Édition du 10 décembre 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Planète

Le marketing de l’environnement

Tout seul, on ne peut sauver la planète

La crise climatique est probablement le plus grand défi auquel l’humanité ait jamais été confronté, et son ampleur et son urgence ne cessent d’augmenter. Nous avons clairement besoin de réduire les émissions de CO 2 et ce réside principalement dans les pays de l’hémisphère nord. À partir de là, nous pouvons facilement conclure qu’en Occident, nous devons changer notre mode de vie afin de nous diriger vers un monde plus juste et plus durable. Il n’est donc pas étonnant que la consommation éthique (ou durable ) soit devenue un moyen de plus en plus répandu de réagir à la catastrophe imminente. En effet, une étude réalisée en 2018 au Royaume-Uni et aux États-Unis a révélé que 70% des personnes pensent que les consommateurs individuels sont les principaux responsables de la protection de l’environnement.

10/10/2019 | traduit de Viento sur
https://vientosur.info/spip.php?article15192

La consommation durable attire les producteurs et les consommateurs ; après tout, elle offre la possibilité de continuer à consommer tout en prenant soin des autres et de l’environnement. Les gens ont apparemment la possibilité de faire quelque chose de concret contre le danger abstrait et accablant de la crise climatique ... sans faire face à la nécessité d’un changement radical. Dans les coordonnées de notre système économique actuel, cela semble logique. La consommation durable combine la nécessité économique de croître et de générer des bénéfices avec les valeurs de durabilité écologique et sociale. L’affirmation - ou l’illusion - est que toutes ces choses peuvent prospérer harmonieusement. Claudia Langer, fondatrice du site Web sur le mode de vie durable utopia.de décrit ce mouvement comme "la révolution la plus pacifique de tous les temps", affirmant que les décisions du consommateur déterminent la direction des affaires aujourd’hui.

Est-ce vrai ? Cela semble hautement douteux, si entre autres choses, on prend en compte le fait que seulement une centaine d’entreprises aient provoqué 71% des émissions mondiales de gaz à effet de serre depuis 1988. Est-ce que ce sont les consommateurs qui décident du cours des choses ? Ou les grandes entreprises et le mouvement du développement durable nous manipulent-ils ? Il semble plutôt que leurs solutions - et leurs intérêts - ne soient pas les mêmes que ceux de la majorité sociale.

Effets inégaux

Lorsqu’on réfléchit à l’impact de l’espèce humaine sur l’environnement, il est important de souligner que les effets néfastes de la crise climatique ne sont pas les mêmes pour tout le monde, mais qu’ils sont étroitement liés à l’inégalité économique et à d’autres déséquilibres structurels. La crise climatique ne constitue pas seulement une menace pour l’humanité en général, elle renforce et reproduit les inégalités existantes. Cela est dû, entre autres raisons, au fait que les origines de la crise climatique et ses conséquences sont inextricablement liées à notre système économique, au capitalisme, ainsi qu’aux déséquilibres de pouvoir sociaux tels que le patriarcat et le racisme.

L’inégalité des émissions de carbone par habitant a été révélée dans une étude d’Oxfam en 2015, qui comparait les émissions de consommation des personnes en fonction de leurs revenus et de leur richesse. Les résultats sont révoltants de deux manières. Tout d’ abord, ils montrent que 10% de la population est responsable de près de 50% des émissions mondiales de CO2 , alors que 50% des plus pauvres en émettent seulement 10%. Deuxièmement, l’étude montre que le groupe de personnes qui émettent moins de CO2 est également le groupe qui souffre le plus des effets du changement climatique. Les 50% des plus pauvres de la population vivent principalement dans les pays les plus vulnérables et sont, par exemple, exposés à des risques accrus d’inondations, de sécheresses et de vagues de chaleur. Ces inégalités se produisent également dans chaque pays.

