Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Syndicalisme

Appuyons les travailleuses et les travailleurs de l’éducation du SCFP

Au cours des dernières décennies, les gouvernements du Canada sont intervenus de plus en plus fréquemment dans des conflits de travail au nom des employeurs. Au cours des dernières années, les travailleurs des postes, les assistants d’enseignement, les instructeurs de collège, les pilotes, les travailleurs de la santé et d’autres ont vu leurs droits de négociation collective bafoués par des lois de retour au travail adoptées aux niveaux provincial et fédéral.

4 novembre 2022 | tiré de la lettre de Socialist project •

Cette semaine, le gouvernement conservateur de l’Ontario a ajouté 55 000 travailleuses et travailleurs de l’éducation, membres du Conseil des syndicats des conseils scolaires de l’Ontario du SCFP, à cette liste. Comme les récentes lois de retour au travail ont été déclarées inconstitutionnelles rétroactivement, le gouvernement de l’Ontario a pris la mesure sans précédent d’invoquer la dispositionde dérogation, annulant ainsi la Charte des droits et libertés. Cette décision n’est pas particulièrement surprenante. Cependant, la réponse du SCFP l’est. Plutôt que de continuer à travailler et à jurer de combattre la loi devant les tribunaux, le SCFP a annoncé que, malgré la loi, ses membres entameraient un moyen de pression aujourd’hui, vendredi 4 novembre.

La résistance à l’assaut contre les libertés syndicales au Canada est attendue depuis longtemps. Les travailleuses et travailleurs de l’éducation du SCFP lancent un nouveau cri de ralliement inspirant. Mais pour que la grève sauvage du SCFP réussisse et pour la défense des travailleurs syndiqués des secteurs public et privé à moyen et à long terme, il faudra élaborer une réponse plus large, plus profonde et, en fin de compte, plus radicale. Le large soutien des travailleurs et du mouvement syndical sera nécessaire.

Il y a déjà des signes encourageants de mobilisation : la Fédération des enseignantes et des enseignants de l’élémentaire de l’Ontario a suspendu ses propres négociations collectives avec la province ; Les travailleuses et travailleurs de l’éducation du SEFPO s’engagent dans une grève de solidarité et la Fédération du travail de l’Ontario, ainsi que ses affiliés (et Unifor), organisent des piquets de grève stratégiques, des rassemblements et des manifestations de solidarité avec le SCFP.

Pourquoi Ford fait-il cela ?

La loi qui a été adoptée cyniquement privera les travailleurs du SCFP du droit de grève et imposera des limites sévères à leurs revenus pendant quatre ans. La clause dérogatoire éliminera également leur droit de demander réparation devant les tribunaux pendant cette période. De plus, une amende quotidienne de 500 000 $ est imposée au syndicat pour chaque jour de grève et de 4 000 $ par gréviste.

La cible immédiate de la loi sont les travailleurs de l’éducation sous-payés et surmenés. Leur travail est essentiel au fonctionnement du système scolaire public. Ils fournissent l’infrastructure pour nos écoles, en tant qu’assistants d’enseignement, secrétaires et gardiens.

Leur salaire moyen est de 39 000 $ par année, ce qui a perdu de la valeur en raison de l’inflation et des limites avares imposées à leurs salaires, dans le cadre du projet de loi 124 de Ford qui plafonnait les augmentations pour les travailleurs du secteur public.

Le premier ministre Ford et son ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, affirment cyniquement que cela est nécessaire pour garder les enfants à l’école, après l’expérience des fermetures de la pandémie de COVID, en essayant de tirer parti des préoccupations légitimes des parents de la classe ouvrière, qui doivent fournir des services de garde si les écoles sont fermées, et des élèves, dont beaucoup ont pris du retard pendant la période de pandémie.

Mais c’est Ford et son gouvernement qui garantissent la fermeture des écoles en refusant de négocier avec les travailleurs du SCFP – même après leur offre de compromis spectaculaire – sachant très bien que cela causera sûrement le chaos.

Soyons honnêtes – l’objectif de Ford and Co. n’est pas de fournir une éducation de qualité aux étudiants (après tout, ils ont réduit les dépenses de 800 $ par élève et augmenté la taille des classes et, pendant tout en soignant un excédent budgétaire). Ils savent que leurs actes causeront des perturbations et de l’anxiété chez les parents, les enseignants et les élèves – tout comme leurs prédécesseurs au milieu des années 1990 dans le gouvernement conservateur de Mike Harris et Ernie Eves.

