Édition du 3 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Forum social des peuples

Textes des assemblées de convergence du Forum social des peuples - 24 août 2014 (première série)

Nous publions cette semaine les textes des assemblées de convergence suivanets : Assemblée de convergence sur climat - Alimentation et agriculture - Synthèse de l’assemblée de convergence sur l’éducation - Assemblée de convergence sur les migrations et la justice pour les immigrants. La semaine prochaine nous publierons une seconde série de rapports de ces assemblées et une évaluation politique de ces rapports.

Rapport sur de l’Assemblée de convergence sur le climat.

« Pour commencer par la fin, l’Assemblée sur les changements climatiques souhaite durer. On veut travailler encore longtemps. La rencontre lors du Forum était la deuxième et nous parlons déjà d’une troisième rencontre à l’automne pour aller plus loin dans l’organisation et la structuration de l’Assemblée, pour qu’elle puisse durer longtemps, puisque le gouvernement actuel n’est pas en faveur de faire son possible pour mettre fin aux changements politiques, et on semble voir parmi les autres politiques qui veulent prendre sa place un discours semblable. On va donc devoir s’équiper pour travailler en conséquence. L’Assemblée recrute donc des jeunes, des écologistes, des mouvements citoyens et des groupes autochtones, mais surtout, sa volonté est d’être inclusive et de regrouper d’autres mouvements qui ne sont pas nécessairement, spontanément, impliqués sur les questions environnementales. On a discuté d’enjeux et on a déterminé qu’il est nécessaire qu’on prenne nos responsabilités par rapport aux causes des changements climatiques faites par le gouvernement canadien et on va donc travailler sur les projets d’hydrocarbures et de transport. La question de la transition verte, des énergies renouvelables, des emplois verts, et surtout sur la notion de justice climatique (c’est-à-dire les droits, entre autres, des communautés autochtones qui sont les plus affectées par les projets extractivistes) sont prioritaires. En terme d’actions, on a parlé d’art engagé, de campagnes de désinvestissement et notamment de la désobéissance civile. En terminant, l’Assemblée se veut pérenne, au-delà des activités au Forum. On veut se doter d’une structure qui soit inspiré par la charte du Forum qui permette à tout le monde d’être présent, avec un comité de coordination qui va rapidement se mettre en place pour organiser la prochaine rencontre à l’automne. »

Assemblée sur l’ Alimentation et agriculture

Un des points clés qui est ressorti de notre discussion très stimulante, c’est que nous, en tant que groupe, avons déjà réussi, avec le Forum social des peuples et l’Assemblée sur l’alimentation et l’agriculture, à se rencontrer et à apprendre les uns des autres, à partager nos expériences respectives, à évaluer les défis et les opportunités politiques que le moment actuel représente pour nos diverses organisations, mouvements et luttes.

Ce constat était impressionnant et très constructif compte tenu de la diversité des individus, des groupes et des intérêts qui étaient représentés au sein de l’Assemblée. Il y avait de jeunes agriculteurs biologiques, des gardiens de semences ?(semenciers ?), des écologistes, une chef, des syndicalistes, un poète, des jardiniers urbains et communautaires, des gens travaillant avec des ONG et des centres communautaires, des personnes à faible revenu, beaucoup de femmes, des jeunes, des étudiants et des aînés.

Il y avait des gens de l’Est canadien, des provinces de l’Ouest (Alberta et Saskatchewan), des territoires autochtones, de l’Ontario et du Québec, mais ce qu’il y avait surtout, c’était de multiples sources de connaissances, et de passion !

Chaque participant s’est engagé à continuer à se battre pour la justice alimentaire dans sa propre communauté et son organisation, en gardant à l’esprit les forces dominantes et les contraintes que nous devons confronter afin de transformer le système agro-alimentaire actuelle au Canada, ainsi que les forces et institutions plus imposantes à l’échelle transnationale, qui continuent à détruire notre Mère Nature, celle qui nous procure abondance et beauté, y compris la nourriture et l’eau, essentielles à toutes espèces vivantes.

L’alimentation et l’agriculture sont des domaines très concrets, nous permettant d’évaluer et de mieux comprendre les multiples impacts de la mondialisation, du colonialisme, du patriarcat et du capitalisme climatique. L’alimentation est un domaine qui touche et entrecoupe tous les autres mouvements, peuples et individus qui participent à ce Forum, tout comme de nombreux autres espaces militants similaires.

Notre Assemblée a souligné l’importance de tendre la main et de rejoindre tous ceux et celles qui ne sont pas encore convaincus, qui n’ont pas eu le privilège ou la possibilité de participer au Forum.

