Édition du 27 février 2024

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Cinq députés canadiens se sont rendus en Israël pour montrer leur solidarité avec le gouvernement d'extrême droite

À l’attention de : Députés de la Chambre des communes du Canada, Anthony Housefather, Marco Mendocino, Melissa Lantsman, Michelle Rempel-Garner, Marty Morantz

Cc : procureur de la Cour pénale internationale, Chefs du Parti libéral du Canada, du Parti conservateur du Canada, du Nouveau Parti démocratique du Canada, du Parti du Bloc québécois et du Parti vert du Canada respectivement : Justin Trudeau, Pierre Poilievre, Jagmeet Singh, Yves-François Blanchet et Elizabeth May.

Montréal 26 novembre 2023

Le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires a dressé un bilan des pertes subies par la population civile de Gaza au 20 novembre 2023. 11 078 Palestiniens ont été tués. (Aujourd’hui, 26 novembre 2023, le nombre de Gazaouis tués a été actualisé à plus de 14 000). Parmi eux, plus de 3 000 sont des femmes et environ 5 000 des victimes sont des enfants. Quelque 6 500 autres personnes, dont 4 400 enfants, sont portées disparues et pourraient être piégées sous les décombres laissés par ce qui équivaut à un tapis de bombardements israéliens. Israël a bombardé des hôpitaux, des écoles, des mosquées, des églises et des immeubles résidentiels.

Israël a détruit des quartiers entiers à Gaza. 1 340 familles palestiniennes à Gaza ont subi de multiples pertes. Au moins 6 120 des 11 078 décès signalés provenaient de 825 familles. Certaines familles ont été entièrement tuées par les bombardements constants d’Israël. 27 400 Gazaouis ont été blessés. Il y a un manque de nourriture, d’eau et d’installations sanitaires, une grave pénurie de produits sanguins, de médicaments et de fournitures, et le carburant nécessaire aux hôpitaux s’épuise. Les hôpitaux de Gaza sont sur le point de s’effondrer. 25 hôpitaux et 55 centres de santé sont hors service. Au moins 3 églises et 83 mosquées ont été ciblées par les attaques israéliennes.

L’attaque génocidaire d’Israël a tué 102 membres du personnel de l’UNRWA (Agence de secours des Nations Unies). Au moins 201 agents de santé ont été tués, ainsi que 22 agents de la défense civile et 60 journalistes. En fait, les journalistes sont délibérément pris pour cible par Israël – et ce n’est pas la première fois. Il ne fait aucun doute qu’Israël a commis de multiples crimes de guerre à Gaza. Un groupe d’experts des Nations Unies a déclaré qu’il existe « des preuves d’une incitation croissante au génocide » contre le peuple palestinien dans ce qu’il considère comme de « graves violations » commises par Israël. Le groupe d’experts de l’ONU, qui comprend plusieurs rapporteurs spéciaux de l’ONU, a déclaré : « Nous sommes également profondément préoccupés par le soutien de certains gouvernements à la stratégie de guerre d’Israël contre la population assiégée de Gaza, et par l’échec du système international à se mobiliser pour empêcher génocide. »

La Commission internationale de juristes (CIJ) a publié un mémoire juridique affirmant qu’il existe un risque sérieux de génocide à Gaza et qu’en conséquence, tous les États ont l’obligation légale de prendre des mesures pour prévenir le génocide. Cela inclut le Canada. Bien entendu, l’État d’Israël n’en tient pas compte car il fait étalage du droit international depuis 75 ans avec la complicité des soi-disant « démocraties » occidentales. Il continue de bombarder même si une pause « humanitaire » de quatre jours est décrétée. Netanyahu a annoncé qu’Israël reprendrait néanmoins les bombardements après la pause, révélant ainsi le plan israélien de nettoyage ethnique de l’ensemble de Gaza.

Il y a eu de nombreux appels au génocide en Israël de la part de responsables gouvernementaux et même de personnalités des médias pour l’élimination physique de l’ensemble de la population de Gaza. Netanyahu a utilisé la référence au peuple biblique Amalek dans le livre de Samuel pour inciter clairement au génocide contre les Palestiniens de Gaza. Voici ce qu’il a dit :

“You must remember what Amalek has done to you, says our Holy Bible. 1 Samuel 15:3 ‘Now go and smite Amalek and utterly destroy all that they have, and spare them not ; but slay both man and woman, infant and suckling, ox and sheep, camel and ass.”(« Vous devez vous rappeler ce qu’Amalek vous a fait, dit notre Sainte Bible. 1 Samuel 15 : 3 « Maintenant, allez frapper Amalek et détruisez entièrement tout ce qu’ils ont, et ne les épargnez pas ; mais tuez hommes et femmes, enfants et nourrissons, bœufs et moutons, chameaux et ânes. »)

Il ne fait aucun doute que Netanyahu incite au génocide contre la population de Gaza. C’est un criminel qui doit être inculpé pour avoir commis un génocide et des crimes de guerre contre la population civile de Gaza. Récemment, le général de division Giora Eiland (à la retraite), ancien chef du Conseil de sécurité nationale et actuel conseiller du ministre de la Défense Yoav Gallant (qui a qualifié les Palestiniens d’« animaux humains ») a décidé de qualifier le génocide de manière plus explicite.