L’ouragan Katrina était un cas paradigmatique : ce sont les pauvres, les personnes âgées et de couleur qui ont été les plus durement touchées et qui avaient le moins de ressources pour faire face à la catastrophe. En outre, en particulier dans l’hémisphère sud, les femmes sont beaucoup plus exposées que les hommes, en partie à cause de la répartition du travail en fonction du sexe. La charge de travail des femmes augmente en faisant davantage appel à l’agriculture irriguée et en étant principalement responsable de la recherche d’eau, qui est plus inaccessible lorsque les sources sont épuisées. Les femmes assument de manière disproportionnée la tâche sociale de prendre soin des personnes âgées et des malades et sont donc plus exposées au risque de manque de services de santé.

Ces inégalités polarisées sont encore plus dramatiques quand on voit à quels intérêts économiques profitent le développement des combustibles fossiles. De 2010 à 2015, le nombre de personnes figurant sur la liste des milliardaires de Forbes et ayant un intérêt direct dans l’augmentation de la production de combustibles fossiles est passé de 54 à 88, tandis que leur patrimoine commun est passé de 200 000 à 300 000 millions. des dollars Cette petite élite bénéficie directement des mesures et des politiques préjudiciables au climat et elle n’est certainement pas intéressée à changer le statu quo .

Tentant, mais inefficace

Si toutes les personnes ne courent pas les mêmes risques face à la catastrophe climatique, nous pouvons nous demander quelles en sont les conséquences pour identifier les moyens les plus efficaces de prévention. Un problème à résoudre face à cette question est celui de l’échec des tentatives actuelles de changement structurel. L’Accord de Paris des Nations Unies, avec lequel 196 pays ont promis de maintenir la hausse de la température en dessous de 2 °C d’ici 2050 par rapport à l’ère préindustrielle, ou de préférence en dessous de 1,5 ° C et de réduire les émissions nettes à zéro au cours de la même période. L’objectif est clair, les mesures nécessaires sont connues et les moyens sont disponibles, mais l’action ne suit pas. Les gouvernements n’agissent pas conformément au traité qu’ils ont signé et les États-Unis s’en sont totalement retirés.

Cette incurie de la part des institutions a sans aucun doute conféré une place plus importante aux approches individuelles telles que la consommation durable pour nous aider à avancer sur cette voie. De nombreux sites nous permettent de calculer notre empreinte carbone et de proposer continuellement des moyens de réduire nos émissions de CO2 de manger moins de viande et de produits laitiers, d’utiliser moins la voiture, de prendre moins l’avion, d’éteindre les lumières ou d’acheter des produits biologiques et du commerce équitable. Ces changements semblent non seulement raisonnables compte tenu de la crise naissante, mais la consommation durable donne aux gens le sentiment d’être dans la situation : chacun décide quoi acheter et donc détermine ce qui est produit. Nous punissons les entreprises contraires à l’éthique en les boycottant ou en récompensant leurs homologues éthiques en achetant leurs produits. Cependant, il convient de se demander si cette approche responsabilise réellement les gens, et surtout si elle nous permet de faire face à l’énorme ampleur des émissions mondiales et à d’autres conséquences environnementales.

Il existe trois grandes catégories de consommation durable : les produits du commerce équitable, l’agriculture biologique et la compensation de carbone. Le mouvement du commerce équitable entend avant tout promouvoir les conditions de travail et une rémunération équitable, et non réduire les impacts environnementaux. Une synthèse de 2009 sur les effets du commerce équitable n’a révélé aucune référence bibliographique comprenant une évaluation environnementale méthodique. Cela contraste avec l’agriculture biologique, qui favorise plus clairement l’image d’être meilleure, du point de vue environnemental, que la production conventionnelle. Cependant, une étude réalisée en 2017 par Michael Clark et David Tilman a révélé que, contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, les aliments biologiques ne sont pas plus bénéfiques pour l’environnement que les produits conventionnels. Selon le type de produit, la production biologique ou conventionnelle peut être meilleure de ce point de vue et, globalement, les différences sont plus ou moins compensées de manière réciproque.

Globalement, la production biologique consomme moins d’énergie, mais émet des quantités similaires de gaz à effet de serre, nécessite plus de terres et provoque une plus grande eutrophisation, c’est-à-dire une surcharge d’azote et de phosphore dans les eaux de surface due à l’utilisation d’engrais.

