Édition du 22 juin 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

La Chine, la gauche canadienne et les apologies du capitalisme d'État

Canadian Dimension a connu un débat concernant le positionnement envers les pays dits socialistes dont la Russie et la Chine. En ce qui concerne la Chine le courant campiste défendait une position qui niait l’existance de l’oppression des Ouïghours. Le comité de rédaction a décidé de publier une sélection d’articles de chacun des points de vue dont celui tiré de la revue Briarpatch que voici qui fait à mon avis une analyse intéressante et rigoureuse de la situation. Suite au refus du comité de rédaction de laisser le libre arbitre à ce courant de publier tous ces articles provenant pour beaucoup du site Grayzone (une bonne quantité avait déjà été publiée) trois personnes ont donné leur démission.

L’une d’entre elles a animé le 19 mars un atelier web portant sur la non existence de l’oppression au Xingiang ( Genocide in Xingiang ? Adiscovery zoom panel) avec comme panéliste invitée madame Lu Xu, consul générale de la Chine à Calgary. Dans leur annonce il est indiqué que de nombreux pays s’opposent à cette accusation et appuient au contraire la Chine afin qu’elle éradique le terrorisme et la pauvreté au Xigiang.

Nous remercions la Revue Briarpatch de nous avoir permis de reproduire cet article publié le 1er mars 2021.
https://briarpatchmagazine.com/articles/view/china-the-canadian-left-and-countering-state-capitalist-apologia}

Traduction par André Frappier

C’était une chaude nuit d’été au centre-ville d’Ottawa, avec les restrictions COVID-19 atténuant ce qui aurait autrement été un week-end animé dans la capitale. Alors que mon partenaire et moi traversions la rue Elgin, nous avons entendu derrière nous des cris de la part de quelques jeunes hommes dans une camionnette.

« Retourne dans ton pays, putain de Chinks ! »
Immédiatement effrayés, nous nous sommes détournés et avons accéléré notre rythme. L’un d’eux a ri et a fait semblant de nous tirer dans le dos.

"Pan !Pan !Pan !!"

Vivre au Canada en tant qu’immigrant chinois pendant la montée du racisme anti-chinois alimenté par la droite canadienne a été extrêmement troublant. J’ai passé plus de 10 ans à travailler dans la lutte contre le racisme, mais à l’heure actuelle, les hostilités raciales contre les Chinois sont les pires que je n’aie jamais vues. Pourtant, il a été tout aussi désorientant de voir certains tenants de la gauche répondre à la sinophobie non pas en renforçant la solidarité avec le peuple chinois, mais en se rangeant sans critique du côté de l’État chinois et de sa rhétorique nationaliste croissante. De plus en plus, nous avons vu des gauchistes rejeter ou justifier la violence et la répression de l’État chinois envers les Ouïghours, les Tibétains et les manifestants pro-démocratie à Hong Kong. Déballer cette apparente contradiction est, pour moi, à la fois politiquement urgent et très personnel.

La campagne Free Meng Wanzhou

Le 24 novembre 2020, un événement Zoom « Free Meng Wanzhou » a eu lieu, mettant de l’avant une revendication politique qui, à première vue, semblerait être une faible priorité pour la gauche canadienne : la libération immédiate du multimillionnaire chinois et directeur financier de Huawei Meng Wanzhou et le retrait de son dossier d’extradition.

Plusieurs ont sourcillé lorsque la députée néo-démocrate Niki Ashton, une des principales voix canadiennes en matière de réforme progressiste de la politique étrangère, a pris la parole lors de l’événement. Ashton avait précédemment parrainé une pétition électronique appelant le gouvernement canadien à libérer Meng, à permettre à Huawei de participer au développement du réseau 5G du Canada et à revoir sa politique étrangère.

