Édition du 2 mars 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

La Colombie se prépare pour un cessez-le-feu définitif avec les (Forces Armées Révolutionnaires de Colombie) FARC

(tiré de la Jornada - Mexique | traduction PTAG

Bogotá. La Colombie se préparait dimanche pour initierle cessez-le feu définitif avec les FARC, suite à l’accord historique conclu entre le gouvernement et la guérilla visant à mettre fin à 52 ans de conflit.

"C’est la fin du conflit", a tweeté le président Juan Manuel Santos après avoir signé le décret vendredi mettant fin à l’offensive militaire contre les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC), la principale et la plus ancienne guérilla du continent.

La mesure prendra effet à 00:00 (0500 GMT) lundi, cinq jours après la clôture des négociations de paix, qui ont débuté en Novembre 2012 à Cuba qu’il y ait eu une trêve avec l’armée en Colombie.

Santos s’est toujours opposé à suspendre l’offensive militaire contre les FARC, officiellement avec environ sept mille cinq combattants, considérant que cela permettrait aux rebelles de se renforcer.

Cependant, comme un geste d’engagement au dialogue, le 20 Juillet 2015, les FARC mettent en plae un cessez, auquel le gouvernement a réagi en suspendant les bombardements aériens, mais pas arrêter la lutte contre les groupes armés illégaux et cette guérilla.

Paix "commence a devenir réelle," a tweeté Timoléon Jimenez, Timoshenko, nom sous lequel est connu Rodrigo Londoño, chef suprême des FARC, qui selon les médias colombiens ordonnera dimanche à ses troupes de La Havane de rendre définitif le cessez-le-feu.

"Sceller la fin du conflit"

"Le cessez-le-feu implique scelle effectivement la fin du conflit. C’est un test décisif", a déclaré à l’AFP Carlos Alfonso Velasquez, un expert en sécurité à l’Université de La Sabana.

Pour l’universitaire, cependant, « c’est pratiquement un fait depuis un an ."

Le dernier affrontement entre les membres des forces de sécurité et la guérilla des FARC s’est produit le 8 Juillet, selon le centre d’analyse Cerac, qui surveille la violence des groupes armés en Colombie. "Les FARC sont préparées pour le Jour-J », a déclaré Cerac dans son dernier rapport.

Comme négocié à Cuba, le Jour-J marque la fin des hostilités bilatérales et définitives et le début du processus de concentration et de désarmement des rebelles, qui doit se faire dans un délai maximum de six mois sous la surveillance et la vérification de l’Organisation des Nations Unies.

Le Jour J est le jour de la "signature solennelle" l’accord entre Santos et Timoshenko qui aura lieu "entre 20 et 26 Septembre," a déclaré samedi le ministre de la Défense Luis Carlos Villegas.

Il n’a pas dit qui y assistera, ou où elle se produira, mais Santos a dit il y a quelques jours qu’elle pourrait se faire au siège de l’ONU à New York, à Cuba ou à Bogota.

Villegas a déclaré lundi on commencera à identifier les « couloirs » où les guérilleros distribué dans 22 zones et dans six camps à travers le pays se réuniront pour leur désarmement et leur réinsertion sociale ultérieure.

Fin de la guérilla des FARC

Mais avant de se concentrer, les FARC discuteront avec leurs troupes de l’accord lors de sa dixième et dernière conférence avant de devenir "un mouvement politique légal », selon l’appel publié samedi.

La conférence aura lieu entre les 13 et 19 septembre dans les Llanos del Yari, San Vicente del Caguán, ex-foyer de la guérilla dans le sud de la Colombie, en présence de 200 délégués, dont 29 membres de son comité central.

L’événement, qui exceptionnellement incluera des invités et journalistes internationaux, aura lieu avant le référendum fixé au 2 Octobre dans lequel les Colombiens devront se prononcer sur l’accord avec les FARC. Pour gagner, le « Oui » a besoin d’au moins 4,4 millions de votes (13% de la liste électorale), qui ne peuvent être surmontées par le « Non ». La question exacte que sera posée aux citoyens dans le plébiscite est encore inconnue.

"Nous sommes sur le point de prendre peut-être la décision politique la plus importante de notre vie », a déclaré le président Santos qui a inauguré un conclave régional de l’Eglise catholique, dans laquelle il a appelé à voter sans crainte et avec espoir.

Outre les FARC, des guérilleros que l’Armée de libération nationale (ELN) ont été partie prenante du conflit colombien depuis plus d’un demi-siècle, et également des agents paramilitaires et de l’Etat, avec comme bilan 260 000 morts, 45 000 disparus et 6,9 millions de personnes déplacées.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...