cahiers-de-lantidote-soutien-a-lukraine-resistante-volume-12/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Économie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...