Il peut sembler curieux pour le commun des mortels qu’une politicienne canadienne de gauche appelle à la libération d’une dirigeante d’entreprise multimillionnaire chinoise, mais l’examen des raisons sous-jacentes nous aide à comprendre les tensions qui émergent au sein de la gauche canadienne (et plus largement occidentale) en engagement avec la Chine. Ces tensions ne sont pas des problèmes mineurs - elles représentent un schisme qui menace partout la solidarité transnationale et les projets politiques décoloniaux, anti-carcéraux et égalitaires. Il est urgent de soulever et de débattre de ces questions alors que l’anxiété géopolitique occidentale augmente et que la Chine se prépare à dépasser les États-Unis en tant que plus grande superpuissance économique du monde d’ici 2028.

Ces tensions ne sont pas des problèmes mineurs - elles représentent un schisme qui menace partout la solidarité transnationale et les projets politiques décoloniaux, anti-carcéraux et égalitaires.

Pour être clair, il y a de bonnes raisons pour lesquelles les progressistes veulent que le Canada libère Meng. Meng a été accusée de fraude aux États-Unis parce qu’elle faisait partie d’un plan visant à obtenir des produits américains interdits pour l’entreprise de Huawei basée en Iran, violant ainsi les sanctions commerciales américaines contre l’Iran. Le Canada devrait refuser d’appliquer les sanctions économiques paralysantes des États-Unis contre l’Iran - à la fois parce que les sanctions bloquaient littéralement toute possibilité que la nourriture et les médicaments atteignent les Iraniens et parce que le Canada lui-même n’a pas de sanctions contre l’Iran. Il y avait également des violations potentielles des droits de Meng selon la Charte des droits avant son arrestation : lorsqu’elle est descendue de l’avion à Vancouver en décembre 2018, la GRC ne l’a pas arrêtée immédiatement, laissant plutôt des agents de l’Agence des services frontaliers du Canada la détenir et l’interroger seule pendant trois heures, saisissant ses appareils électroniques et lui demandant leur mots de passe sans lui dire qu’elle était recherchée pour fraude aux États-Unis. Enfin, le Canada devrait refuser de s’impliquer dans l’escalade des tensions entre les États-Unis et la Chine, ce qui a déjà entraîné le ciblage d’étudiants internationaux chinois , une guerre commerciale paralysante et a attisé les flammes du racisme anti-chinois qui sévit déjà grâce au COVID- 19.

Cependant, un discours campiste troublant s’est développé au sein de la gauche canadienne sous le couvert de l’anti-impérialisme et de la lutte contre la sinophobie : l’apologie du capitalime d’État pro-PCC (Parti communiste chinois). Ce discours semble être fondé sur une forme particulière de marcysme, qui soutient que « tout pays nominalement socialiste prétendant, même en surface, s’opposer à l’Occident doit être soutenu sans critique publique de peur que les critiques ne contribuent à la répression impérialiste du socialisme mondial », comme l’ écrit Emmi Bevensee dans un article pour le Centre for Analysis of the Radical Right. Bevensee note que la conclusion logique de cette idéologie est que ceux qui tentent de tenir les puissances non occidentales responsables sont alors blâmés pour les attaques impérialistes contre ces puissances.

Le plan de match des nationalistes chinois et de leurs apologistes s’appuie sur ce que le spécialiste du fascisme Jason Stanley appelle le « masque du nationalisme des opprimés » pour promouvoir leur propre conduite impérialiste. Les nationalistes s’appuient sur une véritable oppression du passé (dans ce cas, le « siècle d’humiliation » que la Chine a subi sous le colonialisme européen et japonais) pour « occulter la contradiction entre une lutte pour un respect égal et une lutte pour la domination ».

Ce discours semble être fondé sur une forme particulière de marcysme, qui soutient que « tout pays nominalement socialiste prétendant, même en surface, s’opposer à l’Occident doit être soutenu sans critique publique de peur que les critiques ne contribuent à la répression impériale du socialisme mondial ».

