Édition du 24 mai 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Amérique centrale et du sud

Haïti : Un Journaliste tué lors d'une manifestation ouvrière

Haïti a connu plusieurs semaines sociales chargées.

Après l’échec des négociations sur la hausse des salaires, plusieurs milliers d’ouvriers et ouvrières du secteur de la sous-traitance ont gagné les rues de Port-au-Prince ce mercredi 23 février 2022, en vue de réclamer de meilleures conditions de travail et l’augmentation à 1500 gourdes, du salaire minimum, contre les 685 gourdes retenues par le gouvernement d’Ariel Henry. Très en colère, les protestataires se disent déterminés à exprimer leur ras-le-bol face à l’augmentation accrue du coût de la vie alors que le salaire minimum n’a pas été révisé à la hausse depuis près 3 ans. Ils ont dressé des barricades enflammées sur le Boulevard Toussaint Louverture. La circulation automobile a été complètement paralysée.

Cette journée de mobilisation s’est terminée en sanglots. Le journaliste du média Roi des infos (RDI), Lazarre Maxihen a été tué sous les feux de projectiles des agents de l’ordre.

Deux autres journalistes, à savoir Sony Laurore de Laurore News TV et Yves Moïse de RCH 2000 ont été blessés par balles.

Il s’agissait d’actes barbares et arbitraires qui relevaient de certains agents policiers qui essayaient de contrecarrer l’intensification du mouvement des ouvriers et ouvrières contre la décision du gouvernement Ariel Henry de fixer le salaire minimum à 685 gourdes.

Saisie de cette affaire, l’Inspection générale de la Police Nationale d’Haïti (IGPNH) a annoncé qu’une enquête est déjà ouverte.

Des accusations ont été émises contre l’institution policière. Des voix se sont levées pour dénoncer des comportements non professionnels des policiers sur place.

Selon des témoins, ces actes portent la signature d’un groupe de policiers qui étaient dans un véhicule. Après avoir fait usage de gaz lacrymogènes, ils ont ouvert le feu sur la foule.

Les protestataires qualifiant de " tuberculeux " le salaire minimum actuel envisagent d’étendre le mouvement de manière illimitée pour contraindre les autorités à répondre favorablement à leurs revendications.

Smith PRINVIL

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Sur le même thème : Amérique centrale et du sud

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...