Édition du 18 juin 2019

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Canada

Venezuela en crise : une diplomatie canadienne bien préoccupante !

S’il y a bien, à propos des événements préoccupants qui secouent actuellement le Venezuela, une question qu’on est en droit de se poser comme Québécois, c’est celle de l’orientation prise par la diplomatie canadienne. Tout comme d’ailleurs celle du silence du gouvernement du Québec à ce propos.

On le sait le Venezuela vit actuellement une crise sans précédent touchant à tous les aspects de la vie : déliquescence des services publics, effondrement de l’industrie pétrolière, chute extraordinaire du PIB, inflation phénoménale, augmentation vertigineuse de la pauvreté, exode de millions de personnes ; une crise exacerbant toutes les tensions sociales existantes, chambardant autant l’État de droit que les conditions minimales du vivre-ensemble, mais surtout touchant en premier lieu les secteurs populaires les plus vulnérables.

Or dans quoi s’est embarqué toutes voiles dehors le Canada de Justin Trudeau, loin de toutes ses prétentions passées à favoriser, au nom des vertus de l’État de droit, la paix, la démocratie ou encore le multilatéralisme ?

Il n’a en effet rien trouvé de mieux que d’emboîter aveuglément le pas au groupe de Lima et de reconnaître Juan Guaido comme président intérimaire du Venezuela, endossant ainsi une stratégie jusqu’au-boutiste et va-t-en guerre ? Car quel que soit le diagnostic que l’on peut poser sur les multiples raisons de cette crise (et Nicolas Maduro y a sa part de responsabilité !), il faut tout de même rappeler que Juan Guaido —député jusqu’alors peu connu du grand public et juste devenu président de l’Assemblée nationale en janvier 2019— est membre du parti Mouvement populaire, une des formations les plus extrêmes de l’opposition vénézuélienne de droite, n’ayant pas hésité par le passé à se déclarer prêt à agir ouvertement dans l’illégalité.

Il n’est donc aucunement un homme qui aurait quelque chance de pacifier la situation actuelle. Tout au contraire, il est dans cette affaire (soigneusement orchestrée), l’homme de paille des USA dont on ne peut pas ne pas rappeler les incessantes volontés d’intromission et de déstabilisation active dans la politique vénézuélienne, notamment lors du coup d’État raté d’avril 2002. Il est en quelque sorte cet homme providentiel qui permet aujourd’hui au président Trump et à ses alliés droitiers du groupe de Lima (Jaïr Bolsonaro du Brésil, Mauricio Macri de l’Argentine, Sebastian Pinera du Chili, etc.), de faire monter les enchères, en renforçant leurs partis-pris partisans sur toute l’Amérique latine.

En ce sens il est étonnant que Chrystia Freeland et Justin Trudeau —eux qui donnaient l’impression par le passé de vouloir se distinguer de leurs adversaires conservateurs et qui ont pourtant tant d’ennuis récurrents avec le président actuel des USA— n’aient pas profité de l’occasion pour prendre leurs distances avec de telles orientations, par exemple en tentant de travailler avec le Mexique progressiste de Manuel Lopez Obrador sur une solution de sortie pacifique de la crise. Une solution qui aurait pour premier objectif de pousser à la négociation entre les parties, tout en préservant l’État de droit ainsi qu’en mettant en place des mesures d’urgence pour protéger les secteurs de la population les plus vulnérables. Et surtout qui n’aurait pas l’arrogance –à l’instar de la position prise par la France - de fixer une date butoir d’une dizaine de jours pour l’organisation d’élections libres !

Car en ne se désolidarisant pas de la stratégie états-unienne –-elle qui s’emploie désormais à détourner les recettes du pétrole vénézuélien dans le but de financer un État parallèle—, la diplomatie libérale canadienne participe précisément à ce qu’au nom de ses valeurs elle prétend pourtant ne pas faire : aider à mettre en place des conditions du déchaînement d’une guerre civile avec participation internationale ; ramenant le Venezuela (et ses formidables réserves pétrolières) à être le théâtre –comme malheureusement bien d’autres régions du globe— des appétits prédateurs de grandes puissances impériales en mal de rivalité grandissante.

Depuis le Québec, nous faudra-t-il endosser passivement une telle orientation, sans au moins oser lever la voix et se faire entendre ?

Pierre Mouterde
Sociologue et essayiste
Auteur (avec Patrick Guillaudat) de : Hugo Chavez et la révolution bolivarienne, Promesses et défis d’un processus de changement social, Montréal, M Éditeur, 2012

Pierre Mouterde

Sociologue, philosophe et essayiste, Pierre Mouterde est spécialiste des mouvements sociaux en Amérique latine et des enjeux relatifs à la démocratie et aux droits humains. Il est l’auteur de nombreux livres dont, aux Éditions Écosociété, Quand l’utopie ne désarme pas (2002), Repenser l’action politique de gauche (2005) et Pour une philosophie de l’action et de l’émancipation (2009).

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Canada

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...