Ce mouvement discursif permet simultanément au PCC de renforcer le monopole qu’il revendique sur la Chine en tant que nation et les voix du peuple chinois à travers le monde, renforce le stéréotype selon lequel le peuple chinois est écrasant pro-autoritaire et confond délibérément les critiques légitimes des politiques de l’État chinois avec la sinophobie.

De toute évidence, il y a un besoin désespéré au Canada de s’opposer à l’escalade des hostilités géopolitiques, au racisme anti-chinois et à l’impérialisme dirigé par les États-Unis. Pour ce faire, il faut commencer par une évaluation actualisée de l’histoire, de l’économie et de la politique de la Chine. Cette évaluation doit reconnaître qu’aujourd’hui, la Chine de Xi Jinping est un acteur puissant, impérialiste, capitaliste d’État et hautement carcéral. Un échec à répondre à la position pro-PCC serait absolument désastreux pour la gauche canadienne et créerait sûrement des divisions irréconciliables pour les années à venir.

Marcyisme pro-PCC au Canada

L’examen du discours politique de l’organisateur de l’événement « Free Meng Wanzhou », Hamilton Coalition to Stop the War, nous donne un aperçu de la rhétorique maryiste pro-PCC. Dans un éditorial soutenant la campagne Free Meng Wanzhou publié dans Canada Files , les auteurs Ken Stone et David Rennie, membres du comité exécutif de Hamilton Coalition to Stop the War, commencent par plusieurs points qui sont plutôt irréprochables et ont été soulevés dans une déclaration du porte-parole fédéral des Affaires étrangères du Parti Vert, Paul Manly publiée le 15 juillet 2020, selon laquelle le Canada est utilisé comme un pion dans un différend commercial entre les États-Unis et la Chine, et que la procédure d’extradition de Meng fait partie d’une campagne dévastatrice de sanctions économiques américaines contre l’Iran .

Stone et Rennie évoquent ensuite un ensemble de points de discussion de droite pour défendre le régime chinois actuel de Xi, glorifiant les récits ultranationalistes chinois de l’histoire. Leur affirmation selon laquelle le Tibet « fait partie de la Chine, presque sans interruption, depuis plus de 700 ans » efface entièrement l’histoire de la nation tibétaine, la longue lutte de la région pour l’autodétermination et leur annexion militaire, occupation et assimilation culturelle par le gouvernement chinois . [1] Ensuite, Stone et Rennie se lancent dans une démarche de whataboutisme, soutenant que puisque le Canada s’engage dans la colonisation des colons et l’oppression des minorités, les Canadiens ne sont pas en mesure de s’opposer à ce que la Chine le fasse également.

L’éditorial aborde ensuite le sujet de l’incarcération massive des Ouïghours et d’autres groupes ethniques autochtones non-Han dans le nord-ouest de la Chine. [2] S’inspirant à nouveau à la source des idées autoritaires de droite, les auteurs justifient ces camps de détention extrajudiciaire (parallèlement à une vague d’incarcération pénale formelle ) comme nécessaires dans la guerre contre le terrorisme ouïghour. Il est troublant de voir des partisans de la gauche mettre leur poids derrière la « guerre contre le terrorisme », un discours juridique et politique raciste qui a conduit à la déshumanisation et au meurtre de membres de groupes minoritaires musulmans en Amérique , en Palestine , au Myanmar , au Cachemire occupé par les Indiens et, bien sûr, le Xinjiang.

Stone et Rennie se lancent dans une démarche de whataboutisme soutenant que puisque le Canada s’engage dans la colonisation des colons et l’oppression des minorités, les Canadiens ne sont pas en mesure de s’opposer à ce que la Chine le fasse également.

Stone et Rennie ont négligé de tenir compte des preuves abondantes qui ont émergé au cours des dernières années sous la forme de photos satellites , les documents du gouvernement chinois , sur le terrain des rapports , et les expériences vécues par les survivants pour rejeter les protestations contre la destruction de sites sacrés islamiques approuvée par l’État, la stérilisation forcée des femmes musulmanes et les camps de travaux forcés, en brandissant toutes ces preuves comme de la « fiction » et en qualifiant l’existence des camps de détention de « diffamation ridicule ».