Plutôt que de se concentrer sur l’achat de produits biologiques ou conventionnels, il serait plus efficace de prendre en compte les énormes différences entre les différents types d’aliments que nous consommons. L’utilisation des terres par gramme de protéines dans la production de viande de bœuf est 50 fois supérieure à celle du riz et les émissions de carbone sont 10 fois plus élevées. Ce que nous mangeons est beaucoup plus important que la façon dont nous le produisons.

La compensation volontaire de carbone a également proliféré très rapidement. L’idée ici est de donner de l’ argent à des projets visant à compenser les émissions de CO 2 , par exemple en plantant des arbres ailleurs dans le monde. Cela peut sembler raisonnable, mais dans presque tous les cas, cela acquiert une dynamique néo-coloniale. Grâce à ce système, les entreprises et ceux qui disposent des ressources économiques nécessaires peuvent simplement exporter leurs responsabilités en matière de réduction des émissions vers les pays les plus pauvres, ce qui leur permet d’éviter d’introduire des changements radicaux dans leur lieu d’origine.

Cependant, ces approches convainquent beaucoup de gens. Michael Bilharz, un expert en matière d’écologie et d’économie, a enregristré les émissions enregistrées de CO2 et la consommation d’énergie de 24 consommateurs durables appartenant à un groupe que cet expert dénomme Style de vie sain et durable . Tous et toutes étaient membres de BUND Naturschutz, la branche bavaroise d’une organisation allemande dédiée à la défense de la nature, et tous et toutes avaient pris diverses mesures pour réduire leurs émissions de CO2 , comme l’ achat de produits bio dans des commerces de proximité, ne laissent pas leurs appareils électriques en mode veille et se procuraient des énergies renouvelables. En moyenne, ces personnes ont estimé que leur empreinte carbone était d’environ 30% inférieure à la moyenne allemande. Cependant, le résultat de l’étude a démenti cette auto-évaluation : au contraire, ses impacts environnementaux étaient égaux ou supérieurs à la moyenne nationale.

Cet écart montre deux choses. Premièrement, l’objectif de ce qui est considéré comme un mode de vie durable est faux. Les gens ont l’impression de faire quelque chose quand ils introduisent de petits changements dans leur routine quotidienne ou remplacent leurs appareils par des appareils plus efficaces. Cependant, ils ne prennent pas en compte les effets de rebond possibles et sont peut même être incités à consommer davantage, soit en dépensant l’argent économisé sur la facture d’électricité pour autre chose nuisible à l’environnement, soit parce qu’ils se sentent moralement autorisés à consommer plus en raison de leur comportement durable antérieur (auto- licence ). En second lieu , l’ étude Bilharz montre que le principal déterminant des émissions de CO2 de personnes est leur revenu et leurs actifs, et en fait, les gens soucieux de l’environnement ne constituent pas une exception. Les personnes qui gagnent plus d’argent consomment et voyagent plus souvent et vivent dans des maisons et des appartements plus grands.

Le livre de Bilharz, Going Big with Big Matters , écrit en collaboration avec Katharina Schmitt, propose de mettre l’accent sur les décisions dont l’effet est plus important, telles que la réduction de la taille de nos espaces de vie personnels, la modification du système de chauffage et d’isolation thermique, la réduction radicale des déplacements en avion, l’utilisation de voitures très efficaces, la participation à l’auto0-partage et les investissements dans les énergies renouvelables.

On peut traduire en chiffres l’importance relative de ces changements : selon une étude réalisée en 2017 par Seth Wynes et Kimberly Nicholas, le recyclage complet permet d’économiser 0,2 tCO2 et le changement des ampoules domestiques pour les autres consommant moins, 0,1 tCO2 par an. Ce sont des valeurs très faibles comparées à 0,8 tCO2 e qui peuvent être économisées chaque année si un régime végétarien est maintenu ou si l’utilisation de la voiture est réduite. Une voiture de milieu de gamme émet 190 gCO 2 / mile et un SUV moyen, 216 gCO 2 / mile, ce qui donne des valeurs annuelles de 2,56 tCO 2 e et 2,91 tCO 2, respectivement, si 13 467 km sont parcourus par année (la distance moyenne parcourue par les Américains en voiture en 2018). Mais si nous devons prendre des mesures plus importantes, pourquoi ces décisions à faible impact sont-elles si attrayantes et pourquoi la consommation durable a-t-elle été si largement promue ? N’est-ce pas simplement un moyen pour les entreprises d’externaliser leur responsabilité morale ?

