Édition du 22 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

L’affaire Julien Lacroix : #Metoo, pour en finir avec le mythe des monstres

Un agresseur, c’est souvent un proche. C’est un ami, un conjoint, un parent, un professeur, un collègue de travail, une connaissance. Au Québec, plus de 95 % des auteurs d’agression sexuelle connaissent leurs victimes. Les deux tiers des infractions sexuelles sont commis dans une résidence privée et 78 % des victimes d’agressions à caractère sexuel sont des femmes et des filles.

Un agresseur a rarement les traits d’un monstre sorti tout droit de l’enfer. De toute façon, on ne laisse pas entrer les monstres chez soi. On ne fait pas confiance aux monstres. On déteste les montres.

Et pourtant, le mythe persiste. Celui des victimes qui mentent aussi.

Décrédibilisation des victimes

L’article « L’affaire Julien Lacroix deux ans plus tard – Des cicatrices et des regrets » signé Isabelle Hachey contribue à alimenter le narratif derrière la décrédibilisation des survivantes d’agression à caractère sexuel et la perpétuation des mythes et préjugés relatifs aux violences sexuelles.

Avec une touche de sensationnalisme, cette enquête journalistique entend poser un « regard critique » sur le mouvement #Metoo et rapporte que trois des neuf femmes ayant dénoncé l’humoriste Julien Lacroix pour agression sexuelle et inconduite sexuelle se rétractaient.

Julien Lacroix y est dépeint comme un homme vivant en « ermite au cœur de Montréal » et souffrant « choc de stress post-traumatique » à la suite de la parution, en 2020, du reportage du Devoir qui aurait ruiné sa vie.

Sans citer de sources expertes en agression à caractère sexuel, l’article fait fi de certains éléments clés entourant les violences sexuelles et leurs dévoilements, dont celui des risques de violence et de revictimisation auxquels s’exposent les personnes qui dénoncent publiquement. Julien Lacroix y est présenté en dommage collatéral d’un mouvement planétaire dénonçant un ras-le-bol face à l’omerta entourant les violences sexuelles, #Metoo. Il est là le problème.

Il vient ainsi reprendre le contrôle du narratif et l’attention est dorénavant concentrée sur les impacts négatifs que ces dénonciations ont eus sur sa vie. Les répercussions sur la vie des femmes qui maintiennent leurs dénonciations sont complètement ignorées.

Une problématique sociale bien réelle

Cela fait plus de quarante ans que le Regroupement des Québécois des centres d’aide et de lutte aux agressions à caractère sexuel (RQCALACS) et ses membres (CALACS) luttent contre les agressions à caractère sexuel. Chaque année, nous répondons à des milliers de demandes d’aide de femmes et de filles en lien avec des violences sexuelles.

Les agressions sexuelles sont une problématique sociale bien réelle et les médias jouent un rôle important dans la perception et la compréhension de cet enjeu.

Les violences sexuelles ne doivent pas être instrumentalisées pour créer des coups médiatiques. Le 18 novembre au matin, Audrey-Ann Dugas, citée dans l’article d’Isabelle Hachey, dénonçait une déformation de ses propos et rapportait les pressions exercées par la journaliste. Elle maintient sa dénonciation envers Julien Lacroix.

Les cheminements et les narratifs des survivantes de violences sexuelles sont multiples, complexes et valides. Comme regroupement national en violences sexuelles, nous croyons qu’il est grand temps de créer une société où les victimes et les survivantes ne craindront plus de dénoncer les violences vécues.

À toutes les survivantes, nous vous croyons. Les seules personnes responsables des agressions sexuelles sont les agresseurs.

Briser le narratif de la décrédibilisation des survivantes d’agression sexuelle ❗️

Depuis plus de 40 ans, le RQCALACS et ses membres (CALACS) accompagnent et soutiennent les survivantes d’agression à caractère sexuel dans leurs démarches, aussi complexes et diverses soient-elles.

👉Nous croyons les survivantes d’agression sexuelle.

👉Nous défendons les survivantes d’agression sexuelle.

👉 Nous soutenons les survivantes d’agression sexuelle.

Ça ne changera jamais et que cela soit clair.

Les femmes sont les expertes de leurs propres expériences et existences. En tant que regroupement féministe, nous considérons que les différents cheminements et narratifs des survivantes sont valides.

Nous travaillons activement à briser les stigmas sociaux pouvant découler des dévoilements d’agression à caractère sexuel.

Les diverses réactions face à l’article de La Presse paru ce matin viennent susciter d’importants questionnements en lien avec la décrédibilisation des survivantes d’agression sexuelle et, plus largement, du mouvement #Moiaussi.

Donner une aussi grande tribune à une personne dénoncée par six femmes pour agressions sexuelles et inconduites sexuelles est dangereux.

👉60 % des victimes d’agression sexuelle reçues dans les centres d’aide rapportent qu’elles n’ont pas été crues lors de leur premier dévoilement

👉1 femme sur 3 sera victime d’agression sexuelle au cours de leur vie.

👉Le #Metoo a été partagé 53 millions de fois dans le monde

Il est grand temps de créer une société ou les femmes n’ont pas peur de dénoncer.

Le Regroupement québécois des centres d’aide et de luttes aux agressions sexuelles

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...