Stone et Rennie négligent également la motivation qui sous-tend les décisions de l’État chinois : son projet capitaliste de colonisation « d’ouvrir l’Occident ». Lorsque la Chine a annexé la région en 1949 à la république éphémère du Turkestan oriental soutenue par les Soviétiques, la population han du Xinjiang était légèrement supérieure à 6% (les Han sont le groupe ethnique majoritaire en Chine). La migration économique a véritablement commencé dans les années 80, de sorte qu’en 2010, la région comptait plus de 40% de Han. Au début des années 2000, le Xinjiang (dont le nom signifie littéralement « Nouvelle frontière » en chinois mandarin) était déjà converti en colonie périphérique dont la fonction économique était d’approvisionner les grandes villes de l’est de la Chine en matières premières. La fusion des impératifs capitalistes des colons préexistants avec le discours de la guerre contre le terrorisme et l’emplacement vital du Xinjiang dans le projet d’infrastructure phare de la Chine « Belt and Road Initiative » a créé une impulsion écrasante pour sécuriser la région.

En fin de compte, cette vision, qui détourne, justifie ou nie carrément les actions impérialistes et colonialistes de la part des États non occidentaux, découle d’une vision orientaliste du non-occidental.

Dans leur dernier point pour la défense du régime Xi, Rennie et Stone discutent des manifestations de Hong Kong, adoptant une position étatiste en admonestant les tactiques de protestation - un argument vraiment alarmant à faire par des tenants de la gauche. Plus précisément, ils déplorent les « perturbations massives de l’économie de Hong Kong », le vandalisme de la propriété, le ciblage des sites gouvernementaux et des infrastructures de transport et les « attaques régulières contre la police ». Si la police, l’économie, la propriété publique et la propriété privée sont interdites, alors on se demande quelles tactiques, selon Stone et Rennie, sont acceptables pour les communautés pour résister à l’oppression étatique et économique.

En fin de compte, cette vision, qui détourne, justifie ou nie carrément les actions impérialistes et colonialistes de la part des États non occidentaux, découle d’une vision orientaliste du non-occidental. Écrivant sur les parallèles entre l’oppression indienne et chinoise au Cachemire et au Xinjiang, la chercheuse cachemirienne Nitasha Kaul souligneque « dans l’historiographie héritée qui présente une structuration pérenne du pouvoir colonial entre« les nantis »de l’Occident et les« démunis »du non-occidental, il n’y a pas de place pour percevoir un exercice colonial du pouvoir par le non-occidental, à moins que cela ne soit ... perçu uniquement comme le reflet du programme de division pour régner de l’Occident. C’est un problème conceptuel important. » Admettre que la Chine moderne (ou l’Inde moderne, d’ailleurs) pourrait être une puissante puissance impérialiste à part entière bouleverse la fracture rigide Ouest / non-Occidental qu’exige l’orientalisme.

Deux faces d’une même pièce

L’apologie marcyiste à l’égard de la Chine n’est rendue possible que dans le même cadre affirmé par la droite occidentale : que la République populaire de Chine (RPC) est un pays unique et fondamentalement différent des autres pays. Cette confusion est exacerbée par le fait que le parti au pouvoir continue d’être identifiée au mot « communiste ». Cependant, à une époque d’hégémonie capitaliste mondiale, l’opinion selon laquelle la Chine est fondamentalement et irrémédiablement différente de tout autre État économique puissant est à la fois imparfaite et anachronique.

Dans un article pour Spectre intitulé « Pourquoi la Chine est capitaliste », Eli Friedman conteste ce point de vue. Comme il l’explique, « malgré d’importantes différences avec le modèle libéral anglo-américain, nous verrons que la Chine est devenue capitaliste à tous égards. » Dans cet article, je vais souligner plusieurs développements clés qui ont abouti à la forme moderne du capitalisme d’État chinois, mais les lecteurs sont encouragés à étudier l’article de Friedman pour une analyse plus approfondie.

