Édition du 29 novembre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Le mouvement des femmes dans le monde

Les grands-mères tchèques avec l’Ukraine

Une conversation avec la militante tchèque Anna Ŝabatová.

[Prague] Anna Ŝabatová sait ce que c’est que de combattre l’impérialisme russe. Dans les années 1970, elle et son mari Peter Uhl, décédé l’année dernière, étaient actifs en Tchécoslovaquie dans le mouvement pour la démocratie, les droits de l’homme et la souveraineté nationale. Tous deux ont fait de la prison pour leur opposition au gouvernement. Aujourd’hui, Ŝabatová a rejoint un groupe de femmes qui sont des compagnes d’armes de la lutte contre le gouvernement communiste tchèque et la domination de l’Union soviétique sur leur pays, au sein d’un réseau appelé Grandmothers with Ukraine.

Tiré de Entre les lignes et les mots

En tant qu’étudiante activiste au début des années 1970, Ŝabatová a été arrêtée par le gouvernement communiste pour sa participation à la distribution de tracts pendant les élections parlementaires et condamnée en novembre 1971 à trois ans de prison, mais a été libérée sur parole en décembre 1973, bien qu’elle ne puisse plus poursuivre ses études universitaires en philosophie. En 1977, elle signe la Charte 77, une initiative citoyenne qui reproche au « pouvoir politique et étatique » de violer les droits de l’homme et du citoyen qu’il avait promis de respecter en signant l’accord sur l’acte final de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe en 1975. En 1978, elle devient cofondatrice du Comité de défense des personnes indûment poursuivies.

Alors que son mari est emprisonné de 1979 à 1984, elle poursuit leur travail politique, publiant le journal du mouvement Informace o Chartě 77. Tout en travaillant et en élevant trois enfants, elle a continué à être active en tant que porte-parole de la campagne polono-tchécoslovaque de Solidarité.

Après la révolution de velours, le mouvement de masse qui a mis fin au régime communiste en décembre 1989, elle a travaillé à l’Agence d’information indépendante de l’Europe de l’Est et a également repris ses études à l’université. En République tchèque, elle est entrée au gouvernement en 2001 en tant que défenseur public adjoint des droits de l’homme. Elle poursuit aujourd’hui son travail politique.

«  J’ai tendance à être une pacifiste », a déclaré Ŝabatová, « et j’étais le 24 février quand la Russie a envahi l’Ukraine, mais quand j’ai vu ce qui se passait, je me suis dit que l’Ukraine devait se défendre. Les Ukrainiens doivent se défendre et nous devons soutenir les Ukrainiens. »

Lorsque les réfugiés ukrainiens de la guerre russe en Ukraine ont commencé à arriver en République tchèque, Ŝabatová s’est portée volontaire pour accueillir une femme ukrainienne et son enfant. Ils sont restés avec elle pendant cinq semaines, jusqu’à ce qu’elle et ses collègues militants de la solidarité puissent trouver à la femme un appartement à elle.

À mesure que la guerre se prolongeait, Mme Ŝabatová et un groupe d’autres femmes de son âge partageant les mêmes idées et engagées depuis longtemps dans la lutte pour la démocratie et la souveraineté nationale en Ukraine ont décidé de créer l’association Grandmothers with Ukraine. Selon elle, la majorité des Tchèques soutiennent l’Ukraine. Le parti social-démocrate soutient l’Ukraine, mais le parti communiste est ambivalent. Aucun des deux partis n’est actuellement au gouvernement.

La gauche tchèque est faible, dit-elle, et ne dispose actuellement d’aucun siège au parlement. Alors que le parti Pirat est parfois décrit comme le parti de gauche du pays, elle affirme qu’il ne l’est pas vraiment. Il existe néanmoins des publications de gauche en ligne, comme A2LARM et Denik Referendum. Ŝabatová travaille actuellement avec des membres du parti social-démocrate et du parti des Verts pour former une alliance, officiellement approuvée par ces partis, afin de présenter une liste aux élections municipales de Prague.

Dan La Botz
https://newpol.org/czech-grandmothers-with-ukraine/
Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

Dan La Botz

L’auteur est un professeur d’université américain et un militant de l’organisation socialiste Solidarity.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Le mouvement des femmes dans le monde

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...