Édition du 14 septembre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Israël - Palestine

Israël-Palestine « Les Palestiniens de Lydd prennent la tête d’un nouveau soulèvement »

La semaine dernière a vu l’irruption d’un type de violence rarement vu entre les Juifs israéliens et les citoyens palestiniens, notamment des lynchages, des combats de rue et des incendies criminels. Cette violence n’a été nulle part plus visible que dans la « ville mixte » de Lydd. La violence dans la ville a éclaté lundi dernier après qu’un groupe de Palestiniens ait protesté en solidarité avec les Palestiniens de Jérusalem-Est contre les expulsions forcées de Sheikh Jarrah et les attaques contre les fidèles du complexe Al-Aqsa pendant le Ramadan.

Tiré de À l’encontre.

Des habitants ont déclaré à +972 que la manifestation s’est déroulée sans problème, jusqu’à ce que la police commence à utiliser des grenades assourdissantes lorsque des jeunes ont accroché un drapeau palestinien sur la mosquée Al-Omari, dans la vieille ville de Lydd. Après la manifestation, à Lydd et dans la ville voisine de Ramle, les Palestiniens ont brûlé des voitures et des pneus. Plus tard dans la nuit, un groupe de colons d’extrême droite a ouvert le feu en direction d’un groupe de Palestiniens qui manifestaient. Musa Hassuna, 28 ans, a été grièvement blessé et est décédé. Cela a déclenché une vague de protestations à Lydd et dans d’autres villes que nous n’avions pas vue depuis des décennies.

Les événements de Lydd et d’autres villes palestiniennes en Israël font partie du soulèvement le plus étendu parmi les Palestiniens à l’intérieur de la ligne verte depuis octobre 2000. Ils représentent une nouvelle forme de protestation, à laquelle le public, les médias et la police israéliens ont du mal à faire face. Pourtant, cela ne suffit pas à expliquer la situation actuelle, ni le fait que le Premier ministre Benjamin Netanyahou tire des bénéfices politiques du chaos.

La discrimination institutionnelle, la brutalité policière et le racisme de la société israélienne – en particulier dans des villes comme Lydd et Ramle, d’où des milliers de Palestiniens ont été expulsés en 1948 et qui sont aujourd’hui transformées en ghettos – ont tous joué un rôle décisif dans le soulèvement en cours. Les Israéliens originaires des colonies des territoires occupés se sont régulièrement installés dans ces villes au cours des dernières années – en particulier depuis le désengagement de Gaza en 2005 – et bénéficient d’un niveau de vie supérieur à celui de nombreux résidents d’origine. Il s’agit là aussi d’un autre facteur essentiel de ce que nous observons actuellement.

Un certain calme règne à Lydd depuis la fin de la semaine dernière. Cela pourrait s’expliquer par le fait que la police israélienne, qui a envoyé des forces supplémentaires dans la ville, a commencé à communiquer avec les résidents locaux tout en limitant, dans une certaine mesure, les activités des groupes d’extrême droite. La semaine dernière, ces groupes se sont essentiellement comportés comme une milice armée dans la ville, fréquemment accompagnés par la police, ou du moins sans être gênés par elle.

« Soit nous sommes tous des terroristes, soit nous sommes tous en train de nous défendre »
Au cours des deux dernières semaines, j’ai parlé avec des dizaines de résidents palestiniens de Lydd, jeunes et vieux. Selon eux, ils sont sortis manifester lundi dernier en solidarité avec la mosquée Al-Aqsa. La police a attaqué la manifestation, qui a dégénéré en affrontements, avec notamment des poubelles incendiées. Mais le véritable impact, m’ont-ils dit, a été le meurtre de Musa Hassuna, 33 ans.

Musa Hassuna, disent-ils, est la première victime à Lydd de la violence israélienne directe depuis 1948. Son meurtre a provoqué l’indignation contre les « Garin HaTorani » – le nom de la communauté sioniste religieuse qui s’est établie dans la ville il y a plus de vingt ans, et que les résidents palestiniens surnomment « colons ». Ces dernières années, cette communauté a déployé des efforts croissants pour « judaïser » Lydd, notamment dans le quartier de Ramat Eshkol, dans la vieille ville.

Des milliers de personnes ont assisté aux funérailles de Musa Hassuna, qui ont eu lieu mardi dernier, un jour après son assassinat. Alors que le cortège funéraire passait devant l’école militaire préparatoire de la ville, la police israélienne a tiré des gaz lacrymogènes sur les personnes en deuil, ce qui a aggravé les tensions. Cette même nuit, et pendant plusieurs nuits par la suite, de jeunes Palestiniens de la ville ont attaqué des voitures et des maisons appartenant à des Juifs, et ont brûlé un certain nombre de synagogues.