Dans les années 1950, le début de l’ère de la RPC sous Mao Zedong a été marqué par des réformes foncières redistributives très violentes dirigées par les paysans et dans lesquelles des terres privées ont été transférées de force sous la propriété collective dans des coopératives agricoles. Après la réforme agraire à l’échelle du pays, les approches de Mao en matière de gouvernance variaient considérablement, de la collectivisation d’inspiration soviétique et de la planification économique centralisée de son premier plan quinquennal en 1953 au désastre économique du Grand bond en avant, aux radicalisations sociopolitiques chaotiques de la Révolution culturelle.

Après la mort de Mao en 1976, Deng Xiaoping a entamé un processus de réformes économiques graduelles mais importantes à la fin des années 70 et au début des années 80. La Chine a « mûri » en tant qu’économie de marché dans les années 90, lorsque l’État a officialisé les relations de travail et les contrats salariaux. En 2001, la Chine a rejoint l’Organisation mondiale du commerce et a depuis été structurée par son leadership en tant qu’économie capitaliste autoritaire. Bien que des efforts aient été faits pour légiférer sur la protection du travail, l’application des lois du travail a été extrêmement laxiste . Pendant ce temps, la privatisation massive à cette époque a fait que le nombre de travailleurs et travailleuses dans le secteur public et collectif est passé de 110 millions en 1995 à 61 millions en 2008, alors que la population chinoise a augmenté de 117 millions. De plus, alors que les inégalités de revenus en Chine ont augmenté, les dépenses sociales sont restées bien en deçà de la moyenne de l’OCDE en pourcentage du PIB.

Le droit de grève et de négociation collective est de facto interdit, soumettant les travailleurs aux intérêts du capital. Le seul syndicat autorisé par le gouvernement est la Fédération panchinoise des syndicats (ACFTU), qui, selon les termes d’Au Loong Yu et de Bai Ruixue , est « un bras du parti-État plutôt qu’un organe que les travailleurs peuvent utiliser pour lutter pour et défendre leurs droits et intérêts. » À l’ère Xi, il y a encore moins d’espace pour l’action collective. La syndicalisation est forcée d’opérer de manière clandestine et est souvent soumise à une répression féroce, comme dans le cas de la lutte ouvrière Jasic à Shenzhen en 2018. Dans cette atmosphère de suppression du travail, les intérêts des employeurs sont hégémoniques et des pratiques telles que le « 996 » -système de travail horaire(9 h à 21 h, six jours par semaine) ont été popularisés dans les secteurs liés à la technologie. Malgré la propriété publique nominale des terres, les droits d’utilisation des terres en milieu rural sont très restrictifs et souvent expropriés de force par les gouvernements locaux pour faire place à des développements commerciaux. Selon une enquête menée en 2011 dans 17 provinces, l’indemnisation moyenne des agriculteurs ne représentait que 2,5% de la valeur marchande et 22,5% des agriculteurs ne recevaient aucune compensation, laissant de nombreuses familles démunies et sans abri. En résumé, il ne reste que peu ou rien qui soit substantiellement socialiste à propos de l’état ou de l’économie de la Chine en 2021.