Ils veulent empêcher les travailleurs du secteur public de négocier des conventions collectives et ils cherchent à surfer sur une vague d’anxiété des parents afin de limiter les droits de négociation et de réduire les salaires et les avantages sociaux des travailleurs du SCFP, en prélude à d’autres travailleurs du secteur public (enseignants, infirmières, travailleurs médicaux). De plus, ils entretiennent des liens étroits avec des entreprises privées qui cherchent à privatiser des composantes du système d’éducation publique dans son ensemble et à affaiblir la confiance dans celui-ci.

Et, s’ils peuvent s’en tirer avec le précédent d’interdire le droit de grève et de négocier librement contre les travailleurs de l’éducation du SCFP, qu’est-ce qui les empêchera de faire la même chose aux autres travailleurs syndiqués du secteur public et même aux travailleurs du secteur privé – qu’ils peuvent juger « essentiels » au fonctionnement de l’économie ? Le résultat pourrait être un retour à l’âge sombre de l’antisyndicalisme, de la violence et, en fin de compte, d’un environnement économique encore plus bas que celui que nous avons déjà.

Résistance

Les travailleuses et travailleurs de l’éducation du SCFP ont bâti une base solide au sein de leur section locale. Ils ont préparé leurs membres à ce genre d’attaque et ils refusent de reculer face à cette attaque lâche et cynique contre leurs droits et tous les nôtres. Ils ont fait grève le vendredi 4 novembre et les travailleurs de l’éducation du SEFPO, dirigés par leur chef provincial nouvellement élu, JP Hornick, se sont ouvertement joints à eux pour refuser de travailler jusqu’à ce qu’il y ait un règlement décent.

Ils ont reçu l’appui de la Fédération du travail de l’Ontario et d’un certain nombre d’autres syndicats pour une série de manifestations, de rassemblements et de piquets de grève. C’est important et cela devrait être célébré.

Mais cela ne suffit pas. Réussir à repousser Ford nécessite une réponse qui doit être construite au fil du temps. À l’instar des Journées d’action de l’Ontario en 1995 – une série de grèves générales d’une journée dans toute la province, dirigées par la FTO – il doit y avoir une certaine forme de grève plus large sur une période relativement courte par d’autres syndicats des secteurs public et privé. Mais cela ne peut pas arriver tout seul – il faut le construire.

Comment faisons-nous cela ?

• En tant qu’individus et socialistes, d’abord et avant tout, ils s’engagent dans toutes les formes de soutien aux grévistes du SCFP. Joignez-vous aux manifestations, aux piquets de grève et aux manifestations. Parlez à votre famille, à vos amis, à vos voisins et organisez leur participation collective.
• Le mouvement syndical provincial doit créer une stratégie collective pour construire et organiser des actions de grève solidaires, sur le modèle des grèves générales d’une journée des Journées d’action. Mais l’infrastructure pour cela n’est pas encore là. Le mouvement syndical doit se mettre en forme.
• Les affiliés de la FTO, Unifor et d’autres syndicats non affiliés, dirigés par les syndicats de l’éducation et de la santé, devraient organiser des séances de formation pour toutes leurs sections locales, expliquant pourquoi il est essentiel de contester les actions et les plans de Ford pour nos droits en tant que travailleurs, et pourquoi ils doivent s’engager dans ces actions. Ils devraient inclure une formation sur la façon de parler avec les collègues, les voisins, les parents et la famille. Au cours des journées d’action, de nombreux travailleurs qui ont soutenu Harris ont été gagnés à ces actions par le travail éducatif organisé par la FTO et dirigé par les principaux syndicats affiliés.
• Organiser des campagnes éducatives similaires dans les communautés locales de parents, d’étudiants, de travailleurs de la santé et de familles de patients et de personnes vivant dans des établissements de soins de longue durée. De nombreux parents s’inquiètent de l’éducation de leurs enfants, mais ils sont également conscients des actions cyniques et cruelles du gouvernement. Nous devons les convaincre et les engager.

Les réseaux syndicaux et communautaires doivent venir en aide aux travailleurs du SCFP et maintenir l’élan au fur et à mesure qu’il se poursuit et par la suite. Ce n’est pas une bataille qui se terminera de sitôt, peu importe ce que fera le gouvernement dans les prochains jours. Construire contre Ford et créer une infrastructure de lutte et de compréhension politique dans le mouvement syndical, inspiré par la lutte du SCFP, prendra plus de temps, mais cela doit se produire.

Socialist Project appuie le SCFP et tous les efforts visant à tenir tête à Ford et à Lecce, et appuie les intérêts économiques qui les sous-tendent et les campagnes nécessaires et souhaitables pour pouvoir aller de l’avant. •

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Syndicalisme

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...