Mercredi et vendredi derniers (12 et 14 mai 2021), des centaines de colons et d’activistes d’extrême droite sont descendus dans les rues de Lydd presque sans entrave, marchant dans la vieille ville et cherchant des personnes à agresser. Certains d’entre eux ont jeté des pierres sur des Palestiniens tout en se tenant à côté d’officiers de police qui n’ont rien fait pour les arrêter. Lors d’un incident, ils ont pris d’assaut la mosquée Al-Omari dans la vieille ville. La police les a poursuivis et, au lieu de déloger les militants d’extrême droite, elle a ouvert le feu sur les résidents locaux. Un autre groupe d’extrême droite a brisé les vitres de la mosquée Dahmash, située à proximité. Des dizaines de voitures appartenant à des Palestiniens et à des Juifs ont été incendiées, ainsi que des parties de plusieurs synagogues.

La police a divisé les militants d’extrême droite en deux catégories : ceux qui étaient venus pour « protéger passivement » les résidents juifs de la ville contre les attaques, et ceux qui cherchaient activement à attaquer les Palestiniens, comme les extrémistes de droite, les jeunes des collines, les membres du groupe d’extrême droite La Familia, et même le directeur d’un lycée religieux. Mais c’est en fait le premier groupe qui a installé des points de contrôle dans la rue, mis en scène des patrouilles armées et agressé des Palestiniens.

« Quand je jette des pierres, ils me traitent de terroriste », a déclaré un homme d’une vingtaine d’années la semaine dernière, alors qu’il gardait l’entrée de la mosquée Al-Omari, un gourdin en bois à la main. « Mais les colons jettent aussi [des pierres], alors soit nous sommes tous des terroristes, soit nous nous défendons tous. »

Pour beaucoup, l’évolution la plus significative a été le fait que les militants de droite sont arrivés armés dans la ville. « Nous avons aussi des armes, si besoin est », a poursuivi l’homme devant la mosquée Al-Omari. Des coups de feu ont pu être entendus tout au long de la soirée de mercredi, tirés en l’air et sur les positions de la police. « C’est un ballon, et il est en train d’être gonflé jusqu’à ce qu’il explose », a-t-il ajouté. Cependant, malgré son militantisme, l’homme m’a montré un échange de textos qu’il avait avec des amis juifs qui lui avaient envoyé des vœux pour les fêtes, auxquels il avait répondu avec des émojis en forme de cœur.

C’est peut-être l’histoire des jeunes qui sont allés manifester à Lydd : leur volonté d’agir, même avec des formes de violence, afin de protester contre leur situation, tout en reconnaissant la réalité de vivre côte à côte avec des Israéliens juifs. Un autre jeune manifestant avec qui j’ai parlé la semaine dernière était d’accord avec cela : « C’est vrai, Israël est là maintenant, mais donnez-nous un endroit où vivre. »

De nombreux habitants avec qui j’ai parlé ont dénoncé l’incendie de la synagogue et la violence contre les civils. Certains ont même pris sur eux d’éteindre le feu allumé à la synagogue de Dossa mercredi soir. « Bien sûr, nous ne sommes pas non plus d’accord », a admis un jeune homme dont la maison a été attaquée par des militants d’extrême droite mardi soir.

« Nous avons grandi avec [ceux qui] ont fondé la [synagogue] Dossa », explique Jamal Abu Kasif. « Nous vivions à Lydd, juifs et arabes ensemble. Le problème a commencé lorsque les colons et les organisations qui tentent de judaïser Lydd sont arrivés. Ils se promènent avec des armes et nous provoquent, mais nous ne partons pas. »

« Ils veulent que Lydd ressemble aux territoires occupés »
Les membres de la communauté sioniste religieuse, dont la plupart ont déménagé à Lydd depuis des colonies de Cisjordanie occupée, semblent surpris par la tournure des événements. De leur point de vue, avant les récents événements, la ville était dans un état de « coexistence » – ignorant clairement ce que leur présence faisait aux Palestiniens de la ville.

« C’est une ville au centre du pays, à côté d’un aéroport. S’il y a un quartier où les Juifs ne sont pas autorisés à vivre, c’est de la folie », a déclaré Tahal, qui a déménagé à Lydd il y a deux ans depuis une colonie près de Jérusalem. « Je sais que nos voisins arabes sont heureux que nous soyons là », a-t-elle ajouté. « Nous sommes venus et avons raccordé la cage d’escalier à l’électricité, et ils nous ont remerciés. C’est difficile de croire que cela vient d’eux. »

Avi Rokach, le chef de la communauté sioniste religieuse de la ville, a adopté un ton plus militant. « Je suis un citoyen, je travaille et je rentre chez moi pour dormir, mais si je suis pris dans une bagarre pour cette maison, je me battrai », a-t-il déclaré. Avi Rokach a rejeté la présence de centaines de Juifs armés dans les rues de Lydd comme une réponse nécessaire à l’absence de la police, qui, selon lui, n’a pas protégé les résidents juifs.