« Malgré d’importantes différences avec le modèle libéral anglo-américain, nous verrons que la Chine est devenue capitaliste à tous égards. »

Par conséquent, toute tentative de comprendre les camps de détention du Xinjiang ne peut être séparée de la volonté des entreprises et de l’État de capitaliser sur les ressources et la population du Xinjiang. En plus d’être un nœud de transport essentiel de l’initiative Belt and Road, la région fournit 20% du pétrole et du gaz chinois et environ 20% des tomates et du coton dans le monde . En conséquence, la région est également à l’avant-garde de ce que le chercheur Darren Byler appelle le « capitalisme terroriste » - un système mondial qui génère des profits en soumettant des populations entières en tant que terroristes potentiels, offrant des contrats d’État lucratifs à des entreprises privées pour construire et déployer des technologies de police en utilisant les vastes données collectées pour améliorer ces technologies, puisvendre des versions de vente au détail de ces technologies à d’autres institutions et États. Les entreprises chinoises spécialisées dans la surveillance de masse et la reconnaissance faciale, comme Hikvision et Dahua, ont pu développer des technologies dans le « laboratoire » du Xinjiang, puis vendre ces technologies comme des solutions clés en main aux forces de sécurité et de police du monde entier.
En outre, le lien entre l’État carcéral, les politiques d’assimilation forcée et le travail coercitif se trouve dans l’architecture même du système des camps du Xinjiang lui-même. Des usines de travail ont été placées dans des complexes de camps d’internement qui, d’après les preuves disponibles , semblent se concentrer sur la production des entreprises du textile et de vêtement.

Les travailleurs ouïghours qui « sortent » des camps de « rééducation » ont été transférés en masse, grâce à un partenariat avec l’industrie privée connu sous le nom de « Xinjiang Aid », vers des usines du Xinjiang et d’autres villes chinoises. Là-bas, ils produisent des marchandises pour des entreprises nationales et des multinationales telles qu’Apple, Nike, Gap et Samsung. Comme de nombreux programmes de travail en milieu carcéral ailleurs, ces travailleurs et travailleuses sont bien moins payés que le salaire minimum. De plus, s’ils et elles refusent de satisfaire leur stage, ils risquent une (re) détention . Apple a fait pression pour atténuer l’effet de certaines dispositions de la loi américaine sur la prévention du travail forcé ouïghour, qui obligerait les entreprises américaines à garantir qu’elles n’utilisent pas de travailleurs emprisonnés ou contraints du Xinjiang.

La région est également à l’avant-garde de ce que le savant Darren Byler appelle le « capitalisme terroriste » - un système mondial qui génère des profits en soumettant des populations entières en tant que terroristes potentiels.

Depuis la nomination de Xi en tant que secrétaire général du PCC en 2012, la Chine s’est considérablement déplacée vers la droite. Xi a consolidé rapidement son pouvoir en tant que chef suprême, écrasant ses rivaux politiques, attaquant les médias indépendants, promouvant un culte de la personnalité, supprimant les limites du mandat présidentiel afin qu’il puisse régner indéfiniment, et éliminant toute résistance restante des avocats et militants des droits humains nationaux pendant la « répression des 709 » en 2015.

De manière alarmante l’ère Xi a également coïncidé avec la montée du nationalisme chinois Han de droite, un projet politique ethnonationaliste qui fait des Han d’éminents citoyens au sein de la nation chinoise. C’est dans le contexte de la montée du nationalisme Han que Xi a annoncé la « guerre populaire contre le terrorisme » en 2014, qui a encore dépossédé des minorités ethniques telles que les Mongols, les Tibétains et les Ouïghours.

Ce que la gauche canadienne doit comprendre, c’est que ces conditions ne se sont pas produites dans le vide. Elles font partie des forces plus larges de la politique mondiale de droite qui glorifient l’ethnonationalisme, renoncent aux droits de de la personne et à la démocratie et exigent un appareil de sécurité global sous la forme d’un État policier.

Commentant les mauvais traitements infligés par la Chine et le Canada aux minorités religieuses, Rennie et Stone écrivent que « [les] personnes vivant dans des maisons de verre ne devraient pas jeter de pierres ». Lorsque les tenants de la gauche critiquent l’hypocrisie de la diffamation de la Chine par l’Occident, ils ont raison sur une chose : l’administration Xi agit fondamentalement comme n’importe quel autre gouvernement de droite.

