Édition du 26 mai 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Congrès Québec Mine : « Acceptabilité sociale, il faut passer de la parole aux actes » - Amir Khadir

En marge du congrès Québec Mine à Québec, le député de Mercier, Amir Khadir, a sommé le ministre Pierre Arcand de présenter un véritable plan d’action sur l’acceptabilité sociale des projets miniers. En conférence de presse, M. Khadir était accompagné de Priscille Trudel, représentante du Comité de citoyens de la zone sud de Malartic et de Michel Thusky de la communauté algonquine du lac Barrière. Ces deux communautés sont présentement fragilisées par le manque de considération de l’industrie minière pour l’acceptabilité sociale.

Québec solidaire a déposé en chambre une motion demandant au gouvernement d’honorer ses engagements en vue de favoriser l’acceptabilité sociale des projets de développement sur le territoire du Québec. Cette motion a été adoptée puisqu’elle a reçu l’appui ou le consentement de tous les partis.

« Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles doit passer de la parole aux gestes dans le dossier de l’acceptabilité sociale des projets de développement minier. En acceptant notre motion, son parti s’est engagé à respecter les droits des citoyens et des peuples autochtones. C’est loin d’être le cas actuellement. S’il est sérieux, le ministre a deux tests à réussir. Il doit impérativement répondre favorablement aux demandes des citoyens de Malartic et du lac Barrière », a déclaré M. Khadir.
À la demande de Solidarité Lac Barrière, Québec solidaire parraine depuis ce matin sur le site de l’Assemblée nationale une pétition pour réinstaurer le moratoire sur toute activité minière sur le territoire des Algonquins du Lac Barrière. Elle sera en ligne jusqu’au 10 février 2017.

« Aujourd’hui, nous sommes venus à Québec pour dénoncer la décision prise par le gouvernement d’autoriser des activités d’exploration de la compagnie junior Copper One, sans consultation ni consentement de ma communauté. C’est inacceptable ! Les Algonquins du lac Barrière vivent sur ce territoire depuis des millénaires et ils doivent avoir leur mot à dire. Il en va de l’avenir de nos enfants. On s’oppose complètement à ce projet et on espère que le gouvernement va respecter notre position. Pour l’instant, on se sent trahi », affirme Michel Thusky de la communauté du lac Barrière.

À Malartic également les citoyens et citoyennes sont aux prises avec une entreprise qui souhaite agrandir la mine dans leur cour arrière en plein cœur de la ville sans même répondre aux demandes de la population qui n’en peut plus du dynamitage, des vibrations, du bruit et de la poussière.

« Les recommandations du BAPE concernant les mines à ciel ouvert doivent être prises en compte par le ministre Arcand. Pour nous, l’accessibilité sociale ne veut rien dire si les droits des personnes affectées par les projets miniers ne sont pas respectés comme c’est le cas présentement à Malartic. Le gouvernement doit intervenir afin d’exiger que la minière trouve un terrain d’entente avec les citoyens les plus affectés, et ce, avant toute autorisation d’agrandissement de la mine », a déclaré Mme Priscille Trudel du Comité de citoyens de la zone sud de Malartic.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...