Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Le Canada est heureux de fournir des armes à l'Ukraine, mais pas d'allégement de sa dette

Ayant « aidé » l’Ukraine à devenir le pays le plus pauvre de l’Europe, le gouvernement canadien lui a réservé un demi-milliard de dollars de nouveau financement pour l’armement.

Tiré de Jacobin Mag

L’Ukraine doit au Fonds monétaire international (FMI), à la Banque mondiale, à l’Union européenne, au Canada et à d’autres créanciers internationaux environ $125 milliards, soit près de 80 % de son PIB. Au milieu d’une vague de soutien à l’Ukraine, aucun.e. dirigeant.e occidental.e n’a appelé à l’annulation de sa dette internationale.

Depuis le début de l’invasion russe, l’Ukraine a payé des centaines de millions à ses créanciers internationaux et est censée payer des milliards de plus en frais de dette cette année. Entre janvier et mars, Ottawa a transféré au moins $83,8 millions d’aide militaire à l’Ukraine. En plus de ces fournitures militaires, de nouveaux prêts sont en vue.

Face aux difficultés de l’Ukraine et malgré les éloges avec lesquels ces gestes pro-ukrainiens sont accueillis, il n’y a pratiquement pas eu de discussion sur l’allégement de la dette de l’Ukraine. Le Canada et d’autres grands détenteurs de sa dette semblent soutenir la guerre de l’Ukraine contre la Russie. Mais se soucient-t-ils de l’économie, de la démocratie, ou de la souveraineté de l’Ukraine ?

Ottawa et les « réformes du marché » en Ukraine

L’endettement a eu une forte influence les 30 dernières années sur l’État indépendant de l’Ukraine. Le pays a emprunté à plusieurs reprises au FMI pour éviter un défaut de paiement. Cet emprunt a fourni au FMI et à l’élite des décideur.e.s au Canada et dans d’autres pays créanciers un levier important pour faire pression en faveur de réformes néolibérales.

Lorsque l’Union soviétique s’est effondrée, l’Ukraine a assumé un sixième de la dette de $68 milliards de l’URSS. Ottawa a pressé Kiev d’adhérer à un accord sur la dette de l’ère soviétique, faisant du service de la dette une condition à l’accès au crédit. L’aide canadienne était conditionnée à la privatisation des biens publics et de la libéralisation de l’économie. En 1994 le ministre des Affaires étrangères André Ouellet déclarait : « Notre aide à l’Ukraine ne peut être efficace que si le gouvernement ukrainien prend les mesures nécessaires pour mettre en place le cadre nécessaire pour le développement d’une économie de marché. »

Au cours de cette période, Ottawa a parrainé diverses initiatives visant à promouvoir les réformes néolibérales, notamment la Conférence sur la réforme en Ukraine, le Projet d’appui au commerce et à l’investissement Canada-Ukraine, la Commission économique intergouvernementale Canada-Ukraine, l’Initiative commerciale Canada-Ukraine et le Projet de coopération législative Canada-Ukraine. Au milieu des années 1990, Ottawa a financé une initiative visant à permettre la privatisation des terres agricoles ukrainiennes, qui à ce moment appartenaient toutes encore à l’État. Comme le rapportait en 1996 un article du Vancouver Sun, « depuis la disparition de l’Union soviétique, le Canada a engagé plus de $120 millions en aide technique pour aider l’Ukraine à effectuer la transition complexe vers une économie de marché ».

En octobre 1994, plusieurs mois après que Leonid Koutchma soit devenu le deuxième président du pays, le Canada a organisé une conférence spéciale du G7 pour promouvoir la « réforme » économique en Ukraine. Avant le rassemblement, le Toronto Star a rapporté : « Le Canada s’engage à verser jusqu’à $20 millions de dollars d’aide pour aider l’Ukraine à transformer son économie en un système de marché de style occidental. En tant que « plus grand investisseur en Ukraine », a rapporté le Star, le Canada a également poussé le FMI à accorder son tout premier prêt au pays. Dans les années qui ont suivi la conférence, l’Ukraine a privatisé des milliers d’entreprises publiques. Des individus bien connectés ont souvent acquis ces propriétés pour une somme dérisoire, ce qui a donné naissance à une classe de puissant.e.s « oligarques » dont les intérêts sont antithétiques à la démocratie.

