Édition du 12 octobre 2021

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Écologie

ALBA : Déclaration du Sommet de Copenhague sur le climat

La déclaration suivante a été communiquée par l’Alliance bolivarienne pour les peuples de Notre Amérique (ALBA) le 18 décembre face aux résultats du Sommet de l’ONU sur le climat tenu à Copenhague.

Nous, les pays qui constituent l’ALBA, dénonçons devant le monde la menace que les résultats de la Conférence des Nations Unies à Copenhague posent pour l’avenir de l’humanité.

En premier lieu, le processus de négociations a été travesti par la violation des principes essentiels du multilatéralisme. Ce processus a été malhonnête, excluant et non transparent. Il a été non démocratique car il ne reconnaissait pas l’égalité de tous. Il a été conçu pour garantir la domination des positions d’un petit groupe de pays.

Notre réponse au changement climatique doit être conforme aux principes de la Charte des Nations Unies. Ce processus a manqué de légitimité. Il a violé tous les principes du multilatéralisme et de la Charte des Nations Unies, surtout ceux concernant l’égalité souveraine de tous les pays.
La caractéristique principale de cette réunion c’est qu’un groupe très restreint de pays, coordonné et convoqué par le Danemark, ont été pendant les dernières semaines ont signé un accord qu’ils ont unilatéralement nommé « parties intéressées », excluant la grande majorité des pays du monde et ont ainsi établi des pays de première classe et des pays de seconde classe.
Alors que le président du Sommet a envoyé aux pays de prendre en place les groupes de plus, afin de continuer à éditer et nettoyer les textes qui ont été approuvés par les particpants en tant que base de négociation, dans le même temps, le Premier ministre danois a convoqué les présidents des un groupe de pays pour modifier un document dans notre dos.

Une autre preuve de la nature exclusive de cet événement est l’appel d’un groupe de présidents à huis clos, sans la participation de la majorité et sans expliquer les critères sous-jacents de la sélection.

Il est clair que nous ne pouvons pas considérer la question du changement climatique sans tenir compte de l’évolution du système. Le modèle de production capitaliste et de consommation apporte la vie sur la planète à un point de non retour et à un moment crucial dans l’histoire humaine, et le débat dans de telles situations ne se réduit pas à l’intérêt économique d’un petit groupe.

Jusqu’à présent, très peu a été accompli, mais il est important de préserver les accords sur le climat actuel : la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques et le Protocole de Kyoto. Ce sont d’importantes plates-formes pour faire avancer la défense de la vie. Ici nous avons un accord mondial politiques importants, où nous tous conviennent que le changement climatique est un problème qui doit être traitée d’urgence, et où les pays qui sont historiquement responsables du problème ont convenu de s’engager à réduire les émissions par des montants qui permettent le problème à résoudre.

Le scénario actuel est de voir tout cela un grand pas en arrière, et nous oblige à oublier le Protocole de Kyoto. Dans ce sommet, nous n’avons pas réussi à écrire des accords qui portent sur les obligations des pays développés : d’établir des objectifs de réduction des émissions ou d’établir une deuxième période d’engagements du Protocole de Kyoto.

Il ya des offres sur la table, mais aucun de les comparer. Les États-Unis ne veulent pas s’engager sur la base des efforts des autres pays développés. Les pays développés venu à cette réunion avec un ordre du jour avant, et qu’ils violent toute procédure démocratique dans leur tentative de l’imposer.
Dans le Plan d’action de Bali, approuvé en 2007, il a été convenu que les pays développés ont des obligations de l’atténuation, à laquelle ils ajouteraient des mesures volontaires d’atténuation des pays en développement.

Maintenant, les pays développés se sont consacrés à des malentendus du Plan stratégique de Bali au cours des deux dernières années, afin d’essayer d’utiliser cette manifestation de notre volonté d’unir nos efforts en tant que moyen de transférer leurs engagements envers nous. Les efforts et la volonté d’atténuer les pays en développement ne peuvent pas être utilisés comme un moyen de nous manipuler et de nous dire, après avoir détruit le monde, que maintenant notre tour de l’atténuer afin qu’ils puissent continuer à contaminer et détruire sur la base de leurs modes d’exploitation, la production et la consommation.

