Édition du 8 octobre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Europe

Catalogne interdite

Voir la vidéo du témoignage de Manon Massé

Ayant en toile de fond le procès ouvert le 13 février dernier par la cour suprême espagnole et les forces réactionnaires qui l’entourent contre les dirigeants et dirigeantes indépendantistes catalans, le gouvernement canadien a décidé de refuser l’entrée au Québec du président élu démocratiquement par le peuple de la Catalogne Carles Puigdemont. Il avait été invité par la Société Saint-Jean-Baptiste et son président Maxime Laporte.

Les 12 personnes qui subissent leur procès, l’ancienne présidente du Parlement catalan, plusieurs ministres et députés et les responsables des associations indépendantistes ANC et Omnium Cultural, sont en prison depuis plus d’un an ce qui représente déjà un déni de justice.

Le premier ministre Justin Trudeau ne peut se cacher derrière ses fonctionnaires. En refusant l’entrée de Puigdemont, son gouvernement cautionne la politique du gouvernement Espagnol. C’est une décision politique. Ce faisant il donne raison à ceux qui ont refusé l’existence du référendum du 1er octobre 2017, qui ont usé de violence pour l’empêcher et qui emprisonnent et trainent en procès les éluEs politiques légitimes.

Exclus des élections européennes

Par un étrange concours de circonstances, Carles Puigdemont ainsi que deux autres indépendantistes catalans en exil, Toni Comin et Clara Ponsati viennent également d’être interdits ce lundi 29 avril de se présenter aux élections européennes du 26 mai prochain par le Conseil Électoral Espagnol (JEC). Lundi étant le jour où les candidats et candidates aux élections européennes doivent être proclaméEs.

"L’objectif est de faire entendre la voix de cette Catalogne qui veut être une république indépendante au coeur de l’institution qui représente les citoyens européens", avait expliqué récemment M. Puigdemont. Afin d’empêcher cette candidature, le Parti populaire (PP, conservateur) et les libéraux de Ciudadanos avaient présenté un recours devant les autorités électorales. Face à cette situation, JxCat a déjà avancé que les partis indépendantistes se tourneront à la fois vers l’État et l’Europe "pour défendre les droits des trois candidats au 26M et le droit de vote".

La principale figure du parti libéral Ciudadanos en Catalogne, Inés Arrimadas, a écrit sur Twitter, à propos de M. Puigdemont qu’elle présente régulièrement comme "un putschiste" : "Quand on fait un coup d’état et on s’enfuit, on ne peut PAS représenter en Europe l’état où on a perpétré ce coup". (1)

Cependant, cinq indépendantistes catalans, parmi les 12 emprisonnés et actuellement en procès à Madrid, ont été élus parlementaires dimanche lors des élections législatives remportées par les socialistes, soit l’ancien vice-président de la Catalogne Oriol Junqueras, l’ancien responsable des Affaires étrangères Raul Romeva ainsi que Jordi Sanchez, Jordi Turull et Josep Rull, membres de JxCat (Ensemble pour la Catalogne). (2) Cette situation ne sera pas sans contribuer à maintenir la pression internationale et l’odieux contre la droite espagnole, une tâche essentielle surtout avec l’arrivée du parti d’extrême droite Vox au parlement.

Procès des indépendantistes catalan, Manon Massé et LLuis LLach témoignent

Le procès qui en était à sa 37ième journée aujourd’hui a permis d’entendre à distance via internet, Manon Massé qui était présente à Barcelone le 1er octobre 2017. Dans son témoignage Manon a exprimé ce qu’elle a vu et senti, une population qui craignait de ne pouvoir s’exprimer et voter, un climat d’enthousiasme mais aussi de peur. Elle a ainsi expliqué que la violence ne provenait que de la police espagnole.

Elle a expliqué que Québec solidaire est un parti indépendantiste et que dans cette mesure elle trouvait important de se joindre à une délégation du Québec pour défendre le droit à l’autodétermination. Manon a expliqué que les gens de Barcelone étaient heureux de voir des observateurs internationaux et considéraient qu’ils étaient un rempart contre la violence. « C’est la CUP qui nous avait invités mais je faisais partie d’un regroupement au sein de l’AMI lors de la visite des bureaux de vote. »

Talonnée par la procureure de l’accusation publique, qui tentait de lui faire dire qu’elle appuyait ceux qui s’étaient opposés à la volonté de l’État espagnol et à sa constitution, Manon lui a lancé un camouflet : « J’étais consciente que le référendum avait été déclaré inconstitutionnel par Madrid, je l’avais en effet communiqué dans mes déclarations au Québec parce que je m’en étais était indignée. Québec solidaire est un parti indépendantiste, lorsque nous prendrons le pouvoir nous ferons l’indépendance et par conséquent nous sommes pour l’autodétermination des peuples. »

Lluís Llach, auteur de la chanson emblématique catalane L’Estaca et député de JxSí a témoigné à son tour. Il a exprimé son désaccord avec la présence du parti d’extrême droite Vox au procès de la Cour suprême. "En tant que citoyen homosexuel et indépendantiste, je ne suis pas d’accord avec ces questions ...". Les ex-députés de la CUP Antonio Baños et Eulàlia Reguant avaient lors d’une audience antérieure refusé de répondre aux questions de l’extrême droite et se sont vu infliger une amende, et font face à des poursuites criminelles possibles. (3)

Lluís Llach est venu à Montréal l’an dernier lors d’une entrevue publique et avait participé à une rencontre organisée par les Oui Québec, rencontres auxquelles l’auteur de ces lignes avait assisté. Eulàlia Reguant a participé au Conseil national de Québec solidaire en décembre 2017 en compagnie d’Anna Gabriel également de la CUP et exilée en Suisse.

(1) AFP, L’ex-président catalan Carles Puigdemont interdit d’être candidat aux européennes
(2) La Presse 29 avril 2019
(3) ara.cat

André Frappier

Militant impliqué dans la solidarité avec le peuple Chilien contre le coup d’état de 1973, son parcours syndical au STTP et à la FTQ durant 35 ans a été marqué par la nécessaire solidarité internationale. Il est impliqué dans la gauche québécoise et canadienne et milite au sein de Québec solidaire depuis sa création. Co-auteur du Printemps des carrés rouges pubié en 2013, il fait partie du comité de rédaction de Presse-toi à gauche et signe une chronique dans la revue Canadian Dimension.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Europe

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...