Édition du 15 septembre 2020

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Québec

Quand le roi est nu et bien nu

De l'importance de voix politiques dissidentes

La crise du coronavirus a ce mérite de nous faire voir ce qu’en d’autres temps on ne voit pas, ou à peine et qu’en haut lieu on s’efforce de cacher. Par l’inédit des défis qu’elle nous pose, par les soudaines fragilités de nos sociétés contemporaines qu’elle révèle, par la peur de la mort qui rode et des angoisses qu’elle réveille, elle nous force à voir ce qui ne va pas, ce qui ne peut pas aller, ce que nous ne devrions plus supporter, et auquel en temps normal on avait fini pourtant par s’habituer. Nous rappelant comme jamais l’importance de voix dissidentes et alternatives qui, en ces temps troubles seraient, bel et bien politiques.

Il vaut la peine en effet d’être attentifs à ce qui se passe dans les CHSLD du Québec et à ces cris ou appels au secours lancés sur les médias sociaux par des préposés aux bénéficiaires ou par des infirmières à bout de souffle, épuisées ne sachant plus à qui s’adresser, non seulement pour être écoutées, mais pour que les choses changent, autant pour elles que pour les ainé-e-s au chevet desquels elles se trouvent tout à la fois si attentionnées et désespérées.

Il vaut la peine d’y être attentifs, mais pas seulement pour communier à leur peine, faire dans le passionnel, ou s’indigner, se scandaliser les larmes dans les yeux de ces ainé-e-s qu’on abandonne seuls à la mort, salis dans leur urine ou leurs excréments. Certes la compassion est une qualité indéniable et en ces temps maudits de coronavirus, il n’y a rien de négligeable à en faire circuler l’image dans les médias sociaux. Il y a rien non plus de négligeable à qu’on nous fasse connaître sans censure ni fard, la réalité telle qu’elle est si cruellement vécue. Mais quelque part c’est de beaucoup plus dont nous avons besoin aujourd’hui. Devant tant de difficultés, et il faut bien le dire, de ratés, d’erreurs de toutes sortes, de scandales commis ou tolérés depuis longtemps par les institutions en place, fruits de décisions politiques passées lourdes de conséquences, ce dont nous avons besoin c’est de voix à la fois dissidentes et alternatives, de voix politiques qui à l’encontre des pouvoirs constitués, nous montrent le cap, nous indiquent d’autres chemins possibles, en séparant le bon grain de l’ivraie ; en en faisant pour nous une boussole, certes pour l’après-pandémie, mais surtout pour l’ici et maintenant de cette période de crise.

Le bon grain et l’ivraie

Le bon grain : c’est cette formidable solidarité sociale qui, au Québec, s’est exprimée depuis le bas, depuis les organisations communautaires, populaires et syndicales de base : ces bénévoles, ces bonnes volontés partout présentes, ces initiatives collectives en tout genre, et souvent dans les milieux de l’immigration récente, pour faire face à la pandémie, aider ceux qui en avaient besoin, protéger les droits de celles et ceux qui se trouvaient en butte à l’arbitraire patronal, pour faire –sur le terrain— ce qu’il y a avait à faire, là où on pouvait faire, même lorsqu’on était totalement livré à soi-même.

L’ivraie, ce sont tous ces vieux réflexes patronaux hérités du passé, ces droits de gérance hautains et inflexibles, ces rapports de travail hiérarchisé et autoritaire à l’excès, ces torpeurs ou lourdeurs bureaucratiques (et parfois syndicales !), ces obsessionnels appâts du gain, en somme tout ce qui a fleuri sur les 30 années de politiques néolibérales et de reculs concomitants démocratiques et populaires, installant toutes les conditions pour que notre société n’ait pratiquement aucune marge de manœuvre pour lutter avec efficacité contre la pandémie de la covid 19.

Pensez-y : d’abord un système de santé publique déstabilisé par des coupures répétées, centralisé à l’excès, appauvri par des visées de privatisation rampante et un corps de médecins spécialistes démesurément enrichis ; et puis une économie marquée par la délocalisation industrielle et la dépendance, incapable d’auto-suffisance médicale et alimentaire, livrée pieds et poings liés aux diktats des grands conglomérats pharmaceutiques ; enfin une opposition sociale et politique démocratique fragmentée, peinant à liguer les forces nécessaires pour faire entendre –dans la cacophonie médiatique dominante— des solutions alternatives.

Indiquer le cap

En cette période si confuse, indiquer le cap, le rappeler à ses partisans, au cercle de ses supporters, tenter de rassembler plus largement encore autour de soi, c’est précisément rappeler cette distinction entre l’ivraie et le bon grain. C’est la travailler de l’intérieur, l’exacerber, la faire connaître largement, de manière à renforcer -hinc and nunc— ces efforts et aspirations collectives qui sourdent du terrain lui-même pour lutter contre la pandémie, tout en critiquant vertement en même temps ce qui –depuis le pouvoir en place— nous empêche effectivement d’y faire face.

On ne devrait donc pas avoir peur de dénoncer haut et fort les scandales existants, mais pas sur le mode du gérant d’estrade donneur de leçon, en le faisant à partir de ce qui se dit déjà et des solutions qui se discutent sur le terrain lui-même, individuellement comme collectivement. Pourquoi par exemple n’autoriserait-on pas, comme le conseillait la médecin spécialiste du Ebola Joanne Liu, et à l’encontre de toutes les inerties bureaucratiques du monde, la présence d’aidants naturels dans les CHSLD, en pensant bien sûr à leur donner la formation d’appoint nécessaire ? Et pourquoi ne rappellerait-on pas que sans tests généralisés, matériels de protection et masques en abondance, il n’y aura pas de protection véritable de la population, que c’est là où le gouvernement devrait d’abord rendre des comptes : quels moyens a-t-il pris pour y parvenir, alors qu’il appelle déjà au déconfinement ?

Certes, ayant revêtu pour l’occasion les habits du biopouvoir, protecteur de la vie, le premier ministre de la CAQ François Legault ressemble à un roi intouchable. Ce qui se passe dans les CHSLD, ou encore sur les premières lignes dans les hôpitaux nous montre néanmoins qu’il n’est qu’un roi nu et bien nu.

N’est-ce pas ce que devrait n’avoir de cesse de nous montrer ces voix politiques et dissidentes dont nous avons tant besoin aujourd’hui ?

Pierre Mouterde

Sociologue, philosophe et essayiste, Pierre Mouterde est spécialiste des mouvements sociaux en Amérique latine et des enjeux relatifs à la démocratie et aux droits humains. Il est l’auteur de nombreux livres dont, aux Éditions Écosociété, Quand l’utopie ne désarme pas (2002), Repenser l’action politique de gauche (2005) et Pour une philosophie de l’action et de l’émancipation (2009).

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Québec

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...