Édition du 30 novembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Asie/Proche-Orient

En utilisant Pegasus contre les ONG palestiniennes, Israël montre son arrogance

Le fabricant israélien de logiciels espions NSO a été critiqué lorsqu’il s’est avéré que les dictatures auxquelles il vendait ses produits avaient utilisé Pegasus contre des militants des droits de l’homme et des journalistes.

Tiré de France-Palestine Solidarité. Publié à l’origine dans Haaretz.

Tout Palestinien doté d’une conscience politique suppose qu’il est soumis à une surveillance israélienne intrusive dont l’ampleur est difficile à imaginer. Il n’est donc pas surprenant de découvrir que le programme d’espionnage Pegasus, produit par la société israélo-américaine NSO, avait été installé sur au moins six iPhones de Palestiniens.

Trois d’entre eux travaillaient pour des organisations de la société civile contre lesquelles Israël a mené une longue campagne de délégitimation qui a récemment abouti à leur déclaration d’illégalité.

Pour des raisons techniques, la société qui a inspecté leurs téléphones et découvert le programme hostile ne peut pas examiner les téléphones Android utilisés par d’autres membres de ces organisations. On peut donc supposer que Pegasus, ce voyeur ultime, s’immisce également dans les chambres à coucher d’autres Palestiniens, et dans celles de leurs enfants.

Ce qui est surprenant dans cette découverte, cependant, c’est que les services de sécurité israéliens, dont on suppose depuis longtemps qu’ils disposent de leurs propres logiciels de surveillance sophistiqués, ont eu recours au logiciel espion d’une société commerciale.

Même si les individus et les organisations palestiniens qui ont découvert le logiciel espion Pegasus sur leurs téléphones et les journalistes qui l’ont rapporté ne peuvent pas prouver qui est derrière tout cela, il est clair pour tout le monde que c’est Israël - ou en d’autres termes, le service de sécurité Shin Bet. Comme l’ont souvent dit les porte-parole de NSO, la société n’est autorisée à vendre ses produits qu’aux gouvernements. En d’autres termes, il ne s’agit pas de l’œuvre d’un particulier suffisamment riche pour louer les services de la société.

De plus, les conditions des licences d’exportation que le ministère de la Défense a accordées à NSO stipulent que seuls les services de sécurité israéliens sont autorisés à surveiller les téléphones portant des numéros de téléphone israéliens, et que les indicatifs régionaux israéliens et palestiniens doivent être bloqués pour tout autre client de NSO. En d’autres termes, aucun pays au monde autre qu’Israël n’est autorisé à espionner un chercheur d’Al-Haq qui documente les efforts israéliens pour expulser les Palestiniens du quartier de Sheikh Jarrah à Jérusalem-Est.

Une autre chose surprenante est que le client gouvernemental israélien a acheté (ou peut-être reçu en cadeau - qui sait ?) ce logiciel d’espionnage malgré la mauvaise réputation que NSO et son produit phare ont depuis plusieurs années maintenant. NSO a fait l’objet de critiques et de gros titres négatifs lorsqu’il s’est avéré que plusieurs dictatures auxquelles elle avait vendu son programme avaient utilisé Pegasus contre des militants des droits de l’homme et des journalistes.

L’innocence feinte des porte-parole de la société, qui insistaient sur le fait qu’elle ne vendait le programme qu’à des fins de lutte contre le terrorisme et la grande criminalité, est de moins en moins convaincante. La dernière preuve en date est que les États-Unis ont récemment mis NSO et une autre société israélienne de cyber-armes, Candiru, sur liste noire pour activités contraires à leurs intérêts nationaux.

Israël a été critiqué, tant dans le pays qu’à l’étranger, pour son contrôle laxiste des exportations d’armes cybernétiques et pour la facilité avec laquelle NSO (et d’autres exportateurs d’armes) a vendu de telles armes à des dictatures connues pour opprimer leur peuple, puisque ce qu’Israël recherchait principalement en échange, c’était des votes de l’ONU en sa faveur et contre les Palestiniens.