Il ya aussi la question des principes ici. Nations, nous, les pays en développement, sont digne et souverain, et victimes d’un problème que nous n’avons pas causée. Ce principe moral fondé sur la responsabilité historique, est la raison pour laquelle les pays développés devraient fournir des ressources suffisantes pour la mise en œuvre complète des principes de la Convention.

La crise de l’environnement en raison de l’augmentation des températures de l’atmosphère est une conséquence du système capitaliste, du motif prolongée et non durables de production et de consommation des pays développés, de l’application et l’imposition d’un modèle absolument prédateurs du développement sur le reste du monde, et le manque de volonté politique pour la réalisation pleine et effective des engagements et des obligations découlant du Protocole de Kyoto.

Les pays développés ont surexploitées l’espace atmosphérique. Cette dette climatiques dans le cadre plus large de la dette écologique comprend une émission de la dette tant qu’elle comprend une dette d’adaptation qui doit être respecté par les pays développés. Il ne s’agit pas de charité ou une aumône, mais une obligation juridiquement liée.

Pays de catégorie 1 a accumulé un total de 1123 milliards de dollars en dépenses militaires en 2008. Les États-Unis ont dépensé 711 milliards de dollars en 2008, selon le budget pour l’année financière de 2009, qui comprend 170 milliards de dollars pour les opérations militaires en Irak et en Afghanistan. Donc le monde sait qu’ils ont la capacité, mais ce qu’ils n’ont pas, c’est la volonté politique de répondre à leurs obligations et engagements internationaux de lutte contre le changement climatique. Ils tentent d’utiliser et d’abuser des besoins des plus pauvres afin de forcer les accords illégaux.
Aujourd’hui, à travers les marchés du carbone, ceux qui causent les changements climatiques, continuent de contaminer tout le poids des transferts de réduction des émissions pour les pays en développement. Ils pensaient que, à Copenhague, ils pourraient nous convaincre d’acheter leur droit à contaminer, dans l’offre d’échange des promesses de quantités dérisoires de l’argent.

1. Nous dénonçons fermement et nous demandons que les documents générés par la présidence du Sommet, sans le mandat des participants, être contestée et que nous pouvons affirmer notre position contre les groupes d’amis du président ouvertement. Le président n’a pas garanti l’égalité de participation à tous les niveaux, y compris au niveau présidentiel.

2. Nous réitérons notre engagement dans la lutte contre le changement climatique et aux principes du protocole de Kyoto, aujourd’hui plus que jamais d’actualité, dont le contenu nous considérons comme susceptible d’être amélioré avec les décisions des participants, et les accords ultérieurs, mais quelque chose que nous ne devrions pas laisser mourir. La complexité des négociations récente nous a montré que les intérêts économiques dans wont conflit permettent un accord si les pays en développement n’accepteront pas le respect des principes.

3. En ce sens, nous exprimons notre volonté politique de continuer à travailler dans le cadre de la Convention et du Protocole de Kyoto. La relance de ces négociations devraient être fondées sur le respect, l’inclusion, la transparence et la légitimité.

4. Nous rappelons que, si la conférence a échoué d’une manière irréversible, les voix des jeunes qui savent que l’avenir est à eux, se renforce. Ils dénoncent fermement les manœuvres des pays développés et ils savent que la lutte va se poursuivre. Nous nous joignons à eux et à leurs protestations, et nous saluons et les soutenir. Le peuple doit rester sur leurs gardes.

Aujourd’hui plus que jamais, avant la manoeuvre lamentable qui a été pratiquée à Copenhague pour les petits intérêts économiques, nous réaffirmons que, « Ne changez pas le climat, changer le système !".

Traduit par Tamara Pearson pour Venezuelanalysis.com2.

Mots-clés : Écologie

Sur le même thème : Écologie

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...