Édition du 15 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Économie

Partout dans le monde effondrement des commandes de voitures et de pièces

L’industrie automobile mondialisé est bloquée partout dans le monde. L’article qui suit détaille les relations étroites nouées tout au long des chaîne de production entre Chine, Europe et dans le reste du monde. La demande en automobiles s’écroule partout dans le monde. Raison supplémentaire pour exiger l’arrêt des productions non esentielles.

Version française raccourcie de l’article paru à Hong Kong dans le South China Morning Post et reproduit sur ESSF.

Alors que de Ford à Toyota et Volkswagen, les usines automobiles sont fermées dans le monde entier, les conséquences pour l’industrie chinoise sont très fortes.

Bien que la Chine ne vende pas de véhicules finis sur les marchés occidentaux, elle est devenue un acteur clé de la chaîne d’approvisionnement automobile mondiale.
La Chine était le quatrième exportateur mondial de pièces automobiles en 2018, après L’Allemagne, les États-Unis et le Japon.

En 2019, la Chine a exporté pour 53 milliards de dollars américains de pièces automobiles, une baisse de 3,6% par rapport à l’année précédente.

Parmi les acheteurs, les États-Unis ont pris la première place, suivis par le Japon, le Mexique et l’Allemagne, selon les données douanières chinoises.

Aujourd’hui, suite à la pandémie de coronavirus, les entreprises chinoises font face à l’annulation des commandes en provenance des États-Unis et de l’Europe.
Les exportations chinoises de pièces automobiles avaient chuté en janvier et février de 13,3 % par rapport à l’année précédente, en grande partie en raison de la fermeture de nombreuses usines en Chine.

Mais maintenant, les fabricants de pièces, avec de nombreux autres exportateurs chinois, sont confrontés à la force de la redoutable deuxième onde de choc de la pandémie qui frappe l’Europe et les États-Unis

La pandémie de coronavirus crée de nouvelles difficultés pour de nombreux fournisseurs chinois de pièces automobiles, qui étaient déjà sous le choc de la guerre commerciale américano-chinoise.

Les commandes ont chuté d’environ 70 pour cent au mois de mars, les acheteurs demandant également une suspension des expéditions des commandes déjà effectuées. Les exportations en Mars pourraient être plus durement touchées.

De nombreux ports à travers le monde, et pas seulement aux États-Unis et en Europe, sont fermés tandis que les cargaisons encore en mer en mer doivent être renvoyées en Chine.

Même les ports encore ouverts sont en proie à un manque de main-d’œuvre pour enlever les marchandises des navires et les dédouaner, en raison des directives partout dans le monde à rester chez soi « à la maison ».

C’est la suite au plan mondiale de la situation de février où la situation en Chine avait en particulier provoqué la fermeture de la plus grande usine automobile du monde, celle de Hyundai à Ulsan en Corée du Sud faute d’approvisionnement.
 L’arrêt synchronisé des usines automobiles dans une grande partie du monde est sans précédent.

Depuis la seconde guerre mondiale où nombreuses usines automobiles ont été reconverties pour fabriquer des armements le monde n’a jamais vu une telle fermeture autant coordonnée des usines automobiles.

Malgré le fait que la plupart de ses usines chinoises commettant à fonctionner à nouveau, Volkswagen, le plus grand constructeur automobile au monde, a prolongé la suspension de la production de ses usines allemandes jusqu’au 9 avril, quatre jours de plus que prévu initialement, en raison d’une baisse de la demande sur le marché automobile et des difficultés rencontrées par la chaîne d’approvisionnement.

Aux États-Unis, Ford retarde les plans initiaux de redémarrage de la production de véhicules les 6 et 14 avril dans plusieurs de ses usines, sans donner de date précise pour le redémarrage.

Toyota a suspendu ses usines au Canada, au Mexique et aux États-Unis jusqu’au 18 avril, en raison des craintes liées à la pandémie ainsi qu’à une baisse de la demande de véhicules.
Le géant automobile japonais a déclaré qu’il « prendrait les mesures appropriées en temps opportun » à mesure de l’évolution de la situation.
 Chine
Un responsable du ministère du Commerce chinois, a reconnu que la chaîne d’approvisionnement automobile était vulnérable et a promis un soutien dans des domaines tels que la logistique, la production, mais aussi la recherche d’autres clients dans d’autres secteurs de la production industrielle.

Les ventes de voitures en Chine ont chuté de 81,7 % en février par rapport à l’année précédente, et alors que de nombreuses parties de l’économie ont depuis rouvert, il est prévu en Chine une baisse de la consommation qui se répercutera sur la chaîne d’approvisionnement et les usines de production.

Environ 50 pour cent des fournisseurs de pièces automobiles en Chine sont des entreprises privées, et plus de 70 pour cent des fournisseurs sont de petites entreprises. Certaines ont commencé à licencier.

P.-S.
http://www.npa-auto-critique.org/2020/04/partout-dans-le-monde-effondrement-des-commandes-de-voitures-et-de-pieces.html

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Économie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...