Une histoire de partenariat impérial

Bien que la Chine et les États-Unis ont pris aujourd’hui chacun leur chemin en ce qui concerne leur rivalité inter-impérialiste, les intérêts américains et chinois ont convergé pendant la « guerre contre le terrorisme » de l’après-11 septembre, lesquels continuent d’enclencher une situation de conflits et de misère massive dans le monde. Certains prétendants de gauche oublient trop vite cette fatidique collaboration.

La Chine a joué un rôle important dans le soutien à l’impérialisme américain au Moyen-Orient. Le pays asiatique a soutenu les efforts de guerre coûteux de l’administration Bush en Afghanistan et en Irak (ainsi que ses importants transferts de richesse aux riches), après avoir acheté plus d’un billion de dollars de bons du Trésor américain et de dettes hypothécaires garanties par le gouvernement au cours de la décennie allant jusqu’en 2008.

Le département d’État américain a, pour sa part, formé la police de Hong Kong (HKPF) pendant des années grâce à ses académies internationales. Jusqu’aux restrictions à l’exportation en 2020, les États-Unis étaient impliqués dans la vente d’équipements militaires à la HKPF, ainsi que de gaz lacrymogène, d’armes à feu et de véhicules de police - qui ont tous été utilisés plus tard pour réprimer brutalement les manifestations en faveur d’une plus grande démocratisation et d’une plus grande imputabilité de la police. À la fin de 2019, pas moins de 88% de la population de Hong Kong avait été exposée aux gaz lacrymogènes.

L’étude de cas la plus frappante de la collaboration américaine, canadienne et chinoise dans la « guerre contre le terrorisme » est peut-être le cauchemar continu d’Ayoub Mohammed.

Mohammed était l’un des 22 Ouïghours qui ont été injustement détenus, interrogés et torturés à Guantanamo Bay pendant des années. Leur détention et leur traitement en tant que terroristes résultaient d’un accord réciproque entre les États-Unis et la Chine dans lequel les premiers qualifieraient un groupe djihadiste à peine existant, le Mouvement islamique du Turkestan oriental (ETIM), d’organisation terroriste désignée en échange du soutien tacite de la Chine pour l’invasion américaine de l’Irak.

Nous ne pouvons pas expliquer correctement l’intransigeance continue des autorités canadiennes dans l’affaire du parrainage de la conjointe de Mohammed sans comprendre les discours racistes qui attribuent la culpabilité aux musulmans, sous couvert de la rhétorique de la sécurité et du terrorisme.

Après son transfert à Guantanamo Bay, Mohammed se rappelle avoir été laissé nu dans l’isolement pendant plusieurs jours d’affilée, enfumé au gaz lacrymogène jusqu’à ce qu’il vomisse pour avoir refusé de quitter sa cellule, battu, rasé de force et violé sexuellement. En 2005, un tribunal militaire américain a conclu que Mohammed n’était pas un combattant ennemi et était détenu sans motif valable. Pourtant, les États-Unis n’ont pas voulu le libérer, le chef républicain du Sénat américain, Mitch McConnell, qualifiant Mohammed et d’autres victimes de « détenus formés au terrorisme ». Finalement, il a été exilé en Albanie, où il vit toujours aujourd’hui.

Après le mariage de Mohammed, sa femme Melike et leurs deux enfants se sont tous naturalisés en tant que citoyens canadiens. En 2014, Melike a demandé à parrainer Mohammed afin qu’il puisse la rejoindre, mais le gouvernement canadien continue à ce jour de bloquer le regroupement familial en reproduisant les allégations discréditées et non fondées de l’implication de Mohammed avec l’ETIM, qui avaient été initialement posées par les autorités chinoises puis américaines à Guantanamo.

Nous ne pouvons pas expliquer correctement l’intransigeance continue des autorités canadiennes dans l’affaire de parrainage de conjoint de Mohammed sans comprendre les discours racistes qui attribuent la culpabilité aux musulmans, sous couvert de la rhétorique de la sécurité et du terrorisme.