Après avoir évalué l’initiative Pour une politique alimentaire populaire, nous sommes arrivés à ces suggestions spécifiques :

1. Construire de nouveaux liens : Lancer une conversation entre militants autochtones et militants pour un secteur agroalimentaire juste et durable autour de l’enjeu de la terre, en reconnaissant que les peuples autochtones ont une connaissance et une responsabilité particulières par rapport à la terre et que nous devons accroître l’accès des jeunes qui sont capables et désireux de travailler la terre et de cultiver des aliments pour nos communautés.

2. S’appuyer sur les initiatives passées : Utiliser les outils existants, tels que ceux du Campus Food System Project, la Charte alimentaire étudiante, et la Politique alimentaire populaire pour le Canada (Du pain sur la planche). Ces outils permettent en effet d’approfondir l’analyse et d’élaborer des stratégies (de formuler des recommandations de politiques municipales ou provinciales, par exemple), en utilisant les documents d’orientation produit par le projet pour une Politique alimentaire populaire, et à partir de ceux-ci, élaborer des plans d’action.

3. Convoquer : Utiliser les medias et le calendrier du Réseau pour une alimentation durable (RAD-FSC) pour partager et promouvoir toutes les campagnes et les événements que nos différentes organisations envisagent. En particulier, essayer de rejoindre et d’inviter à participer autant de personnes que nous pouvons pour l’Assemblée du RAD-FSC à Halifax, en novembre prochain, pour continuer à mobiliser, poursuivre les discussions et planifier les actions communes. De plus, la conférence annuelle de l’Association canadienne des études alimentaires (ACÉA_CAFS) sera un autre point de rencontre important, à l’Université d’Ottawa, du 30 juin au 2 mai 2015, réunissant chercheurs, activistes, étudiants et gourmets.

Autres suggestions :

1. Inspirer : Utiliser des stratégies de communications et d’action qui sont attrayantes et inspirantes : la nourriture nous affecte tous, dans notre corps, et elle suscite toutes sortes émotions. Nous pouvons donc utiliser les sentiments que fait surgir l’alimentation afin d’élargir et de poloniser nos mouvements.

2. Restez en contact pour poursuivre le dialogue, puisque pour consolider les mouvements sociaux, ça exige du temps, de la patience et du respect.

3. Commencer dès maintenant à travailler avec les Premières nations, femmes et hommes, dans nos collectivités partout au Canada. C’est en étant à l’écoute de l’autre, en travaillant et en cheminant ensemble, que nous renforcerons nos mouvements et commencerons à décoloniser notre imaginaire et nos pratiques, une vision partagée par de nombreux autochtones.

4. Renverser le gouvernement conservateur lors des prochaines élections fédérales, tout en essayant de faire de la nourriture une des priorités de campagne. Nous avons toutefois convenu que nous devrons faire beaucoup plus afin de nous rapprocher de nos rêves collectifs pour la création de communautés justes et saines.

5. Donner plus de visibilité au mouvement se préoccupant du secteur agroalimentaire et des semences, puisque tous doivent se nourrir quotidiennement, ça devrait être plus souvent dans les medias. On doit également consolider les liens entre agriculteurs et autres citoyens, entre communautés rurales et urbaines, ainsi qu’entre chercheurs et militants, en examinant les enjeux locaux et mondiaux, y compris avec nos alliés du sud "global" (Nord canadien +).

6. Continuez à faire le travail de plaidoyer, en exerçant des pressions auprès des décideurs publics et en militant pour des politiques alternatives afin d’appuyer les petits producteurs, les pêcheurs, les paysans et les fermes familiales. Il faut également faire pressions afin que tous aient accès à une alimentation saine, nutritive et adaptée à sa culture, en particuliers pour les agricultrices/teurs, les enfants et les peuples autochtones. Une façon d’atteindre un tel objectif est de promouvoir l’adoption d’un revenu minimum, ou un salaire décent, pour tous.

Synthèse de l’assemblée de convergence sur l’éducation

L’assemblée de convergence réitire que l’éducation est un droit fondamental pour tous les être humains et ce, tout au long de la vie.

L’assemblée de convergence sur l’éducation du Forum social des peuples a insisté pour rappeler que l’accès à l’éducation fait partie du pacte international sur les droits économiques, culturels et sociaux que le Canada a ratifié.

En ce sens l’assemblée de convergence sur l’éducation exige que l’éducation soit publique, libre, accessible et gratuite.

L’assemblée de convergence insiste pour que l’on reconnaisse l’importance de toutes les formes d’éducation et d’apprentissage, qu’elles soient populaires ou offertes par les groupes communautaires.

L’assemblée de convergence tient à réaffirmer que l’éducation est d’abord une relation humaine. En ce sens, l’assemblée dénonce toutes les formes de marchandisation de l’éducation.

L’assemblée de convergence invite les enseignantes et les enseignants et les étudiantes et les étudiants, employé-e-s de soutien et professionnels-les à investir les instances décisionnelles et de consultations des établissements d’enseignement dans un esprit de collégialité.

