Édition du 23 février 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Le blogue de la présidente de la CSQ

Parce que les virus n'ont pas de frontière...

Comme plusieurs d’entre vous, j’ai été effrayée par les courbes de propagation de la COVID-19, mais surtout par notre méconnaissance de ce virus meurtrier. Cet ennemi invisible, si petit soit-il, a bouleversé nos vies et menace encore notre humanité.

Une année après le premier cas détecté à Wuhan, nous comptons aujourd’hui plus de 1,9 million de décès sur la planète (1). Alors que la progression du nombre de personnes infectées se poursuit de façon fulgurante, plusieurs pays observent depuis quelques semaines une mutation du virus. Cela n’a rien de rassurant !

Une solidarité internationale essentielle

Tout doit être fait pour freiner cette pandémie au plus vite ; tant sur le plan de la recherche, de la production et de la distribution des vaccins et des médicaments essentiels que sur le plan de nos capacités d’intervention en matière de santé publique.

Tous les jours, les travailleuses, les travailleurs et la population du Québec font des efforts et des sacrifices considérables ; certains travaillent sans relâche, et souvent dans des conditions extrêmement difficiles, pour nous permettre de surmonter cette crise et de sauver des vies.

Or, pour lutter efficacement contre cette pandémie mondiale, et toutes celles qui suivront malheureusement, nous devons également renforcer notre solidarité internationale. Nous devons mettre en commun nos savoirs, nos ressources et nos énergies afin que la COVID-19 soit, autant que possible, éradiquée sur toute la planète. Pour y arriver, nos gouvernements doivent, dès maintenant, réviser les règles de propriété intellectuelle établies. Et le temps presse !

La vie avant les profits

Certaines règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) – que l’on retrouve dans l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce (ADPIC) – confèrent aux sociétés pharmaceutiques le monopole du marché et le pouvoir de dicter les prix aux gouvernements. Ces règles, qui leur permettent de réaliser des profits extravagants, accaparent nos finances publiques limitées et constituent une menace pour la santé publique mondiale en limitant directement l’accès aux thérapies.

Qu’on se le dise : aucune règle commerciale ne devrait entraver la production et la distribution des vaccins et des médicaments traitant la COVID-19.

Ainsi, à l’instar de nombreuses organisations à travers le monde, la CSQ a demandé au gouvernement Trudeau (2) de soutenir activement la proposition de nombreux pays réclamant une dérogation à certaines dispositions de l’ADPIC touchant la prévention, le contrôle et le traitement de la COVID-19.

C’est très important, car sans une telle dérogation, les entreprises pharmaceutiques pourront empêcher d’autres fabricants de produire les vaccins et les médicaments essentiels dont nous avons cruellement besoin.

Une pareille demande de dérogation est d’autant plus raisonnable que la recherche ayant permis leur découverte a été grassement financée par nos fonds publics (3).

Est-ce que nos gouvernements seront raisonnables et, surtout, responsables ? Je le souhaite fortement…

La planète se mobilise

- Résolution de l’assemblée générale de l’Organisation des Nations unies (ONU) pour une « action globale et coordonnée » face à la pandémie de COVID-19 (11 septembre 2020).

- Pétition de Médecins sans frontières (MSF), La vie avant les profits, appelant le gouvernement canadien à prendre des mesures immédiates pour assurer un accès juste, abordable et équitable à tous les médicaments, vaccins ou autres technologies de la santé mis au point avec des fonds publics canadiens, y compris toute innovation élaborée en réponse à la pandémie de COVID-19 (28 octobre 2020).

- Appel de l’Internationale des services publics (ISP) à une renonciation aux droits de propriété intellectuelle sur les produits médicaux COVID-19.

Notes

1 RADIO-CANADA (2021). Évolution de la COVID-19, [En ligne]. [https://ici.radio-canada.ca/info/2020/coronavirus-covid-19-pandemie-cas-carte-maladie-symptomes-propagation/] (Consulté le 11 janvier 2021).

2 Lettre de la CSQ au premier ministre du Canada, Justin Trudeau.

3 Pour la réponse du gouvernement du Canada à la COVID-19 dans le domaine de la recherche voir : www.canada.ca/fr/sante-publique/services/publications/maladies-affections/covid-19-reponse-gouvernement-canada-concerne-recherche.html#a2.

Sonia Éthier

Présidente de la CSQ (2018-...)

Elle siégeait sur l’exécutif de la CSQ depuis 2015 à titre de première vice-présidente. Enseignante en adaptation scolaire auprès d’élèves en difficulté d’apprentissage, elle a été présidente du Syndicat de l’enseignement du Bas-Richelieu durant neuf ans. Elle milite au sein du mouvement syndical depuis plus de 30 ans.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...