Internationalisme par la base

Les puissances occidentales n’ont certainement pas hésité à mentir ou à exagérer sur leurs ennemis passés pour les affaiblir voire les envahir. On comprend que de nombreux militants et militantes de gauche puissent s’opposer aux politiques étrangères agressives et ce même contre les États les plus autoritaires. Pourtant, les partisans du maryisme pro-PCC portent cette attitude à l’extrême, acceptant sans réserve la vision ultranationaliste et effaçant de l’histoire les expériences des opprimés et des marginalisés. La gauche a la responsabilité de fonder ses revendications sur des informations véridiques et exactes, en se liant avec le prolétariat des différentes nations.

La meilleure façon pour la gauche de résoudre ces problèmes est de détourner notre attention du théâtre de l’extradition des millionnaires chinois et de consacrer plutôt nos efforts à la construction de l’ internationalisme par la base . Au Canada, comme dans tous les pays, pour citer Karl Liebknecht, « le principal ennemi est chez lui ». Nous pouvons refuser l’orientalisme qui permet le racisme anti-chinois, nous opposer aux mouvements de la classe dirigeante canadienne contre la Chine qui sont motivés par la concurrence interimpérialiste menée par les États-Unis et faciliter les efforts de secours aux migrants.

Mais surtout, nous pouvons coopérer et renforcer la solidarité avec les travailleurs et travailleuses de Chine , les mouvements ouvriers naissants à Hong Kong et les minorités ethniques qui résistent à la dépossession et à l’éradication culturelle, au lieu de prendre le parti de l’État. De plus, les positions de la gauche canadienne doivent être ancrées dans les communautés touchées en Chine et leurs diasporas (avec toutes leurs complexités) afin qu’il y ait un réel intérêt dans le résultat des revendications de gauche et que les personnes les plus directement touchées soient placées au centre de notre attention, écoutées , et pris en charge.

Nous devons apprendre à résister à la dépossession et à la discrimination de la Chine contre les Ouïghours, les Tibétains et les autres minorités ethniques dans le cadre d’un mouvement mondial contre l’assujettissement racial (qui comprend la résistance au racisme et à la xénophobie antichinoise au Canada), au colonialisme, à la brutalité policière, surveillance et incarcération. Ce n’est qu’alors que nous pourrons démystifier la stratégie de diviser pour régner des ultranationalistes occidentaux et chinois, rejeter le récit du « choc des civilisations » et réaliser que les intérêts de la classe ouvrière transcendent les frontières, indépendamment de ce que les élites dans nos pays respectifs continuent à nous dire.

par Vincent Wong

Vincent Wong est doctorant à la Osgoode Hall Law School, où il étudie les obstacles à l’éducation des jeunes sans papiers dans une perspective raciale critique. Il est également membre du comité consultatif du Community Justice Collective (Tkaranto) et membre du Lausan Collective, un groupe de gauche d’écrivains, de chercheurs, d’activistes et d’artistes de Hong Kong et de ses diasporas, s’engageant dans la lutte politique de la ville.

Notes

[1] Un excellent livre à ce sujet est Sam Van Schaik, Tibet : A History (Yale University Press, 2013). Un excellent livre sur les détails spécifiques de l’annexion du Tibet par la République populaire de Chine juste après la guerre civile et les concessions mutuelles de certains communistes tibétains à cette époque est Melvyn C. Goldstein, A Tibetan Revolutionary : The Political Life and Times de Bapa Phuntso Wangye (University of California Press, 2006).

[2] J’ai été encouragé à utiliser ce cadrage d’un érudit de la région, qui m’a fait remarquer que les données démographiques des personnes capturées dans le système des camps de détention sont majoritairement ouïghoures, mais incluent également d’autres ethnies non-Han telles que Kazakh, Kyrgyz, Tartar, Tajik - tous ne sont pas musulmans et tous ne sont pas turcs.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...