Investisseurs occidentaux

Pendant la crise financière de 1998, qui a dévasté la Russie et l’Ukraine, Ottawa a pressé le FMI d’étendre son financement à l’Ukraine. Parce que le pays était devenu beaucoup plus vulnérable aux chocs étrangers après la libéralisation de son économie, Ottawa craignait que les réformes néolibérales ne s’arrêtent ou soient même renversées.

En 1999, le Globe and Mail rapportait : « Le premier ministre Jean Chrétien a personnellement fait pression pour obtenir un prêt de plusieurs milliards de dollars pour l’Ukraine auprès du Fonds monétaire international, lorsqu’elle a été frappée par la crise économique l’année dernière. Chrétien a exhorté les dirigeant.e.s ukrainien.ne.s à poursuivre les réformes économiques impopulaires. « Vous vous êtes engagés à construire cette force économique, à traverser le difficile passage d’une économie dirigée à une économie de marché, », a-t-il déclaré aux dirigeant.e.s ukrainien.ne.s. « Malgré les difficultés, je vous exhorte à maintenir le cap. » Selon une estimation publiée dans le Globe and Mail en 2001, le PIB de l’Ukraine s’est contracté de près des deux tiers au cours des huit premières années après l’indépendance.

Au cours des années 2000, Ottawa a continué de faire pression pour des politiques favorisant le capital privé et les intérêts étrangers. La crise économique mondiale de 2008 a porté un coup dur à l’Ukraine, forçant le pays à se tourner à nouveau vers le FMI pour un plan de sauvetage. En 2009, comme le rapporte le Ottawa Citizen, le Canada et l’Ukraine ont lancé des négociations de libre-échange, qui « se sont rapidement enlisées après l’arrivée au pouvoir du président pro-russe Viktor Ianoukovitch » en 2010. En 2014, poursuit l’article, « les négociations ont repris tranquillement après que Ianoukovitch ait été évincé.

L’éviction de Ianoukovitch est le résultat d’une révolte encouragée par le Canada. Une grande partie de la population nationaliste de l’ouest de l’Ukraine était en colère contre Ianoukovitch après qu’il se soit retiré de l’accord d’association Union européenne-Ukraine. Cependant, une partie de la raison du rejet de l’accord par son gouvernement était le refus de Bruxelles d’aider avec les termes d’un accord avec le FMI. Le renouvellement du prêt du FMI exigeait des « conditions extrêmement dures » - y compris l’élimination des subventions énergétiques et d’autres aides gouvernementales, conditions qui auraient gravement nui à la population travailleuse du pays.

Après la destitution anticonstitutionnelle de Ianoukovitch, Ottawa a immédiatement annoncé un financement de $220 millions pour renforcer le nouveau gouvernement ukrainien. Cependant, le ministre des Affaires étrangères John Baird a refusé de débloquer l’aide jusqu’à ce que les responsables du FMI obtiennent un plus grand contrôle sur la politique économique ukrainienne. Comme l’a dit Baird, « le FMI va vouloir négocier certaines des conditions les plus strictes ». $20 millions de dollars de l’argent ont été réservés pour fournir à l’Ukraine « les conseils d’experts dont elle a besoin pour gérer cette importante transition économique ».

