Édition du 19 janvier 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Les gaz à effet de serre établissent un nouveau record, malgré le verrouillage du Covid-19

Seule une transformation complète de nos systèmes industriels, énergétiques et de transport peut arrêter le changement climatique

photo et article tirés de NPA 29

La courbe de Keeling atteint un nouveau sommet

La concentration atmosphérique de CO2 à l’Observatoire de Mauna Loa le 18 novembre 2020 était de 412,19 ppm. C’est plus élevé qu’à aucun moment depuis au moins 800 000 ans.

L’Organisation météorologique mondiale (OMM) affirme que le ralentissement industriel dû à la pandémie COVID-19 n’a pas permis de réduire les niveaux records de gaz à effet de serre qui emprisonnent la chaleur dans l’atmosphère, font monter les températures et entraînent des conditions météorologiques plus extrêmes, la fonte des glaces, l’élévation du niveau de la mer et l’acidification des océans.

Le verrouillage a permis de réduire les émissions de nombreux polluants et de gaz à effet de serre tels que le dioxyde de carbone.

Mais tout impact sur les concentrations de CO2 – résultat des émissions cumulées passées et actuelles – n’est en fait pas plus important que les fluctuations normales d’une année sur l’autre du cycle du carbone et la grande variabilité naturelle des puits de carbone comme la végétation.

Les niveaux de dioxyde de carbone ont connu une nouvelle poussée de croissance en 2019 et la moyenne mondiale annuelle a dépassé le seuil significatif de 410 parties par million, selon l’OMM. L’augmentation s’est poursuivie en 2020. Depuis 1990, le forçage radiatif total – l’effet de réchauffement sur le climat – des gaz à effet de serre à longue durée de vie a augmenté de 45 %, le CO2 représentant les quatre cinquièmes de cette augmentation.

Petteri Taalas, Secrétaire général de l’OMM

« Le dioxyde de carbone reste dans l’atmosphère pendant des siècles et dans l’océan encore plus longtemps. La dernière fois que la Terre a connu une concentration comparable de CO2, c’était il y a 3 à 5 millions d’années, lorsque la température était de 2 à 3 °C plus élevée et que le niveau de la mer était de 10 à 20 mètres plus haut qu’aujourd’hui. Mais il n’y avait pas 7,7 milliards d’habitants.

« Nous avons franchi le seuil mondial de 400 parties par million en 2015. Et quatre ans plus tard, nous avons franchi la barre des 410 ppm. Un tel taux d’augmentation n’a jamais été vu dans l’histoire. La baisse des émissions liée au verrouillage n’est qu’une infime partie du graphique à long terme. Nous avons besoin d’un aplatissement durable de la courbe.

« La pandémie COVID-19 n’est pas une solution au changement climatique. Toutefois, elle nous fournit une plateforme pour une action climatique plus soutenue et plus ambitieuse afin de réduire les émissions à zéro en transformant complètement nos systèmes industriels, énergétiques et de transport.

« Les changements nécessaires sont économiquement abordables et techniquement possibles et n’affecteraient notre vie quotidienne que de manière marginale. Il faut se féliciter qu’un nombre croissant de pays et d’entreprises se soient engagés à atteindre la neutralité carbone. Il n’y a pas de temps à perdre ».

Pendant la période de confinement forcé la plus intense, début 2020, les émissions quotidiennes de CO2 dans le monde pourraient avoir été réduites jusqu’à 17 % par rapport au niveau moyen des émissions quotidiennes de CO2 en 2019.

Comme la durée et la sévérité des mesures de confinement restent incertaines, il est très difficile de prévoir la réduction annuelle totale des émissions de CO2 pour 2020 ; cependant, des estimations préliminaires prévoient une réduction comprise entre 4,2 % et 7,5 % par rapport aux niveaux de 2019.

À l’échelle mondiale, une réduction des émissions de cette ampleur ne fera pas baisser les niveaux de CO2 dans l’atmosphère ; ils augmenteront simplement à un rythme légèrement réduit, ce qui se traduira par une concentration annuelle de CO2 dans l’atmosphère inférieure de 0,08 ppm à 0,23 ppm à la concentration de CO2 prévue si aucune pandémie ne s’était produite.

Cela correspond bien à la variabilité interannuelle naturelle de 1 ppm et signifie qu’à court terme, l’impact des mesures de confinement COVID-19 ne peut être distingué de la variabilité naturelle d’une année à l’autre. …

Ce n’est que lorsque les émissions nettes de CO2 provenant des combustibles fossiles seront proches de zéro que l’absorption nette par les écosystèmes et les océans commencera à réduire les niveaux de CO2 dans l’atmosphère.

Même alors, la majeure partie du CO2 déjà ajouté à l’atmosphère y restera pendant plusieurs siècles, continuant ainsi à réchauffer notre climat. En outre, le système climatique de la Terre a un retard de plusieurs décennies en raison de l’accumulation de l’excès de chaleur par les océans, de sorte que plus tôt nous réduisons nos émissions, moins nous risquons de dépasser le seuil de réchauffement convenu dans l’accord de Paris.

23 novembre 2020

https://climateandcapitalism.com/

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...