Dans un article en hébreu paru dans l’édition imprimée du centriste Yedioth Ahronoth intitulé « Ne nous laissons pas intimider par le monde », Eiland a précisé que l’ensemble de la population civile de Gaza était une cible légitime et que même « de graves épidémies dans le sud de la bande de Gaza rapprochez-vous de la victoire. Ses propos ne laissent aucun doute quant à son point de vue sur l’incitation au génocide :

« Il ne s’agit pas seulement de combattants armés du Hamas, mais aussi de tous les responsables « civils », y compris les administrateurs d’hôpitaux et d’écoles, ainsi que l’ensemble de la population de Gaza qui a soutenu avec enthousiasme le Hamas et a applaudi ses atrocités le 7 octobre. »

Pourtant, face à ce génocide évident, les élites politiques occidentales et la presse occidentale en général ont fermé les yeux sur la réalité et ont utilisé l’épouvantail de « l’antisémitisme » pour détourner l’opinion de la réalité du génocide à Gaza. Ce sont les mêmes nations occidentales qui ont systématiquement interdit aux Juifs d’entrer dans leurs pays respectifs pendant la période de l’Holocauste juif. Leur préoccupation n’est pas pour les Juifs mais plutôt pour fournir une couverture à un autre membre du club impérial du génocide, à savoir l’État d’Israël.

Cinq députés du Parlement du Canada – Anthony Housefather, Marco Mendocino (Parti libéral du Canada), Melissa Lantsman, Marty Morantz et Michelle Rempel-Garner (Parti conservateur du Canada) se sont rendus en Israël pour apporter leur soutien moral aux efforts israéliens à Gaza. Ce faisant, ils pourraient se rendre coupables d’avoir aidé et encouragé ce que les experts juridiques appellent un possible génocide à Gaza.

Le Statut de Rome (Cour pénale internationale) fournit des critères clairs dans les articles 6, 7 et 8 quant à la définition du génocide, des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité respectivement. Il est clair qu’Israël a transgressé ces trois principes et continuera de le faire aussi longtemps que ces responsables publics et ces institutions continueront de soutenir l’impunité d’Israël. C’est exactement ce qu’auront fait les cinq députés canadiens susmentionnés en se rendant en Israël pour soutenir publiquement sa campagne brutale et inhumaine. Par conséquent, les cinq députés doivent faire l’objet d’une enquête de la part du procureur de la Cour pénale internationale.

Il appartiendra à la CPI de déterminer si les cinq députés susmentionnés – qui ont publiquement déclaré leur soutien à Israël malgré les crimes de guerre évidents dont il est coupable – sont eux-mêmes coupables d’avoir aidé et encouragé ces crimes de guerre. Le Canada est signataire du Statut de Rome et est donc lié par tous ses articles. S’il est reconnu coupable de complicité dans les crimes de guerre commis par Israël, un mandat d’arrêt doit ensuite être émis par la CPI contre les cinq députés canadiens et une demande d’extradition. à la CPI à La Haye, aux Pays-Bas, soit délivrée au ministre de la Justice du Canada. Il convient de noter qu’il n’y a pas de prescription pour les actes de génocide, de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Le PAJU continuera d’examiner toutes les déclarations faites par les élus concernant le carnage à Gaza et prendra les mesures juridiques appropriées pour veiller à ce que l’État de droit soit strictement respecté. Il convient de noter qu’au Canada, un consortium d’avocats a annoncé son intention d’entamer des poursuites judiciaires contre des représentants du gouvernement canadien possiblement complices des crimes de guerre israéliens et a remis des documents juridiques à quatre ministres du gouvernement canadien, dont le Premier ministre Justin Trudeau. Que tous les élus qui représentent les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux ainsi que leurs institutions adjacentes se gouvernent en conséquence.

Il convient de noter qu’il n’y a pas de prescription pour les actes de génocide, de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité. Le PAJU continuera d’examiner toutes les déclarations faites par les élus concernant le carnage à Gaza et prendra les mesures juridiques appropriées pour veiller à ce que l’État de droit soit strictement respecté. Il convient de noter qu’au Canada, un consortium d’avocats a annoncé son intention d’entamer des poursuites judiciaires contre des représentants du gouvernement canadien possiblement complices des crimes de guerre israéliens et a remis des documents juridiques à quatre ministres du gouvernement canadien, dont le Premier ministre Justin Trudeau. Que tous les élus qui représentent les gouvernements fédéral, provinciaux et municipaux ainsi que leurs institutions adjacentes se gouvernent en conséquence.

Le PAJU considère que, étant donné la gravité des accusations possibles qui pourraient être portées contre les cinq députés susmentionnés et d’autres personnes qui pourraient avoir enfreint le droit international concernant la question du soutien aux attaques israéliennes contre les civils et les infrastructures de Gaza, nous conseillons aux dirigeants des partis politiques siégeant à la Chambre des communes du Canada – en copie de cette lettre d’intention – de partager ce communiqué de presse avec tous les députés du Parlement du Canada. Nous considérerons qu’il est de leur responsabilité de le faire.

Sachez qu’une copie de ce communiqué de presse est par la présente délivrée au procureur de la Cour pénale internationale. Sachez également que ce communiqué de presse de la part du PAJU est également envoyé en copie cachée (Cci) aux membres du consortium juridique mentionné ci-dessus, ainsi qu’aux journalistes, aux groupes de solidarité palestinienne et à d’autres organisations.

 30-

Contact : info@paju.org

******

Abonnez-vous à notre lettre hebdomadaire - pour recevoir tous les liens permettant d’avoir accès aux articles publiés chaque semaine.

Chaque semaine, PTAG publie de nouveaux articles dans ses différentes rubriques (économie, environnement, politique, mouvements sociaux, actualités internationales ...). La lettre hebdomadaire vous fait parvenir par courriel les liens qui vous permettent d’avoir accès à ces articles.

Cliquez sur ce bouton pour vous abonner à la lettre de PTAG :

Abonnez-vous à la lettre

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...