Édition du 20 août 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Transformation numérique : l'urgence de se prendre en main

Le vol de données et d’identité est un enjeu planétaire auquel la réponse du gouvernement du Québec semble bien timide et brouillonne. Pourtant, les scandales de piratage s’accumulent à un rythme effréné, que l’on songe à IBM, Equifax, Facebook, Desjardins, Capital One, etc. Pire, les attaques ne sont pas toujours que l’œuvre de pirates isolés, mais parfois même d’États.

Devant la montée en puissance de cette réalité alarmante, la réponse et les actions du gouvernement du Québec inquiètent le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec, qui représente quelque 28 000 experts au service des institutions de l’État québécois.

Actuellement, les données informatiques du gouvernement sont hébergées dans 555 centres de traitement informatique répartis sur le territoire québécois. D’ici trois ans, le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, M. Éric Caire, veut ramener ce nombre à deux et espère ainsi économiser 100 millions $ annuellement.

La cure minceur du gouvernement entraînerait la privatisation de 80 % des données colligées par les ministères et organismes gouvernementaux. Ces données seraient confiées à des services d’hébergement en ligne privés, comme ceux d’Amazon, de Google ou encore de Microsoft. Objectif : régler une partie des problèmes de rareté de main-d’œuvre dans le secteur des technologies de l’information en libérant des ressources qui seront affectées à autre chose que la gestion des 550 centres.

Cela soulève plusieurs obstacles. Selon le ministre, 70 % de ces 550 centres sont désuets et posent des problèmes de sécurité de l’information. Prendre trois ans pour régler ces failles, selon le SPGQ, équivaut à prendre trois ans pour ériger une clôture solide et suffisamment haute pour empêcher les loups d’entrer dans la bergerie. C’est beaucoup trop long !

Aux États-Unis, deux lois touchant les renseignements personnels ont des portées extraterritoriales. Il s’agit du Patriot Act et du Cloud Act. Ces lois permettent au gouvernement des États-Unis d’exiger d’une entreprise américaine (comme Amazon, Google ou Microsoft) qu’elle lui fournisse les données qu’il veut. Comment le gouvernement du Québec entend-il se protéger de ces deux lois ? Comment s’assurera-t-il du traitement sécuritaire de ses données ?

En 2010, la présidente du Conseil du trésor, Michelle Courchesne, avait aussi annoncé une grande réforme informatique, suivie cinq ans plus tard par celle d’un autre président du Conseil du trésor, Martin Coiteux. Ces réformes devaient permettre de réduire les coûts et de renforcer l’expertise interne par l’embauche de plusieurs centaines d’experts en informatique. Le résultat de ces deux réformes a été... l’absence de résultat.

Le gouvernement vise l’attrition de 5 000 employés de l’État d’ici cinq ans. Pourtant, dans la fonction publique uniquement, 15 000 employés réguliers devront être embauchés d’ici cinq ans. Les risques d’ouvrir la porte à une augmentation dramatique de la sous-traitance et de provoquer une hécatombe en ressources internes sont bien réels. Les conséquences pourraient donc être à 180 degrés des objectifs poursuivis par Éric Caire.

Devant les ratés gouvernementaux passés, présents et éventuels, le SPGQ considère qu’il y a urgence pour le Québec de se prendre en main. Sans attendre, le gouvernement doit confier la création d’une infonuagique au ministère de l’Économie et de l’Innovation afin de protéger les données sensibles des Québécois. Il doit également s’atteler sans tarder à l’embauche d’experts en informatique afin de muscler son expertise interne.

De surcroît, une commission d’enquête doit être mise sur pied afin de répondre à quelques questions névralgiques : pourquoi le Québec s’embourbe en informatique ? À qui profite ce cafouillage ? Quelles sont les solutions pour en sortir ? Le Québec dépense environ 4,5 milliards $ par an dans les technologies de l’information. Les Québécois doivent être protégés et en avoir pour leur argent. Sans oublier que l’expertise des employés de l’État doit être soutenue et reconnue.

Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...