Édition du 11 février 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Blogues

Un vote du coeur qui peut faire changer les choses

Jusqu’au dernier jour... tout reste possible

Depuis longtemps, on n’avait pas assisté à un tel suspens en fin de campagne, en particulier du côté de Québec solidaire où les sondages laissent apercevoir que depuis le débat des chefs, on assiste dans certaines circonscriptions à un véritable effet de vague. Un effet de vague qui non seulement ne faiblit pas, mais semble chaque jour grandir. Ainsi en est-il dans Laurier Dorion avec Andres Fontecilla, dans Sainte Marie Saint Jacques avec Manon Massé, dans Rosemont avec François Saillant, et dans Hochelaga Maisonneuve avec Alexandre Leduc. Ainsi en est-il -dans une moindre mesure il est vrai— dans Taschereau avec Serge Roy. Dans tous les cas, il y a eu depuis la prestation de Françoise David au débat de chefs un brusque bond en avant des intentions de vote pour QS, et on sent sur le terrain un accueil nouveau, beaucoup plus franc et large. Avec à portée de main la possibilité de faire des scores nettement plus forts que prévus.

Et cela est d’autant plus clair que dans ces comtés, l’argument du vote utile a tendance à ne plus fonctionner avec la même efficacité. Le sondage paru dans Le Soleil du 29 août dernier à propos de Taschereau est à sa manière révélateur. Il montre que Clément Gignac du Parti libéral serait loin derrière la candidate du PQ , Agnès Maltais, et que Québec solidaire se trouverait à égalité avec la CAQ et à seulement quelques points des libéraux. Les électeurs progressistes du comté n’ont donc plus de doutes ou d’inquiétudes à avoir. S’ils votent pour Québec solidaire, ils ne faciliteront pas pour autant l’élection des libéraux. Au contraire ils permettront à QS de se hisser à la seconde, voire à la première place. Il peuvent donc voter avec leur coeur et avec tout l’enthousiasme qui devrait être le leur.

Appel aux partisans d’Option nationale

À ce propos on ne peut que faire appel aux partisans de Option nationale dans le comté, partisans qui sont par ailleurs si proches des propositions de QS. S’ils décidaient de jouer le jeu de l’unité (comme ils l’ont fait dans Gouin) et joignaient le jour du scrutin leurs voix à celles de QS (le sondage les estime à 7%), celles-ci pourraient représenter un apport non négligeable à cette vague grandissante en faveur de QS, rendant ainsi plus assurée la possibilité d’envoyer à l’Assemblée nationale un véritable député indépendantiste.

Et aux électeurs étudiants

Il reste enfin parmi les électeurs étudiants qui pourraient ce jour là faire la différence, ceux et celles qui, parce qu’ils ont été fortement marqués au cours du Printemps érable, par les idéaux libertaires, se demandent si cela vaut la peine d’aller voter, et s’il ne serait pas préférable de s’abstenir. On souhaiterait ici qu’ils réalisent comment -dans le contexte du printemps érable— voter est important et comment un vote pour Québec solidaire est un vote pour leur lutte et les objectifs qu’ils ont poursuivis avec tant de détermination. Québec solidaire n’est-il pas ce parti qui peut sur la scène politique se faire le plus facilement l’écho de leurs revendications ? N’est-il pas pour le gel des droits et pour la gratuité, et n’a-t-il pas été tout au long du Printemps érable à leur côté ? En ce sens voter pour QS, c’est voter aussi pour l’avancement de la victoire étudiante.

Désormais chaque jour et chaque vote comptent.

Désormais chaque jour et chaque vote compte. Loin de penser —ainsi que nous y poussent les sondages et les grands médias d’information— que tout est déjà joué, il reste encore bien du temps pour que s’étoffe plus encore la vague QS. Il reste tant d’indécis et de gens incertains qui peuvent faire toute la différence Et qui le feront parce touchés par les efforts et les arguments de dernière minute, ils n’auront plus de doute sur la portée exacte de leur vote. Qu’on se le dise : un vote pour Québec solidaire, c’est un vote du coeur qui peut faire changer les choses !

Pierre Mouterde

Sociologue, philosophe et essayiste, Pierre Mouterde est spécialiste des mouvements sociaux en Amérique latine et des enjeux relatifs à la démocratie et aux droits humains. Il est l’auteur de nombreux livres dont, aux Éditions Écosociété, Quand l’utopie ne désarme pas (2002), Repenser l’action politique de gauche (2005) et Pour une philosophie de l’action et de l’émancipation (2009).

Sur le même thème : Blogues

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...