Être de bonnes personnes

Comme je l’ai mentionné ci-dessus, la consommation durable peut donner le sentiment d’avoir du pouvoir. Mais tout d’abord, c’est une question de confort et d’esthétique. Selon une étude de tendance publiée en 2009 par le groupe Otto, une société allemande de vente par correspondance et de commerce électronique, la plupart des consommateurs sont aujourd’hui motivés à acheter des produits équitables et biologiques pour des raisons individuelles plutôt que pour une large solidarité sociale. Le comportement éthique est perçu comme un facteur de confort individuel, tandis que l’esthétique, l’indulgence et le développement personnel ont été pris au piège des idéaux qui ont prévalu dans le mouvement écologique des années 1980, tels que le renoncement à la consommation et l’action concertée visant à changer le monde. Il n’est donc pas étonnant que Johannes Merck, directeur chez le groupe Otto en matière de responsabilité d’entreprise, prône des « modèles » qui font de la consommation éthique un symbole de statut social. Il insiste sur le fait que le comportement éthique est motivé par le désir de consommer.

Cependant, la consommation durable a aussi un aspect régressif plus prononcé, car elle implique un transfert de responsabilité de la production et des affaires au consommateur. Le salut de la planète relève de décisions personnelles plutôt que de réglementations sociales générales. En effet, si la consommation éthique fait la distinction entre les produits moralement bons et les mauvais produits, elle ne s’arrête pas là. Aujourd’hui, de plus en plus de gens se définissent - et proclament leur supériorité sur les autres - en fonction des produits qu’ils achètent. La décision pour ou contre certains produits peut influer sur le fait qu’ils considèrent l’un d’eux, dans l’abstrait, comme une bonne ou une mauvaise personne, et peut notamment encourager l’autocensure ou la condamnation des autres. En effet, tout le monde ne peut pas se permettre de participer au mouvement de la consommation éthique. Tout le monde n’a pas le temps, l’argent ou l’énergie à consacrer à une consommation éthique. Jusqu’en 1562, un catholique pouvait obtenir le pardon pour ses péchés par le biais d’ indulgences : de l’argent pour l’église en échange de la rédemption de l’âme. Aujourd’hui, si la responsabilité morale de l’impact environnemental des produits est transférée de l’entreprise aux consommateurs individuels, les personnes à faible revenu ne peuvent souvent pas se permettre d’avoir une bonne conscience.

Pour les entreprises elles-mêmes, les raisons de promouvoir des produits durables sont moins coûteuses qu’éthiques. Le marché de ces produits a un potentiel de croissance élevée et une image verte authentique donne aux entreprises un avantage concurrentiel. Selon l’étude des Green Winners du cabinet de conseil AT Kearney, les entreprises durables ont obtenu des résultats 10 à 15% meilleurs que les entreprises conventionnelles pendant la crise financière. La consommation éthique est censée élargir le sens de la consommation en tant que telle en la combinant avec des valeurs intangibles telles que l’autonomie, la communauté, l’honnêteté, la justice et la nature. Nous pouvons trouver des parallèles avec l’effet marketing d’Edward Bernays, souvent considéré comme le fondateur des relations publiques. En 1929, il annonça des cigarettes pour les femmes, les appelant des flambeaux de la liberté . Il a payé les femmes pour fumer leurs flambeaux de la liberté lors du défilé de Pâques à New York ; À cette époque, fumer en public était toujours un tabou social. La campagne a associé les cigarettes à l’émancipation des femmes pour surmonter ce tabou social, utilisant ainsi la lutte féministe pour accéder à un nouveau marché.

