Édition du 4 octobre 2022

Une tribune libre pour la gauche québécoise en marche

Élections fédérales

La droite se cherche des perroquets

Grâce à la vigilance d’un journaliste du quotidien Le Soleil, nous apprenions récemment (30 mars 2011) qu’un parti politique de droite cherche des « auteurs pour publier des commentaires d’allégeance conservatrice [right-wing] dans les médias sociaux et les sites de nouvelles » pour le compte d’un parti politique afin de « contrebalancer le biais de gauche des grands médias ».

Dans tout ce qui ressemble à un appel des conservateurs de Harper à grossir les troupes des polémistes de la droite extrême, il y a là un signe que tout ne va pas si bien dans la campagne de la droite.

Les formations politiques de droite nous ont habitués à davantage d’arrogance. Elles prétendent qu’elles ont le vent dans les voiles et que la population appuie leurs politiques. Pourtant, avec tous les moyens financiers dont ils disposent, ces partis politiques alignés sur les intérêts des grandes corporations devraient déjà disposer de hordes de propagandistes pour proclamer haut et fort les forces de leurs orientations. Or, la publication de cette offre d’emploi indique que la mobilisation fait défaut.

Les conservateurs et leurs laquais prétendent représenter les intérêts d’une majorité de la population. Pourtant, à plusieurs occasions, lors de grands débats sur les orientations gouvernementales, l’appui populaire fait souvent défaut à ces formations politiques. Que l’on pense à la majorité canadienne qui s’oppose à la présence canadienne en Afghanistan, à la majorité de la population québécoise qui réclame un moratoire sur l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste, à l’opposition populaire à la présence du privé en santé au Québec. À chaque occasion, les gouvernements font fi de la volonté populaire et maintiennent le cap sur les intérêts privés qu’ils représentent sans aucun regret. Le livre d’Hervé Kempf ‘L’oligarchie, ça suffit, vive la démocratie’ fait grand état de cette tendance à l’autoritarisme chez les chefs d’États. La démocratie, c’est correct quand bon leur semble. Sinon, on regarde ailleurs et on prétend que le peuple n’a rien compris.

La droite se cherche des haut-parleurs pour faire écho à sa propagande par le biais de petites annonces. Ce n’est pas anodin. Elle cherche par tous les moyens à enfoncer la perception qu’elle véhicule que hors de ses politiques, point de salut. Or, une majorité de la population rejette d‘d’emblée ses politiques. Il leur faut alors créer l’illusion qu’une masse de gens appuie leur politique, d’où l’importance d’assurer une présence massive sur les médias sociaux de façon à donner l’impression que les masses se rallient aux solutions de la droite. Manipulation de l’opinion, vous dites…

Sur le même thème : Élections fédérales

Sections

redaction @ pressegauche.org

Québec (Québec) Canada

Presse-toi à gauche ! propose à tous ceux et celles qui aspirent à voir grandir l’influence de la gauche au Québec un espace régulier d’échange et de débat, d’interprétation et de lecture de l’actualité de gauche au Québec...