« Un vide a été créé, et nous l’avons comblé », a poursuivi Avi Rokach. « Nous, en tant que public, avons passé beaucoup de temps en Judée et Samarie [le nom biblique de la Cisjordanie occupée], nous savons ce qu’est un vide et ce qui est nécessaire pour le combler. » Néanmoins, il s’est dit opposé à la violence de certains militants de droite. « Tout juif qui jette une pierre provoque une provocation, et nous devons les mettre derrière les barreaux. »

La police a mis du temps à comprendre ce qui se passait à Lydd, et finalement, elle n’a jamais vraiment affronté les militants d’extrême droite. Mercredi dernier, des centaines de membres de La Familia, le fan-club militant d’extrême droite de l’équipe de football du Beitar Jérusalem, ont patrouillé dans les rues, se bagarrant et établissant des points de contrôle pour voir qui était juif et qui était palestinien.

La police a également mis en place des points de contrôle, faisant appel à des centaines d’agents supplémentaires, y compris des forces spéciales, et utilisant des balles réelles. Mais tandis que les colons arrêtés sont emmenés dans des voitures de police, et souvent ne sont pas arrêtés du tout, les résidents palestiniens sont arrêtés de force, menottés, les yeux couverts de flanelle et assis dans des positions dégradantes. Une source policière a insisté sur le fait qu’ils traitaient les Juifs et les Arabes de la même manière, mais la situation sur le terrain montrait le contraire. Au niveau national, le tableau est clair : depuis le début des « violences », le ministère public israélien a déposé 170 actes d’accusation contre des personnes impliquées dans des émeutes ou des violences dans tout le pays. Seuls 15 de ces actes d’accusation ont été déposés contre des Israéliens juifs.

Un résident de Lydd a déclaré que les militants de droite qui sont descendus à Lydd n’ont pas tenu compte du fait que la ville n’est pas comme la Cisjordanie. « Un Palestinien dans les territoires [occupés] ne peut pas répondre, car il sera immédiatement arrêté ou abattu. Mais ici, la situation est différente. Ils n’ont pas réalisé dans quoi ils s’engageaient », a déclaré le résident à +972.

« Nous ne pouvons pas accepter le fait que des colons de l’extérieur de la ville soient venus ici et commettent des actes de terrorisme juif », a déclaré Amir Shariki, qui a aidé à éteindre l’incendie de la synagogue de Dossa la semaine dernière. « La police leur apporte un soutien total tout en fermant les yeux. Ils veulent que la situation à Lydd ressemble à celle des territoires [occupés], où tout le monde se promène armé et vérifie qui est arabe et qui est juif. »

« Ils essaient de mettre le feu à la ville, de défaire le calme ici », poursuit Amir Shariki. « C’est dommage que l’on en soit arrivé là. Je blâme le maire, qui a permis à la communauté sioniste religieuse de venir ici, plus que la police. Il les a soutenus, leur a tout donné, tout en ne s’occupant pas des Arabes qui vivent déjà ici. »

Selon Amir Shariki, les causes des récents événements dans la ville sont profondes. « La haine ne se développe pas en un jour ou deux », a-t-il dit. « Il ne s’agit pas d’Al-Aqsa ou de Musa [Hassuna]. C’est un processus qui dure depuis des années qui nous a amenés à ce point. Netanyahou se lance à fond. Il n’a rien à perdre. »

Vendredi, les habitants de Lydd ont découvert que des dizaines de tombes du cimetière musulman situé à côté de l’ancien bâtiment municipal avaient été vandalisées pendant la nuit. Pendant ce temps, le bâtiment situé à côté du cimetière, que la municipalité a cédé à des sociétés privées il y a dix ans, était devenu une base d’opérations pour les militants d’extrême droite.

Maha al-Naqib, ancien membre du conseil municipal de Lydd, a visité le cimetière la semaine dernière. « Ils ne sont pas venus pour vivre en voisins mais plutôt pour pousser les résidents arabes hors de la région. Jusqu’à présent, le calme régnait, mais la semaine dernière, tout est remonté à la surface. Nous avons peur des colons qui sont venus dans la ville, avec le soutien de la municipalité. Nous n’avons aucune protection, les médias israéliens ne montrent qu’un côté des choses, et personne ne se soucie de tout ce qui nous arrive. Ils ont dit que [ce qui est arrivé à] Musa Hassuna était de la légitime défense, alors qu’ils pouvaient voir que [les tireurs] n’étaient pas en danger. »

Article paru sur le site israélien +972, en date du 20 mai 2021 ; une version de cet article a d’abord été publiée en hébreu sur Local Call ; traduction par la rédaction A l’Encontr.

Oren Ziv

Auteur israélien.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Israël - Palestine

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...