Édition du 12 novembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Le maire de Québec doit consulter la population sur le projet de TransCanada

Le maire de Québec se dit favorable au projet Énergie Est de TransCanada. Il répète les arguments de l’entreprise selon lesquels un pipeline serait moins dangereux que le transport par trains. Un exemple même d’argument démagogique, alors que les pétrolières cherchent à mobiliser tous les moyens de transport pour faire parvenir le pétrole tiré des sables bitumineux sur le marché mondial.

Le maire Labeaume semble vouloir décider seul sur un enjeu qui concerne toute la population de la Capitale nationale. Face aux résistances manifestes présentes de la population, ses seules exigences c’est que TransCanada rompe avec son arrogance, que l’entreprise change de ton et daigne donner des réponses à ces questionnements. Tout ce qu’il souhaite comme maire, c’est la possibilité qu’il ait, lui, de meilleures discussions avec la pétrolière.

Le maire Labeaume semble d’abord préoccupé par les doléances de TransCanada.

Il refuse de comprendre que le changement de ton de TransCanada reflète le fait que l’entreprise a compris que faire preuve d’arrogance n’est pas dans ses intérêts et qu’elle ne parviendra pas ainsi à vendre son projet à la population de Québec. Au lieu d’en appeler aux réponses de TransCanada pour l’éclairer sur la nature du projet Énergie Est et les dangers qu’il représente, le maire Labeaume devrait se rappeler que la vérité ne sort pas nécessairement de la bouche du vendeur. Il devrait avoir la sagesse de comprendre que cette entreprise pétrolière ne dira rien qui pourrait nuire aux intérêts financiers énormes qu’elle attend de la réalisation de son projet.

Cette attitude du maire Labeaume place la population de Québec devant ce qu’il faut bien nommer le degré zéro de la démocratie citoyenne. Monsieur le maire devra comprendre qu’il ne peut seul décider de prendre une décision de cette importance et qu’il doit tenir une vaste consultation auprès des citoyennes et des citoyens de la Communauté urbaine de Québec.

La consultation réalisée par la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), un exemple à suivre

La CMM a tenu à l’automne 2015, une vaste consultation sur le projet Énergie Est. Cette consultation a permis de recevoir et d’analyser 143 mémoires produits par des personnes, des groupes et des associations. La CMM a également mis en ligne un sondage auquel ont répondu 3846 citoyennes et citoyens. Cette consultation a amené les 82 maires de la CMM à rejeter unanimement et catégoriquement le projet Énergie Est. Cette consultation a démontré quelles étaient les préoccupations de la population. Les changements climatiques et la transition vers les énergies renouvelables ont été invoqués par près des deux tiers des intervenant-e-s. Ces derniers ont fait des propositions visant la réduction de notre dépendance au pétrole et favorisant la réduction des gaz à effet de serre. Cette consultation a amené la CMM a développer une politique de tolérance zéro en ce qui concerne les risques environnementaux et à souligner que l’approvisionnement de la population en eau potable, menacé par d’éventuels déversements, devait être une préoccupation majeure des élu-e-s. La consultation a été jusqu’à inclure l’évaluation de l’impact environnemental du projet Énergie Est sur la production de gaz à effet de serre et sur le réchauffement climatique.

Malheureusement, un glissement s’opère chez les maires de la CMM. Aujourd’hui, pour certains d’entre eux, il suffirait que TransCanada y mette les formes et multiplient les promesses et les assurances de sécurité, pour qu’on oublie que la construction du pipeline d’Energie Est permettra un renforcement radical des émissions de gaz à effet de serre. L’acceptabilité sociale sert de voile sur la réalité de l’enjeu. On ne serait se contenter de forme quand c’est une question vitale qui est en jeu. La démocratie citoyenne ne doit pas être réduite à un miroir aux alouettes.

Se mettre à l’écoute de la population de la Communauté métropolitaine de Québec, un geste démocratique incontournable

Les citoyennes, les citoyens, les organismes et groupes environnementaux de Québec ont un droit inaliénable d’être consultés et que les responsables élu-e-s se sentent liés par le consensus qui se dégagera de cette consultation. Cette consultation doit d’abord porter tant sur la sûreté de ce projet qui demeura toujours aléatoire, que sur sur la cohérence entre l’engagement des gouvernements du Canada et du Québec de limiter le réchauffement climatique à deux degrés d’ici 2050 (et de tendre vers le 1,5) d’une part, et d’autre part, la construction d’un oléoduc qui permettra de doubler la production de pétrole tiré des sables bitumineux d’ici 2030 nous enfonçant dans l’exploitation pétrolière au lieu de faire un virage vert.

Pas question d’exclure la population de Québec du débat sur Énergie Est, pas question de croire que la vérité sur ce projet viendra des arguments de vente de TransCanada, pas question d’ignorer les conséquences d’un tel projet sur le réchauffement climatique. Le maire Labeaume ne doit pas concentrer dans ses mains tout le pouvoir de décision. C’est l’avenir de la population de Québec, du Québec et du Canada qui est en jeu. La consultation est nécessaire. Mais, c’est le respect de la démocratie citoyenne que nous réclamons !

Bernard Rioux

Militant socialiste depuis le début des années 70, il a été impliqué dans le processus d’unification de la gauche politique. Il a participé à la fondation du Parti de la démocratie socialiste et à celle de l’Union des Forces progressistes. Militant de Québec solidaire, il participe au collectif de Gauche socialiste où il a été longtemps responsable de son site, lagauche.com (maintenant la gauche.ca). Il est un membre fondateur de Presse-toi à gauche.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...