Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Une loi sur des ratios sécuritaires en soins de santé, ça urge !

Notre réseau de la santé et des services sociaux est malade. Nos équipes de soins directs aux patients sont surchargées et épuisées depuis de nombreuses années. Cette situation fait en sorte qu’elles se retrouvent, bien malgré elles, dans l’obligation de prioriser des soins lorsqu’elles ne sont pas en mesure de tous les donner.

En fin de compte, ce sont les clientèles, le personnel soignant et les personnes proches aidantes qui en souffrent et qui en paient le prix. La crise de la COVID-19 a levé le voile sur une situation inacceptable qui perdure depuis trop longtemps.

Au Québec, il est plus que temps que nous puissions compter sur une garantie de niveau de soins qui ne soit pas tributaire des compressions budgétaires, qui ne change pas au gré des décisions politiques prises par les gouvernements ou celles prises par les établissements de santé. Voilà pourquoi nous demandons une loi sur les ratios ! S’assurer ainsi de la présence d’une équipe minimale de professionnels en soins pour un groupe de patients ayant des problèmes de santé similaires.

Un impact direct sur la qualité des soins

Des projets ratios ont été réalisés au Québec en 2018. Plusieurs résultats positifs et concluants ont été observés. Des patients qui avaient été alités à leur arrivée en CHSLD, car ils n’avaient pas été évalués en temps opportun, ont pu retrouver une part de leur autonomie fonctionnelle puisque le personnel avait le temps de développer des programmes de marche adaptés et de les accompagner. Des médecins ont aussi rapporté une meilleure connaissance des patients par les professionnels en soins, des évaluations plus exhaustives et mieux documentées ainsi que des diagnostics plus rapides à poser. On a aussi pu constater que le nombre de chutes de patients avait drastiquement diminué dans divers milieux de pratique, tout comme le nombre de réadmissions. Ceci n’est qu’un minime échantillon des nombreux effets bénéfiques observés pour les patients qui pouvaient réellement compter sur des équipes de travail en nombre suffisant. Malheureusement, ces projets-ratios n’ont pas été reconduits par le gouvernement actuel.

Pas de ratios, tant qu’il y aura une pénurie… Vraiment ?

La pénurie de professionnelles en soins que vit actuellement le réseau public de santé est, en fait, en grande partie artificielle. À titre d’exemple, il n’y a jamais eu autant d’infirmières au Québec ! Quel est le problème alors ? Ce sont les conditions de travail et de pratique professionnelle du réseau de la santé qui font fuir les professionnelles ou qui les obligent à se retirer momentanément ou définitivement de leur profession. Parfois de manière volontaire et parfois non. Pensons aux départs vers les agences privées, aux cas d’invalidité, aux accidents de travail, à l’occupation d’un poste à temps partiel au lieu d’un poste à temps complet parce que la charge de travail est devenue beaucoup trop lourde ou même, aux changements de carrière.

Les ratios professionnels en soins/patients sont la mesure structurante pour attirer et retenir le personnel soignant dans le réseau de la santé. Les ratios ont été concluants ailleurs dans le monde. Le système public de santé québécois mérite tout autant ce remède.

À la suite de l’implantation des ratios en Californie, les postes vacants ont diminué de 69%, les accidents de travail ont diminué de 31,6% chez les infirmières et de 38,2% chez les infirmières auxiliaires. De plus, le nombre d’infirmières a augmenté en moyenne de 10 000 par an. En Australie, dans l’État de Victoria, la campagne gouvernementale accompagnant la mise en place d’une loi sur les ratios a permis, après six ans, le retour de 7000 infirmières dans le réseau public.

Nous unissons nos voix pour demander une loi sur les ratios sécuritaires

Nous, signataires de cette lettre ouverte et du Plaidoyer pour une loi sur des ratios sécuritaires en soins de santé au Québec, appelons le gouvernement à adopter, dès maintenant, une loi garantissant des ratios sécuritaires minimums pour assurer la sécurité et la qualité des soins prodigués à la population québécoise et à débuter aussitôt la mise en œuvre graduelle de cette loi.

Joignez votre voix à la nôtre en signant le plaidoyer : https://ratiosensante.org/

Signataires

Natalie Stake-Doucet, présidente, Association Québécoise des Infirmières et Infirmiers (AQII)

Huguette Bleau, présidente, Association québécoise des infirmières et infirmiers en gérontologie (AQIIG)

Julie Bouchard, présidente, Fédération Interprofessionnelle de la Santé du Québec (FIQ)

Sonia Mancier, présidente, Fédération Interprofessionnelle de la Santé du Québec | Secteur privé (FIQP)

Claire Thibeault, Groupe de concertation et d’influence en soins infirmiers du Québec (GCISIQ)

Jean-François Tourigny, médecin résident et conseiller, Médecins québécois pour le régime public (MQRP)

Carole Grant, présidente, Ordre des infirmières et infirmiers auxiliaires du Québec (OIIAQ)

Luc Mathieu, président, Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ)

Mélanie Perroux, Directrice générale, Proche aidance Québec

André Lamontagne, présidente, Regroupement interprofessionnel des intervenantes retraitées des services de santé (RIIRS)

Gisèle Tassé-Goodman, présidente, Réseau FADOQ

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...