Par ailleurs, l’assemblée de convergence dénonce l’emprise du secteur privé dans le financement du système d’éducation et son influence sur la recherche et le développement scientifique.

L’assemblée de convergence dénonce l’intervention des grandes fondations privées en éducation qui mine le travail des organisations de base.

L’assemblée de convergence dénonce les attaques à l’autonomie professionnelle des enseignantes et des enseignants comme la liberté d’expression, la liberté académique et pédagogique.

L’assemblée de convergence dénonce la détérioration de l’accessibilité financière, géographique et sociale à l’éducation.

L’assemblée de convergence sur l’éducation dénonce l’endettement croissant des étudiantes et des étudiants.

L’assemblée de convergence dénonce les compressions budgétaires dans le soutien et l’encadrement à l’apprentissage et à l’enseignement.

L’assemblée de convergence sur l’éducation dénonce la détérioration des conditions de travail des travailleurs et travailleuses en éducation.

L’assemblée de convergence déplore le sort réservé aux enfants sans papiers qui n’ont pas accès au système d’éducation publique.

Pour trouver des solutions à ces problèmes et atteindre nos objectifs, l’assemblée de convergence suggère qu’on se fixe des cibles stratégiques pour mobiliser le monde de l’éducation autour de ces enjeux.

Qu’on invite tous les groupes à discuter dans leur organisation des actions concrètes pour défendre une éducation libre, accessible et gratuite dans le respect de la diversité des tactiques.

Que l’on tienne prochainement un rendez-vous pour discuter des actions afin de répondre aux préoccupations qui ont été soulevées pendant le Forum social des peuples.

L’assemblée de convergence invite les groupes en éducation à rechercher dans l’action les alliances les plus larges possibles.

L’assemblée de convergence souhaite que l’éducation deviennne enfin une véritable priorité de nos gouvernements.

Assemblée de convergence sur les migrations et la justice pour les immigrants

Les politiques concernant l’immigration ont beaucoup changé ces dernières années. Le nombre de réfugiés qui se heurtent à des portes fermées augmente. Les détentions et les déportations s’accroissent. On enlève aux réfugiés le droit à la santé. On empêche la réunification familiale. Des populations racisées et démunies sont forcées de travailler au Canada dans des emplois temporaires et mal payés sans avoir la possibilité d’obtenir la citoyenneté. À l’échelle mondiale, les politiques d’austérité, l’injustice environnementale et les guerres forcent les gens à quitter leur pays au moment où le projet colonial du Canada continue. L’opinion publique est manipulée de manière à ce que les immigrants soient mal perçus par les gens disposant de la citoyenneté. Cette assemblée permettra d’approfondir les racines des mouvements et de favoriser leurs interactions, de dévelop- per des stratégies pour partager des ressources et de construire notre pouvoir collectif pour créer un monde dans lequel nous voulons vivre.

Le Samedi 23 Août, 2014, un large éventail de défenseurs des droits des immigrés et la justice pour les personnes migrantes se sont réunis à Ottawa à l’Assemblée de convergence sur les migrations et la justice pour les immigrants.

Nous nous sommes réunis sous les caractéristiques principales suivantes.

- Nous respectons la souveraineté indigène.

- Nous demandons un statut pour toutes et tous, pour tous les migrants, y compris le statut à l’arrivée et l’accès à la réunificationfamiliale pour tous.

- Les travailleurs migrants, y compris les travailleurs migrants du sexe, les sans-papiers, et tous les immigrants devraient avoir accès complet à la protection du travail, les droits sociaux et les services de base. Personne ne devrait être privé des droits, des services et des protections sur la base du statut d’immigration.

- Fin à toutes les détentions et les déportations.

- La fin de toutes les guerres impérialistes et capitalistes, les occupations et l’exploitation des ressources.

- Nous nous opposons le patriarcat, la suprématie blanche, la misogynie, l’homophobie, la transphobie et toutes les autres oppressions sociales à la fois au sein de nos mouvements et les structures de domination.

En tant que mouvement, nous avons identifié un large éventail de préoccupations et de questions sur lequel nous travaillons actuellement, mais en termes des réseaux du communication à travers le Canada, nous avons décidé de mettre l’accent sur un seul objectif :

Un statut complet pour tous les migrants, y compris, le statut à l’arrivée pour les travailleurs migrants.

Nous invitons tous les mouvements pour la justice sociale et environnementale à établir des liens entre leur travail et celui des luttes contre le déplacements et pour la justice pour les personnes migrantes. Nous exhortons les mouvements à travers le pays à ajouter cet objectif stratégique dans leur travail dans les années à venir.

Forum social des peuples

Du 21 au 23 août 2014 à Ottawa, Canada.

Sur le même thème : Forum social des peuples

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...