Les sens des relations publiques d’Israël n’étaient pas assez aiguisés pour comprendre que cette surveillance laxiste pouvait potentiellement être préjudiciable sur le plan diplomatique et économique. Le journaliste Ronen Bergman a écrit lundi que, dans les jours et les semaines à venir, les hauts fonctionnaires du gouvernement se mobiliseront pour lutter afin que l’administration américaine revienne sur sa décision concernant le NSO.

Le fait que ce logiciel d’espionnage notoire - dont on ne sait toujours pas pourquoi le Shin Bet en a besoin - soit utilisé contre des Palestiniens montre que les institutions israéliennes qui élaborent la politique contre les Palestiniens sont imprégnées de suffisance et de la sensation de victoire. Après tout, elles ont connu de nombreux succès.

Les plans d’expansion des colonies et d’enfermement des Palestiniens dans des enclaves isolées sont toujours en cours. Le gouvernement actuel comprend ostensiblement des partis sionistes centristes qui auraient dû s’y opposer, mais ils sont paralysés et se taisent. Tout au plus, leurs députés envoient-ils des lettres de protestation au ministre de la défense, Benny Gantz.

L’Autorité palestinienne et l’échelon supérieur du Fatah, son parti au pouvoir, maintiennent les enclaves, sont incapables de défendre leurs citoyens contre les attaques quotidiennes des colons et des soldats et continuent de considérer la coordination de la sécurité avec les Forces de défense israéliennes et le Shin Bet comme un intérêt "national". La société palestinienne n’est pas d’humeur à un soulèvement général, et les manifestations de solidarité avec les détenus grévistes de la faim ou les agriculteurs qui ont besoin de protection contre la violence des colons n’attirent qu’une poignée de personnes.

Les pays occidentaux qui ont dépensé une grande partie de l’argent de leurs contribuables pour préserver la "solution à deux États" émettent tout au plus des condamnations inoffensives à l’égard d’Israël et continuent de le considérer comme un allié loyal. Le fait que certains pays européens aient décidé de ne plus faire de dons aux organisations palestiniennes déclarées illégales (avant même que cette déclaration ne soit faite) ne peut que renforcer le sentiment de victoire d’Israël.

Maintenant, lorsqu’il s’avère que pour une raison quelconque, Israël a besoin de Pegasus pour ses efforts visant à supprimer les organisations palestiniennes qui travaillent naturellement contre l’occupation, la comparaison suivante est justifiée : Israël n’est qu’un autre pays non démocratique, pour ne pas dire plus, comme le Mexique, l’Azerbaïdjan, la Hongrie et l’Arabie saoudite. Quiconque ne l’a pas remarqué auparavant sait qu’il prend pour cible des civils, c’est-à-dire des personnes qui s’opposent à ses politiques par des moyens non violents.

Les organisations de la société civile palestinienne qui ont été visées espèrent naturellement tirer parti de cette révélation pour faire pencher un peu la balance, qui penche actuellement en faveur des Palestiniens. Et voici le piège : Maintenant qu’elles ont été déclarées illégales, même une conférence de presse, la publication d’un article ou une conférence devant des diplomates sera considérée comme un acte illégal qui permettra aux FDI de les arrêter en pleine nuit et de les maintenir en prison aussi longtemps que les autorités le voudront, que ce soit en les jugeant devant un tribunal militaire ou en les laissant en détention administrative sans procès.

Traduction : AFPS

Amira Hass

Amira Hass est journaliste pour ce quotidien, elle a longtemps été correspondante à Gaza et dans les territoires occupés. Deux de ses livres ont été traduit en français, aux Editions La Fabrique, retraçant les conditions d’existence et les questions politiques des Palestiniens à Gaza et en Cisjordanie dans les années 1990 et le début des années 2000 : Boire la mer à Gaza (2001) et Correspondante à Ramallah : 1997-2003 (2004).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Asie/Proche-Orient

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...