À l’été 2015, le Premier ministre canadien de l’époque, Stephen Harper, a rencontré le successeur de Ianoukovitch, Arseni Iatseniouk. Peu de temps après, le nouveau premier ministre ukrainien a appelé les investisseur.e.s canadien.ne.s à acheter des entreprises du gouvernement ukrainien. « Je ne veux pas que les magnats ukrainiens achètent ces entreprises d’État », a déclaré Yatsenyuk au Globe and Mail. « Nous serions heureux de voir des Canadiens acheter des actifs ukrainiens et apporter en Ukraine une bonne gouvernance d’entreprise, de nouveaux investissements et de nouveaux emplois. »

Trois ans plus tard, Stepan Kubiv, ministre ukrainien du Développement économique et du Commerce, écrivant dans le Financial Post du Canada, a déclaré que, « Notre stratégie commerciale s’accompagne d’un ambitieux programme de réformes économiques visant à rendre l’Ukraine plus attrayante pour les investissements occidentaux. Depuis 2014, nous avons réalisé plus de réformes qu’à tout autre moment depuis l’indépendance. Nous avons déréglementé des secteurs de l’économie, rationalisé la réglementation commerciale et entrepris la privatisation d’entreprises publiques. Des réformes sont en cours pour améliorer les droits des créanciers et les droits de propriété intellectuelle. »

Armes gratuites avec achat de dette

Depuis le coup d’État de 2014, le FMI, la Banque mondiale et la Banque européenne d’investissement ont investi plus de $10 milliards en Ukraine. En 2020, le FMI a célébré les améliorations de la situation budgétaire du pays, qui, selon lui, ont été « obtenues principalement grâce à une réduction de la valeur réelle des salaires et des prestations sociales. »

Trois décennies de réformes néolibérales ont été dévastatrices pour l’Ukraine. Les inégalités se sont considérablement accrues. Avant le bouleversement de 2014, le PIB de l’Ukraine était en fait inférieur à celui au moment de la déclaration d’indépendance en 1991. Avant la récente invasion russe, le PIB de l’Ukraine était d’environ 20% inférieur à son niveau de l’ère soviétique. Le PIB par habitant de l’Ukraine représente moins de la moitié de celui de la Russie et un cinquième de celui de la Pologne. La paupérisation a fait du pays un terrain fertile pour la démagogie d’extrême droite.

Cette année le PIB ukrainien a baissé de 16 % au premier trimestre et devrait chuter jusqu’à 40 %. Il est difficile d’imaginer que le pays sera en mesure d’assurer le service intégral de sa dette internationale. Sans une remise substantielle de la dette, les créanciers auront encore plus d’influence sur l’économie et la politique du pays. Pour anticiper de nouvelles privations économiques, des organisations de la société civile ukrainienne ont récemment lancé une pétition appelant à l’annulation de la dette. Mais cela a été largement ignoré en Occident.

Dans son budget de la semaine dernière, le gouvernement fédéral a accordé un prêt de $1 milliard à l’Ukraine. Les fonds seront acheminés par l’intermédiaire du nouveau Compte Administré du FMI pour l’Ukraine multi-donateurs. Le budget a également affecté un demi-milliard de dollars de nouveaux fonds pour les armes. Depuis le 27 février, le Canada a annoncé trois nouveaux dons d’armes, dont 4500 lance-roquettes M72, 7,500 grenades, une centaine d’armes antichars Carl-Gustaf M2 et 2000 cartouches. Les armes sont des dons, mais la majeure partie de l’autre aide du Canada à l’Ukraine prend la forme de prêts.

Lorsque les intérêts des créanciers internationaux et des Ukrainien.ne.s ordinaires s’affrontent, il s’avère que les perdant.e.s continuent d’être les travailleurs et les travailleuses, les retraité.e.s et leurs familles. Les pays capitalistes riches sont impatients de fournir des armes pour permettre la poursuite des combats. Mais sont silencieux sur les demandes d’allégement de la dette.

Le fait que les armes soient une aide acceptable - mais pas le soulagement concret de la souffrance que pourrait apporter l’annulation de la dette - nous dit quelque chose de fondamental sur le système capitaliste, ainsi que sur les véritables buts de l’appui canadien à l’Ukraine dans cette guerre.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...