La consommation éthique est l’exemple par excellence du capitalisme vert . Il ne se limite pas à rejeter la critique des conséquences destructrices du capitalisme en tant que tel, mais les intègre même, de sorte qu’il soit présenté comme un élément de la solution des problèmes générés par le capitalisme lui-même. Cependant, les mesures axées sur le marché avancées par le capitalisme vert sont antidémocratiques et apolitiques. Ils font de la valeur environnementale une question de revenu et de consommation de manière à stabiliser le statu quo . Les grandes entreprises peuvent conserver, sinon augmenter leur pouvoir actuel tout en étant dégagées de leur responsabilité par le biais du marché, ce qui libère la responsabilité morale de l’individu et le prive d’un réel pouvoir politique. Le capitalisme vert stabilise le système actuel en offrant aux gens une solution en son sein, solution qui ne remet pas en cause, mais favorise plutôt la raison du gain intrinsèque.

Action collective

La crise climatique est le plus grand défi de ce 21ème siècle. La réponse scientifique à ce qui doit être fait pour lutter contre le réchauffement climatique est claire depuis des décennies : nous devons rester en deçà de l’objectif fixé par le GIECC (Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat) de 1,5 ° C de hausse de la température mondiale et réduire les émissions nettes à zéro d’ici 2050. Cependant, les dirigeants politiques n’ont pas agi assez vite, s’appuyant sur le marché . Mais nous ne pouvons pas attendre. La crise climatique est un problème 100% politique qui nous concerne tous. Résoudre ce problème nécessite un réel changement politique et une action collective pour y parvenir.

Beaucoup de personnes qui s’inquiètent de la crise climatique et essaient activement de la combattre peuvent déjà être au courant des problèmes soulevés dans cet article. Cependant, la plupart des conversations que nous avons avec des amis et la famille sur ce que vous et moi pouvons faire peuvent continuer de se concentrer concrètement sur des actions individuelles et non collectives. Ces commentaires sont susceptibles d’influencer notre façon de penser et d’agir dans ce monde, et cela s’applique également, bien sûr, aux discussions sur les solutions possibles à la crise climatique. Alors, pourquoi ne pas parler davantage de manifester ensemble, pourquoi ne pas parler davantage d’organisation en groupe et pourquoi ne pas parler de moyens de transformation qui ont été efficaces dans le passé, à savoir les mouvements sociaux de masse et les grèves économiques ?

Au cours des derniers mois, un mouvement mondial pour le climat est apparu, qui a pris un élan important et continue de croître. De nombreux groupes nouvellement formés
ont été inspirés par les actions de la militante suédoise pour le climat, Greta Thunberg, qui est en grève à son école depuis août 2018 tous les vendredis. Le 15 mars, une grève mondiale des écoles et des universités en faveur du climat a eu lieu dans plus de deux mille villes avec plus de 1,5 million de participants (selon les organisateurs). Le 20 septembre, une autre grève encore plus répandue a commencé.

Le mouvement a été attaqué par plusieurs forces conservatrices, mais il a également fait l’objet d’un grand intérêt et de nombreux signes de solidarité. Des milliers de scientifiques ont signé des lettres ouvertes de solidarité et de nombreux syndicats soutiennent activement le mouvement, ainsi que des enseignant-e-s qui soutiennent les étudiant-e-s. Certains éducateurs ou éducatrices annoncent même leur participation à des grèves du climat.

Il s’agit du phénomène le plus prometteur qui ait eu lieu au cours de ces dernières années, voire des dernières décennies, dans la lutte contre la crise climatique. Si cette dynamique se poursuit, il est possible que les grèves climatiques menées par les jeunes se combinent aux grèves des enseignant-e-s pour améliorer leurs conditions de travail, combinant les exigences environnementales et la lutte pour les services publics. C’est la voie vers un changement plus fondamental, la libération du modèle économique capitaliste et le danger qu’il fait peser sur nos vies et notre environnement. Comme le démontre les grèves pour le climat, on ne peut sauver la planète tout seul.

24/09/2019

https://www.jacobinmag.com/2019/09/climate-crisis-ethical-consumption-greta-thunberg-environment

Philipp Chmel est un activiste autrichien pour le climat.

Traduction : Viento sur – traduction automatique vers le français corrigée par Presse-toi à gauche !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Planète

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...